La Russie sacrée championne du monde

Hockey sur glaceLa Russie a remporté les Mondiaux de hockey à Helsinki en battant la Slovaquie en finale.

Le joueur russe Yevgeni Medvedev se bat contre le joueur slovaque Marek Hovorka.

Le joueur russe Yevgeni Medvedev se bat contre le joueur slovaque Marek Hovorka. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après deux ans de vacance, la Russie règne à nouveau sur le hockey mondial. En finale à Helsinki, la sélection russe a battu 6-2 la Slovaquie pour fêter son 26e titre de championne du monde. Un sacre qui ne se discute pas. Les Slovaques n’avaient pas les moyens de s’imposer pour rééditer leur titre mondial 2002 décroché contre cette même Russie.

La Russie des tsars et des stars est de retour. Comme au plus beau temps de la direction victorieuse de Slava Bykov, la sélection russe retrouve le titre mondial après l’intermède de la République tchèque (2010) et la Finlande (2011).

Avec deux joueurs d’exception, Evgueni Malkin et Alexander Ovechkin, motivés comme les plus fervents des supporters, la sélection dirigée par Zinedula Bilyaletdinov (ex-Lugano) a survolé cette finale. La joie des joueurs russes au terme de leur triomphe est sans doute la meilleure publicité pour le Championnat du monde, qui prend alors toute sa signification devant l’étalage de tels talents.

Coup de théâtre après 66’’

Malgré un coup de théâtre après 66’’ de jeu lorsque le géant Zdeno Chara - 2m05 sous la toise - surprenait le gardien russe Semyon Varlamov (Colorado Avalanche) d’un missile pris près de la ligne bleue, la Russie n’a pas douté très longtemps. A la 10e minute, Ovechkin produisait un démarrage supersonique qui laissait sur place la défense slovaque avant d’adresser un centre millimétré sur la canne de son coéquipier de Washington, Alexander Semin.

La Russie était lancée. Les Slovaques ont courageusement repoussé les nombreux assauts adverses avec un gardien Jan Laco (Lev Poprad/KHL) qui a longtemps retardé l’échéance. Mais la puissance de feu des lignes russes a fini par faire basculer le match. A la 27e, Alexander Perezoghin (Omsk) marquait d’un tir du revers de la canne.

Ensuite, un mauvais dégagement slovaque le long de la bande était transformé en but (34e) par Alexeï Tereshenko (AK Bars Kazan). Moins de 2’ plus tard, Semin mettait fin aux espoirs slovaques de revenir en inscrivant le 4-1. La ligne Ovechkin - Datsyuk - Semin fabriquait son troisième but de la soirée dès le début de la dernière période.

Les héros slovaques des tours précédents sont parus bien émoussés dans cette finale. Les Handzus, Satan et Sekera n’avaient plus beaucoup de jus pour ce dixième match en 15 jours. Les hommes de l’entraîneur Vladimir Vujtek ont constitué la surprise du tournoi après avoir éliminé le Canada et la République tchèque. Mais là, la marche était trop haute. Toutefois pour les joueurs de l’Est, il s’agit de la quatrième médaille aux championnats du monde après l’argent (2000), l’or (2002) et le bronze (2003).

Supersonique en demi-finales

C’est une Russie supersonique, emmenée par un Evgeni Malkin au sommet de son art, qui a balayé la Finlande (6-2) à la Hartwall Arena de Helsinki. Même s’ils n’ont pas démérité, les coéquipiers de Mikko Koivu ont été dépassés par les Russes. Quelle métamorphose par rapport au 3-0 de l’an dernier à Bratislava en faveur de la sélection finlandaise au même stade de la compétition! Elle a un nom: Evgeni Malkin.

L’attaquant des Pittsburgh Penguins, absent l’an dernier, a prouvé qu’il était bien le joueur russe le plus complet avec Ovechkin et Ilya Kovalchuk en réalisant un triplé. Il n’a pas volé son titre de meilleur compteur de ce Mondial avec 19 points.

Les Slovaques avaient validé leur ticket pour la finale grâce à leur succès 3-1 sur la République tchèque. Le grand homme du match avait été Miroslav Satan (37 ans). Le vétéran a débloqué le match à la 16e minute en trompant le gardien tchèque Kovar sur un tir pris à ras la glace dans un angle très fermé. Après l’égalisation de Michael Frolik (Chicago Blackhawks) suite à un engagement gagné par Plekanec (31e).

Satan assommait les Tchèques avec un but marqué à 4 contre 5! Handzus interceptait un palet et lançait immédiatement Satan en contre sur une passe par dessus (!) le défenseur Blatak, qui avait commis l’erreur de se lancer couché. Impeccable de sang froid, Satan, l’homme aux 1136 matches de NHL, effaçait magnifiquement Kovar pour le 2-1. Une nouvelle erreur de placement de Blatak précipitait l’élimination des Tchèques sur un but de Libor Hudacek (Slovan Bratislava/45e). (ats/nxp)

Créé: 20.05.2012, 21h38

Articles en relation

La République tchèque prend la troisième place

Hockey sur glace La République tchèque a battu dimanche la Finlande aux Mondiaux de hockey d'Helsinki. Elle prend ainsi la troisième place du classement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mc Sorley ne sera plus que manager du GSHC
Plus...