L’Etat invité à favoriser les rénovations énergétiques

Parc immobilierDix signataires mettent la pression en vue des Rencontres du logement.

Thermographies du Lignon (en haut) et de Meyrin Cité. En bleu, les zones «froides»; plus on va vers le vert, le jaune, le rouge et enfin le blanc, plus les déperditions de chaleur sont importantes.

Thermographies du Lignon (en haut) et de Meyrin Cité. En bleu, les zones «froides»; plus on va vers le vert, le jaune, le rouge et enfin le blanc, plus les déperditions de chaleur sont importantes. Image: TCC SA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La moitié des émissions de CO2 du canton proviennent du chauffage. A quelques mois de la Conférence Climat à Paris, les lobbys s’activent. A Genève, l’association Noé21 met la pression sur le Conseil d’Etat via une lettre ouverte envoyée ce vendredi. Elle souhaite l’inciter à favoriser la rénovation énergétique du parc immobilier. «Une volonté d’action concrète, c’est nouveau» se réjouit Christina Meissner, députée et cheffe du groupe UDC qui a signé la lettre.

Les dix propositions «de pistes à explorer», destinées à la préparation d’un plan d’action ont été publiées dans la perspective des Rencontres du logement prévue le 15 janvier. Le but: donner au Conseil d’État un outil de réflexion et une base de travail pour lancer un projet de rénovation énergétique, attendu depuis longtemps par les membres de l’association. «Ça fait 30 ans qu’on sait ce qu’on doit faire, mais on ne le fait pas. Pour monter d’un cran la mobilisation, il faut une dynamique politique que seul le Conseil d’Etat peut initier», assure Philippe Roch, ex-député PDC et ancien directeur de l’Office fédéral de l’environnement.

Afin d’amener du poids à ses propositions, l’association s’appuie sur des noms connus de la politique locale. Christina Meissner (UDC), Philippe Roch (PDC), René Longet (PS), Gabriel Barrillier (PLR), ou encore Carlos Medeiros (MCG) sont parmi les 10 signataires.

Seul parti non représenté parmi les signataires: SolidaritéS, qui, a déclaré via un communiqué soutenir «dans l’essentiel» les propositions publiées, tout en se détachant sur l’aspect financier du projet: «Nous restons convaincus que la charge financière de la rénovation énergétique ne devrait en aucun cas reposer sur les locataires». La loi cantonale les oblige en effet à participer financièrement à l’assainissement énergétique, avec les propriétaires.

Le financement du projet est en effet un point «politiquement délicat» selon Philippe Roch. L’étude CEPIC, menée par Noé 21, a estimé que l’assainissement du parc immobilier genevois coûterait 800 millions de francs annuels durant cinquante ans. Les signataires de Noé21 désirent transformer cette «charge», en «nouveau marché» pour les entreprises.

Enfer administratif

Les signataires demandent une simplification des procédures administratives, «le nerf de la guerre». «Aujourd’hui, si on veut rénover on se noie dans l’administration, explique Philippe Roch. Il est nécessaire de créer des structures qui favorisent le processus.» La loi cantonale est un imbroglio administratif estiment les signataires. Simplifier, donner accès à la rénovation sans coût supplémentaire, et ainsi réduire la consommation d’énergie du parc immobilier, sont les défis identifiés par Noé21.

Après réception de la lettre, Antonio Hodgers, conseiller d’Etat en charge du logement, juge les propositions «intéressantes et positives», et précise qu’elles seront abordées lors de la 2e séance des Rencontres du logement. Mais il prévient: pour agir, «il faut un consensus et des majorités parlementaires». (TDG)

Créé: 09.01.2015, 19h03

Articles en relation

Genève est toujours en grave panne de logements

Immobilier Le nombre de logements vides a doublé en une année. Pas de quoi desserrer l'étau de la pénurie. Plus...

Immobilier: des loyers à la hausse, des prix de vente à la baisse

Haute-Savoie Le bilan du marché de l'immobilier pour les six premiers mois de l'année est plutôt contrasté, marqué notamment par la frilosité des banques. Plus...

«Je préférerais annuler les subventions pour les énergies»

Stratégie énergétique 2050 Le débat de la décennie sur notre avenir énergétique dure depuis une semaine à Berne. Parole aux grands acteurs. Aujourd'hui, la conseillère nationale vaudoise Isabelle Chevalley. Plus...

Un grand marchandage pour sortir du nucléaire à reculons

Energie Le tournant énergétique a passé la rampe à Berne grâce à une alliance rare du centre et de la gauche. Mais aucune date n'est fixée pour l'arrêt des centrales. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève championne suisse des vols de voitures
Plus...