La Une | Mercredi 22 octobre 2014 | Dernière mise à jour 03:10
Science

Voulez-vous connaître l'heure de votre mort?

Par Christine Werlé. Mis à jour le 21.11.2012 1 Commentaire

Il existe un gène qui prédit le moment de la journée où vous allez mourir, selon une très sérieuse étude américaine. La date de la mort ne peut en revanche pas être déterminée.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.
Image: AFP

Liens

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Il existe un gène qui prédit le moment de la journée où vous allez mourir, révèle le site Slate.fr en se basant sur une très sérieuse étude américaine. La date de la mort ne peut en revanche pas être déterminée.

Le Beth Israel Deaconess Medical Center de Boston a étudié les rythmes circadiens (l'horloge biologique) de 1'200 personnes qui avaient légué leurs corps à la science et dont l'heure exacte de la mort était connue. Conclusion: ceux qui ont l'habitude de se lever tôt et ceux qui se lèvent tard ne meurent pas aux mêmes heures de la journée.

A l'origine de cette différence, un gène. Les chercheurs ont découvert que ce même gène déterminerait l'heure de la mort.

Trois combinaisons

Le gène en question permet trois types de combinaisons des nucléotides: adénine-adénine (A-A), adénine-guanine (A-G) et guanine-guanine (G-G).

Le site américain The Atlantic résume comme suit les résultats de l'étude: «Ceux avec un génome A-A ont tendance à se lever une heure pleine plus tôt que ceux avec un génome G-G. Ceux avec une combinaison A-G se lèvent presque exactement à une heure située entre celles des deux autres groupes. (...) Les génomes A-A et les A-G sont morts en fin de matinée, juste avant 11h. Le génome G-G sont morts juste avant 18h... soit 6 heures de différence.»

Le Dr Andrew Lim, qui a dirigé l'étude, voit dans cette découverte des implications positives pour la médecine. «Cela pourrait éventuellement conduire à des interventions prévues rationnellement pour assurer la protection pendant une période de forts risques pour certains individus –comme par exemple faire des traitements pour le cœur à des moments spécifiques en fonction de la version du gène dont le patient est porteur», explique-t-il.

(Newsnet)

Créé: 21.11.2012, 16h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Corinne George

21.11.2012, 17:35 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 2

L'étude américaine la plus intéressante de ces 20 dernières années...Y'en avait des nuls, mais là ! J'hallucine, Répondre



Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11

Les «trous géants» sont loin d'être rares

  • Les «trous géants» sont loin d'être rares
  • Regardez notre galerie photo

Le sport en image

Infographie