McCarthy: «A Genève, j’ai les montagnes pour public»

Football américainLe quarterback américain des Geneva Seahawks a changé de décor pour devenir l’ambassadeur d’un sport méconnu.

Mike McCarthy ne regrette pas son exil européen à Vessy.

Mike McCarthy ne regrette pas son exil européen à Vessy. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Parlez-lui football américain, il vous répondra fondue. Souvenirs encore frais d’une fête de départ, que Michael «Mike» McCarthy raconte, non sans une pointe de nostalgie: «Mes parents m’ont toujours soutenu. Quand j’ai décidé il y a six mois de poursuivre ma carrière à Genève, ma mère s’est mise en tête de m’organiser une fête de départ à base de fondue. Ma première, pour une expérience gastronomique mitigée. Heureusement depuis, j’ai retenté ma chance en Suisse. Une révélation culinaire certes, mais aussi sportive! J’avais fait le bon choix.»

4272 m de passes réussies

Enfiler le maillot des Geneva Seahawks, en devenir le chef d’orchestre offensif n’avait en effet rien d’une évidence pour le quarterback. Sport roi aux Etats-Unis, le football américain ne jouit pas de la même popularité en Europe. De ses quatre saisons sur le terrain de l’Université de Bridgewater, dans le Massachusetts, le jeune homme de 24 ans se rappelle «la solide base de fans» et les «milliers de spectateurs» encourageant les Bears, ses ours, semaines après semaines. Etudiant de tous les records dans un pays friand de statistiques, il a réussi, en 41 matches, 4672 yards — soit 4272 m — de passes pour 41 touchdown, ou essais. Une star? «Un simple étudiant qui aime le football», répond Mike McCarthy. A Genève, changement de décor, les Seahawks jouent au Centre sportif de Vessy, devant une foule nettement moins dense de supporteurs. «Peut-être, mais ici, j’ai les montagnes comme public et le bord du lac comme piste d’entraînement, philosophe l’athlète. Une belle source d’inspiration.» Quatre victoires — 48-13 et 69-7 contre Zoug, 48-6 contre Thoune ou encore 63-8 contre Bienne — pour une défaite — 48-41 en prolongation contre Lausanne — depuis le début de la saison fin mars, les résultats ne trompent pas, le garçon est concentré sur l’objectif de l’équipe, la montée en Ligue nationale A.

«Je ne suis pas venu ici en vacances, insiste Mike McCarthy. Ce serait manquer de respect à un sport que je pratique au quotidien depuis mes 7 ans, au coach, et à mes coéquipiers, qui jonglent entre famille, travail, entraînements et matches, pour être à mes côtés sur le terrain. Par ailleurs je suis payé, j’ai un contrat, j’ai un travail à faire. Après, j’ai aujourd’hui la chance de découvrir le monde et je compte bien la saisir.»

Une petite île

Premier passeport et premier voyage à l’étranger, Mike McCarthy n’a pas choisi Genève par hasard. Une ville «internationale» et de taille «humaine», pour le jeune homme fier d’avoir grandi sur une petite île où «les gens se connaissent», Martha’s Vineyard. Une petite île qui accueille tout de même son lot de célébrités chaque été, dont la famille Obama. «Le coût de la vie y est élevé, mais rien comparé à Genève!» s’amuse le jeune homme.

Les autres destinations envisagées? L’Italie, l’Allemagne ou encore la France. «Le monde s’ouvre aux bons joueurs de football américain, mais aux Etats-Unis, nous n’en avons pas toujours conscience (lire ci-contre). Devenir ambassadeur de notre sport est pourtant une chance unique!»

Au point de poursuivre l’aventure au-delà d’une saison? Une option «envisagée» par le quarterback, qui se destine à la carrière de professeur d’éducation physique. Un retour au niveau professionnel aux Etats-Unis est une autre possibilité. «Lointaine, tempère Mike McCarthy. Aujourd’hui je vis mon rêve en Europe et c’est ainsi.»

Un continent qu’il lui reste à découvrir. Après Gruyère, le jeune homme compte bien voir Zurich, Paris. En attendant, il apprend à connaître les TPG et l’Eléphant dans la Canette, bistro partenaire des Seahawks, où il a ses habitudes tous les midis. Son meilleur souvenir de fondue, c’est d’ailleurs ici. (TDG)

Créé: 18.05.2015, 22h50

Europlayers: un site de transferts

«La première fois que je suis allé sur le site, je me demandais si c’était un vrai.» Une page qui mettrait en relation des joueurs de football américain avec des équipes européennes, Mike McCarthy avait du mal à y croire. Pourtant, c’est bien à europlayers.com qu’il doit sa signature avec l’équipe genevoise. Et le jeune homme est loin d’être un cas isolé. En 2014, 678 joueurs ou entraîneurs ont intégré un effectif européen par le biais de la plate-forme en ligne. Matt Green, un coéquipier de Mike McCarthy à l’Université de Bridgewater, vient par exemple de rejoindre les Allgäu Comets en Allemagne. Le site, créé en 2000 par un développeur français, Anthony Bodineau, s’est imposé depuis comme la plate-forme quasi unique pour ce type de transferts dans le football américain. Son concepteur a bien essayé de l’ouvrir à d’autres sports populaires aux Etats-Unis, mais dans le cas du basket comme du hockey sur glace les structures professionnelles existantes ne laissent que peu de place à un site parfois proche du réseau social. Europlayers.com compte aujourd’hui 21 780 membres actifs. «Un boom, selon Anthony Bodineau, symbole de l’intérêt de plus en plus marqué des Européens pour le football américain.»

Galerie photo

Coach Kirk entraîne les Seahawks

Coach Kirk entraîne les Seahawks L'équipe de football américain de Genève prépare la saison 2015 avec leur nouvel entraîneur américain.

Articles en relation

Des Seahawks ambitieux se mettent à l’heure américaine

Football américain L’équipe genevoise mise sur deux Etasuniens et sur la motivation de son effectif pour retrouver la LNA. Plus...

De l'Arizona à Plan-les-Ouates, le Super Bowl se vit avec ferveur

Genève la nuit La 49e édition de la finale du championnat américain a couronné les Patriots au terme d'un match excitant. Un spectacle que les joueurs des Geneva Whoppers ne voulaient pas manquer. Plus...

Une nuit de Super Bowl dans un bar genevois

Reportage Ils étaient plus de 200 réunis dimanche au Mr. Pickwick, à la rue de Lausanne, pour vivre la finale annuelle du championnat de football américain. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Finale de la Coupe de Suisse
Plus...