Un été 2018 sans train pour Berne

InfrastructuresUne partie de la ligne Lausanne-Berne sera complètement interrompue durant sept semaines l’année prochaine.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les CFF ont profité de la présentation de l’horaire 2018 pour lâcher une petite bombe en terre vaudoise. Hier, le transporteur a annoncé que le trafic ferroviaire serait totalement coupé sur le tronçon Lausanne-Puidoux du 7 juillet au 27 août 2018. «On n’a jamais vu ça dans le canton de Vaud et je n’ai pas connaissance d’une telle interruption sur une ligne aussi importante ailleurs en Suisse», note Nuria Gorrite. En effet, c’est l’axe Genève - Saint-Gall qui sera impacté. Hasard du calendrier, la conseillère d’Etat en charge des Infrastructures inaugurait hier un passage sous-voies à… Puidoux.

Cette interruption est dictée par des travaux d’entretien. L’infrastructure entre Grandvaux et La Conversion sera intégralement remplacée.

«Là, nous avons décidé de concentrer les travaux sur un été, c’est plus rationnel. Ainsi, nous réduisons la durée de la perturbation»

Traditionnellement, pour ce genre de chantier, les CFF gardent une des deux voies ouverte pour pouvoir faire passer quelques trains. «Là, nous avons décidé de concentrer les travaux sur un été, c’est plus rationnel, estime Frédéric Revaz, porte-parole. Ainsi, nous réduisons la durée de la perturbation.» Selon les CFF, cette façon de procéder permet de ramener à sept semaines le chantier, au lieu de huit mois en conservant partiellement la ligne ouverte. La facture des travaux passe, elle, de 46 à 27 millions de francs.

Nuria Gorrite dit comprendre les raisons qui poussent les CFF à concentrer les opérations. «Cela améliore aussi la sécurité des ouvriers», ajoute-t-elle. Néanmoins, la conseillère d’Etat assure qu’elle sera très vigilante pour que la liaison de remplacement des trains soit efficace. «Aujourd’hui, nous ne connaissons pas l’offre de substitution, indique Nuria Gorrite. Mon département exige que le concept soit musclé, non seulement pour les pendulaires, mais aussi pour les activités touristiques et économiques.» L’Etat de Vaud souhaite qu’un gros effort soit fait sur l’information aux usagers, ainsi que la constitution d’une task force, notamment, avec les milieux touristiques. «Nous voulons beaucoup de bus et beaucoup d’information», résume la conseillère d’Etat.

Temps de parcours rallongé

Les CFF indiquent, eux, que le système de substitution est en phase d’élaboration. Le chantier est programmé dans plus d’une année, ce qui laisse encore un peu de marge. Frédéric Revaz donne les objectifs du système qui sera mis en place: «Nous tablons sur un temps de parcours de trente minutes supplémentaires entre Lausanne et Berne.» (TDG)

Créé: 19.05.2017, 21h29

Le projet d’horaire laisse les Vaudois «mitigés»

L’horaire 2018 entrera en vigueur le 10 décembre de cette année. Le projet qui sera mis en consultation à la fin du mois «déploiera ses effets en priorité en Suisse romande», selon les CFF. «Nous sommes mitigés sur ce projet d’horaire», commente pour sa part Nuria Gorrite.
Alors, de quoi en retourne-t-il? L’InterRegio à deux étages qui assure le trajet Genève-Aéroport - Berne - Lucerne s’arrêtera à Nyon, Morges, Palézieux et Romont. Ce qui donne une liaison directe pour les deux villes de La Côte avec Berne.

Quant à l’axe Brigue - Lausanne - Genève-Aéroport, les InterRegio circuleront à la cadence horaire sans s’arrêter entre les deux capitales de l’arc lémanique. Le temps de parcours entre le Valais et Genève gagnera ainsi onze minutes, chiffrent les CFF.

L’Etat de Vaud salue certaines de ces améliorations: «Ce projet confirme le fort développement du RER Vaud avec la mise en service de la cadence trente minutes sur la Broye.» Mais l’Etat pointe aussi les faiblesses de cet horaire 2018: «Il introduit des reculs sur la ligne Lausanne-Berne avec une augmentation du temps de parcours de six minutes pour un train longue distance sur deux.»

Le Canton espère que cela ne va pas trop péjorer l’attractivité de cette ligne. Car comme il le rappelle dans son communiqué de presse: «L’objectif reste un développement à l’horizon 2025, avec l’introduction d’un RegioExpress circulant entre Lausanne et Berne.»

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Suède renonce à poursuivre Assange
Plus...