L'hécatombe des étoiles de mer était due à un virus

ETATS-UNISL'hécatombe des étoiles de mer sur la côte ouest des Etats-Unis, qui sévit depuis le printemps 2013, serait due à un virus.

Photo d'illustration - Cette hécatombe frappe au moins vingt différentes espèces d'étoiles de mer, vivant sur le littoral et en captivité, du sud de l'Alaska à la Californie.

Photo d'illustration - Cette hécatombe frappe au moins vingt différentes espèces d'étoiles de mer, vivant sur le littoral et en captivité, du sud de l'Alaska à la Californie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un virus est responsable de l'hécatombe sans précédent et jusque-là mystérieuse des étoiles de mer sur la côte ouest des Etats-Unis depuis le printemps 2013, ont déterminé des scientifiques. Le taux de mortalité atteint 95% dans certaines régions.

Le microbiologiste Ian Hewson de l'université Cornell et d'autres scientifiques ont démasqué le tueur d'étoiles de mer comme étant le densovirus associé à ces échinodermes, dit «Sea Star Associated Densovirus», expliquent-ils dans leurs travaux publiés lundi dans les «Comptes rendus de l'académie américaine des sciences» (PNAS).

Une épidémie

Les échantillons analysés dans différents musées d'histoire naturelle montrent que ce virus est présent en faible densité depuis au moins 72 ans. Il avait été détecté la première fois dans des étoiles de mer mortes et préservées en 1942, puis en 1980, en 1987 et en 1991.

Cette recherche indique que la maladie a atteint récemment une ampleur épidémique en raison de la surpopulation des étoiles de mer, des changements environnementaux ou peut-être à cause d'une mutation du virus. Cet agent pathogène peut aussi être transporté par les courants marins, ce qui peut expliquer aussi sa propagation rapide.

Ramollissement, perte des bras, puis mort

Cette hécatombe frappe au moins vingt différentes espèces d'étoiles de mer, vivant sur le littoral et en captivité, du sud de l'Alaska à la Californie et aussi en basse Californie, au Mexique. Les plus touchées sont la Pisaster ochraceus, de couleur pourpre, et la Pycnopodia helianthoides, aussi appelée Soleil de mer.

Les signes les plus communément observés de ce syndrome de dépérissement sont des lésions superficielles blanches qui s'étendent rapidement, suivies d'un ramollissement de l'animal, la perte de ses bras et une désintégration de son corps aboutissant à sa mort.

Impact important sur l'écosystème

Des populations entières de ces étoiles de mer ont été décimées dans le détroit de Puget, dans l'Etat de Washington, et la mer des Salish en Colombie-Britannique ainsi que le long de la côte californienne, selon une recherche de l'institut américain de géophysique (USGS), avec un taux de mortalité estimé à 95%.

Cette disparition massive aura un impact néfaste important durable sur l'écosystème côtier parce que les étoiles de mer sont des prédateurs importants. (ats/nxp)

Créé: 18.11.2014, 03h28

Articles en relation

Deux laboratoires expliquent l'hécatombe d'abeilles

EMMENTAL Plus d'un million d'abeilles sont mortes à la fin d'avril dans le canton de Berne. Des laboratoires donnent une explication. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mc Sorley ne sera plus que manager du GSHC
Plus...