Du tonnerre, le Tour du Canton a passé entre les gouttes

Course à piedLa 23e édition s’est achevée mercredi soir à Bellevue. Les pieds au sec et le cœur léger. Maya Chollet et Sergio Dias ont défendu victorieusement leur titre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Voilà, encore un bon Tour de fait! Mercredi, à Bellevue, l’ultime arche d’arrivée franchie, les sourires perlés de sueur traduisaient un sentiment d’accomplissement. Réunis en bouquet, ils exprimaient aussi ce bonheur partagé depuis Dardagny et le coup d’envoi de cette 23e édition. L’épreuve est itinérante et au fil de ses étapes, elle dessine la trame d’une belle aventure collective.

Bien sûr, les meilleurs ont cavalé devant, souvent loin devant un peloton étiolé. Ce fut encore le cas à Bellevue où Sergio Dias et Maya Chollet, les lauréats en titre, ont confirmé leur suprématie. A l’exception d’une éclipse, en 2015, le Portugais de Bernex règne sans partage sur le Tour du Canton depuis 2013, l’année de son arrivée à Genève. Il lui voue un attachement particulier. «Il a facilité mon intégration. Et aujourd’hui, grâce à lui, je me fais mieux connaître», dit-il, lui qui est devenu masseur et coach sportif.

Déjà vainqueur à Dardagny, Lancy et Puplinge, Dias a réussi une fois encore la passe de quatre. Au sprint! «Je pensais pouvoir lever un peu le pied en prévision d’un prochain 5000 m sur piste à Lisbonne, mais Alexandre Roch m’a donné du fil à retordre. Comme Julien Lyon l’avait fait lors des deux premières étapes. De toute façon, pour moi, la victoire n’est jamais une formalité.»

Juste pour le plaisir

La même philosophie anime Maya Chollet, pour qui «rien n’est gagné d’avance». Gare aux apparences! La maigreur de sa silhouette cache mal une épaisseur de caractère hors du commun. Ce printemps, la Vaudoise du Stade Genève s’est surtout battue contre les coups durs. «Et contre moi-même», ajoute-t-elle. Elle porte encore les stigmates d’un accident provoqué par un chauffard en Croatie. Une cheville mal en point l'a mise au supplice. Et deux fois, Tenke Zoltani lui a volé la vedette. «Elle m’a surtout aidée à ne pas lâcher prise», dit-elle. Oui, Maya a tenu bon. Trois jours avant Bellevue, elle avait bouclé le semi-Ironman de Rapperswil en 5 heures!

Mais au Tour du Canton, pas besoin d’être une femme ou un homme de fer! Aussi vrai que tous les goûts sont dans la nature, tous les profils sont dans le peloton. On y court «juste pour le plaisir de se faire du bien, entre potes ou copines». On y vient en sortant du bureau. «C’est marrant de voir des gars entrer dans les vestiaires en costard-cravate, avec encore leur badge du boulot, et d’en sortir en short, avec leur dossard», raconte Maya Chollet. On y jette ses dernières forces avant de se prélasser sur la plage. Souvent en s’essoufflant car les parcours ne sont pas toujours de tout repos, comme à Dardagny ou à Puplinge cette année. «Même ce soir, ce n’était pas de la tarte, témoigne Max. Heureusement, les organisateurs avaient couvert certains chemins de copeaux de bois. Ça a soulagé mes mollets!»

Perspectives d'avenir

Du tonnerre, cette 23e édition «estivale» a passé entre les gouttes et beaucoup transpiré. Sur 2200 inscrits, quelque 1500 concurrents ont disputé les quatre étapes. Cette volatilité surprend un peu Corinne Fleury mais là aussi, toutes les envies sont dans le peloton. L’an prochain, l’épreuve devrait à nouveau s’évader en France voisine et en 2019, pour la 25e, elle devrait prendre de la hauteur, histoire de mettre la cerise sur le gâteau!

(TDG)

Créé: 15.06.2017, 11h16

Articles en relation

Le 23e Tour du Canton s’élance de Dardagny

Course à pied Mardi, plus de 2100 concurrents sont attendus sur la ligne départ. L’épreuve se poursuivra les trois prochains mercredis à Lancy, Puplinge et Bellevue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: la Poste veut supprimer un quart de ses offices
Plus...