Le jeûne nocturne réduit le risque de rechute

Cancer du seinIl y aurait 36% de chance de réapparition de la tumeur en mangeant la nuit.

Une patiente fait une mammographie dans un hôpital français. Illustration.

Une patiente fait une mammographie dans un hôpital français. Illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les femmes en rémission d'un cancer du sein qui mangent pendant la nuit augmentent de 36% le risque de réapparition de leur tumeur. Telle est la conclusion d'une étude publiée jeudi dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

«Prolonger l'intervalle du jeûne nocturne pourrait être une stratégie simple sans médicament de réduire le risque de récurrence du cancer du sein et d'autres cancers», estime Catherine Marinac, chercheuse au centre du cancer Moores de l'Université de Californie à San Diego, principal auteur.

Selon elle, de précédentes études «se sont penchées sur le régime alimentaire pour la prévention du cancer, mais le moment des repas pourrait aussi importer car cela semble avoir un effet sur le métabolisme».

Moins d'heures de sommeil

Ces femmes qui mangent pendant la nuit connaissent également une probabilité accrue de décès par rapport aux patientes qui restent plus de treize heures sans consommer de nourriture entre le moment de se mettre au lit et le petit déjeuner, ont déterminé les chercheurs de la faculté de médecine de l'université de Californie.

Ils ont également observé que le fait de passer quelques heures de moins chaque nuit sans manger s'accompagnait d'un sommeil réduit et de niveaux plus élevés d'hémoglobines glyquées, qui est une mesure des taux moyens de sucre dans le sang.

Ces observations confortent les résultats d'autres études. Ces dernières ont établi que des taux élevés de cette hémoglobine et un manque chronique de sommeil sont liés à un risque accru de cancer du sein. Ainsi une recherche publiée en avril 2015 montrait que des nuits trop courtes s'accompagnaient souvent d'une glycémie trop élevée.

Diabète 2 et maladies cardiovasculaires

L'étude publiée jeudi se fonde sur des données collectées entre 1995 et 2007 auprès de 2413 femmes non-diabétiques en rémission d'un cancer du sein et âgées de 27 à 70 ans. «Si de futurs essais cliniques confirment qu'un jeûne nocturne prolongé améliore la santé du métabolisme, cette découverte serait alors importante pour réduire le risque de cancers, de diabète de type 2 (adulte) et les maladies cardiovasculaires», pointe Ruth Patterson, responsable du programme de prévention du cancer au centre Moores. (ats/nxp)

Créé: 01.04.2016, 04h53

Articles en relation

Le nouveau centre du cancer à Lausanne prêt en 2018

Médecine Installé à côté du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne, le nouveau centre sera opérationnel en 2018. L'investissement est d'environ 80 millions. Plus...

Le brocoli peut aider à lutter contre le cancer

Maladie Le sulforaphane, une substance présente dans le légume, augmente l'efficacité d'un médicament utilisé dans le traitement de cellules cancéreuses de l'intestin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les CFF s'engagent pour la biodiversité
Plus...