Geneva Seahawks, la victoire d'un projet sportif

PromotionDimanche, l'équipe de football américain de Genève a validé son retour dans l'élite, six ans après l'arrivée d'un nouveau comité.

Le nouveau coach des Geneva Seahawks, engagé pour trois ans, fait partie du projet sportif du club mis en place en 2010.

Le nouveau coach des Geneva Seahawks, engagé pour trois ans, fait partie du projet sportif du club mis en place en 2010. Image: Magali Girardin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cette montée, les Seahawks la voulaient vraiment. En 2015 déjà, ils y avaient cru, avant de voir le rival régional, Lausanne, prendre l'ascenseur tant désiré. Cruel. Alors il a fallu recommencer. Oublier la frustration et se préparer avec abnégation pour les dix matchs de la saison 2016. Se trouver un nouveau coach, un nouveau quarterback. Apprendre de nouvelles phases de jeu, en oublier d'anciennes. Et après un an de travail appliqué, le résultat est tombé, les Seahawks ont finalement été récompensés. Un match de promotion rondement mené au stade de Vessy, pour une victoire 37 à 7 contre les Zurich Renegades, et l'équipe de football américain de Genève a validé dimanche son retour dans l'élite (ndlr. Ligue nationale A). «C'est une immense fierté, commente Fabrice Pranzo, président du club. Les joueurs ont été magnifiques et le méritent, comme tous ceux qui font vivre les Seahawks. Il ne faut pas oublier que cette victoire, c'est celle de notre nouveau projet sportif né en 2010.»

Bus de 54 places

A l'époque, le club est au plus mal. Les Seahawks évoluent alors en Ligue Nationale B – la deuxième division – et son fondateur est sur le départ. Cinq anciens joueurs se proposent alors pour reprendre les rennes de l'équipe née en 1986. «Le club était en passe de disparaître, se rappelle Fabrice Pranzo. On ne pouvait pas l'imaginer. On a pris nos responsabilités.» L'unique objectif est alors de le sauver. L'équipe compte une cinquantaine de membres. Six ans plus tard, ils sont 160. Un nombre qui se stabilise. Mais surtout, les Seahawks savent garder leurs moteurs et attirer de nouveaux talents. «Un bon indicateur de la santé d’un club», insiste Fabrice Pranzo.

Une croissance qui se retrouve au niveau du nombre de catégories – les Seahawks viennent de créer une équipe de football américain avec contact pour les 14-15 ans – mais aussi et surtout financièrement. En six ans le budget a augmenté de manière constante pour atteindre 200 000 fr. «Tous les sports ont bien sûr besoin d’argent pour se développer, mais le football, de part la taille des équipes et la logistique qui va avec est particulièrement coûteux», explique Fabrice Pranzo. Un déplacement en Suisse, c’est un bus de 54 places pour les 45 joueurs sur la feuille de match. Il faut aussi parfois loger ce petit monde. La seule gestion des matchs à l'extérieur représente 30% du budget annuel du club. Et puis il y a la question du transfert étranger.

Car en football américain, pour jouer dans la cour des grands, difficile de se passer d’un joueur en provenance des Etats-Unis, comme autorisé par la ligue suisse. Un quarterback – à la base de l'organisation offensive de l'équipe – souvent, salarié le temps d’une saison. Un investissement que s'étaient autorisé les Seahawks pour la première fois en 2015 avec Mike McCarthy. Une expérience reconduite en 2016 avec Jake Ryan, le succès en plus. «Le calcul est vite fait, analyse Fabrice Pranzo. Les deux premières équipes de Ligue B ont un quarterback américain. En Ligue A, c’est le cas de tous les effectifs sans exception.»

Des Black Panthers aux Seahawks

Et puis les Seahawks ne se sont pas arrêtés au joueur. Il y a aussi le coach, ultime symbole de leur volonté de professionnaliser leur structure. Pour le coup, la tâche n'est pas revenue à un Américain, mais à un Canadien, Larry Legault. Installé dans la région depuis 2004, l'homme a notamment entraîné durant onze ans des Thonon Black Panthers – un des meilleurs clubs de l'Hexagone – mais aussi l’équipe nationale française. «En l'espace de dix ans, le football américain a beaucoup évolué en Europe, souligne le Canadien. A l'image de l'Allemagne, des championnats sont aujourd'hui semi-professionnels. Ce n'est pas encore le cas de la Suisse, mais les projets montés dans le pays sont de plus en plus séduisants. En 2004, je n'aurais pas considéré prendre en main les Seahawks. Dix ans plus tard, j'y ai vu un défi passionnant.» Mues par une envie commune, les deux parties se sont mises d'accord sur un contrat de trois ans. Durant la période, Larry Legault cumule les casquettes de coach donc, mais aussi de directeur sportif.

La montée en poche, l'entraîneur se concentre déjà sur la saison à venir. «Le défi du football américain en Suisse est celui des infrastructures. Ça peut paraître anecdotique, mais au vu des contingents, difficile de trouver des vestiaires adaptés. Et puis il y a le terrain.» Sur ce dossier, les Seahawks travaillent avec le Service des sports de la Ville à la création d'une surface synthétique. «Un dossier pris très au sérieux par toutes les parties concernées», souligne Fabrice Pranzo. Et l'histoire de quelques années sans doute. D'ici là, les Seahawks connaissent l'étendue de leur mission. Ils devront confirmer, se maintenir en LNA. Séduire de nouveaux sponsors, de nouveaux talents. Attirer toujours plus de monde au stade de Vessy – ils étaient 200 spectateurs pour le match de promotion, 300 pour la finale du championnat. Mais avant toute chose, ils devront fêter cette montée tant désirée et bien méritée. (TDG)

Créé: 04.07.2016, 16h56

Articles en relation

Rencontre avec Jake Ryan: un quarterback venu du sud

Portrait L'homme de 26 ans, a quitté le Tennessee pour rejoindre Genève. Sa mission: faire jouer ses coéquipiers et aider à la montée en LNA. Plus...

McCarthy: «A Genève, j’ai les montagnes pour public»

Football américain Le quarterback américain des Geneva Seahawks a changé de décor pour devenir l’ambassadeur d’un sport méconnu. Plus...

Des Seahawks ambitieux se mettent à l’heure américaine

Football américain L’équipe genevoise mise sur deux Etasuniens et sur la motivation de son effectif pour retrouver la LNA. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Finale de la Coupe de Suisse
Plus...