Spermatozoïdes in vitro contre l'infertilité masculine?

RecherchesPremière mondiale à Lyon: des chercheurs ont réussi à créer des spermatozoïdes in vitro. Leur technique pourrait résoudre 30 à 50% des problèmes d'infertilité masculine.

Jamais encore des spermatozoïdes humains n'avaient pu être créés in vitro jusqu'ici.

Jamais encore des spermatozoïdes humains n'avaient pu être créés in vitro jusqu'ici. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des chercheurs lyonnais ont réussi à créer des spermatozoïdes in vitro à partir de cellules souches testiculaires. Une première mondiale, selon eux, qui pourrait révolutionner le traitement de l'infertilité de milliers d'hommes d'ici quelques années. La société de biotechnologies Kallistem, basée à Lyon, avait déjà dévoilé ses trouvailles en mai. Mercredi, elle a détaillé son travail mais, cette fois-ci, avec la caution du CNRS.

Car depuis le printemps, le projet a avancé: les chercheurs lyonnais ont déposé des brevets et surtout, ont soumis à publication dans une revue scientifique --gage de validation par leurs pairs-- le fruit de leurs recherches.

20 ans de recherche

Concrètement, ils ont réussi à obtenir in vitro des spermatozoïdes de rat, de singe puis d'homme. Pour y parvenir, il a fallu 20 ans de recherche pour mettre au point les conditions de culture de ces cellules souches afin de permettre artificiellement la spermatogenèse, c'est-à-dire la transformation des spermatogonies (les cellules souches testiculaires) en spermatozoïdes.

Cette technique d'accouchement des spermatozoïdes pourrait résoudre «30 à 50%» des problèmes d'infertilité masculine, explique Philippe Durand, ancien directeur de recherche à l'Inra et initiateur du projet. Mais pas avant plusieurs années, sachant que les essais cliniques ne devraient pas commencer avant trois à cinq ans, a-t-il ajouté.

Car d'abord, l'équipe doit éprouver la qualité de ces spermatozoïdes créés in vitro en faisant naître des ratons. «Il faut voir si les petits ratons sont normaux, s'ils sont capables de se reproduire», précise encore Philippe Durand.

Ensuite, des tests seront effectués sur les spermatozoïdes d'hommes créés in vitro, en les comparant à des spermatozoïdes prélevés in vivo. Et ce n'est qu'ensuite que les essais cliniques pourront commencer.

(afp/nxp)

Créé: 17.09.2015, 13h30

Articles en relation

Un couple raconte son combat contre l'infertilité

Vote du 14 juin Si la modification de la Constitution est approuvée, les chances de succès d'une fécondation in vitro seront accrues. Plus...

«Stocker la fertilité», un marché en forte croissance

Conservation des ovocytes A Lausanne, Marc Germond nous ouvre les portes du plus grand centre suisse de traitement de l’infertilité de couple. Plus...

Découverte prometteuse contre l'infertilité

Reproduction féminine Des chercheurs américains ont montré l’existence de cellules souches ovariennes capables de produire des ovules (ou ovocytes) chez la femme adulte, ouvrant de nouvelles perspectives en médecine de la reproduction. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La sécurité n'est plus le souci majeur des Genevois
Plus...