La Une | Mercredi 16 avril 2014 | Dernière mise à jour 15:41
Santé

Réunion à huit clos sur le virus mutant H5N1

Mis à jour le 16.02.2012 2 Commentaires

Depuis ce matin, des experts sont réunis au siège mondial de l'Organisation mondiale de la santé, à Genève. Ils débattront jusqu'à vendredi d'un sujet éthique sensible au sujet du développement d'un virus H5N1 mutant.

Le siège de l'Organisation mondiale de la santé à Genève. Là où se déroule la réunion à huit clos.

Le siège de l'Organisation mondiale de la santé à Genève. Là où se déroule la réunion à huit clos.
Image: Keystone

Une vingtaine d’experts se sont réunis jeudi à huis clos au siège de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève. Objectif: établir si les scientifiques impliqués dans le développement d’un virus H5N1 mutant potentiellement capable de se transmettre entre humains peuvent publier leurs travaux.

La réunion se poursuit vendredi et l’OMS informera sur ses éventuelles conclusions, a dit un porte-parole de l’OMS, Gregory Hartl. Sur les 22 participants devant assister à cette «consultation technique», 21 sont arrivés et un est en retard, a-t- il précisé.

Parmi eux figurent les équipes des deux chercheurs ainsi que des représentants des revues «Science» et «Nature» qui auraient dû publier les résultats des études. La réunion vise à atteindre un «consensus» entre les scientifiques et trouver un «équilibre» entre «la recherche scientifique et la sécurité».

Les études menées sur des changements du virus de la grippe H5N1 pour le rendre plus transmissible entre humains avaient soulevé des inquiétudes au sein de la communauté internationale sur les risques et utilisations abusives possibles, notamment par des bioterroristes.

Moratoire sur les résultats

Car si la grippe aviaire à virus H5N1 est surtout transmissible entre oiseaux, quand elle est transmissible à l’homme, elle est à 60 % fatale, selon l’OMS.

La première équipe de chercheurs est implantée dans un laboratoire au centre médical universitaire Erasmus de Rotterdam (Pays-Bas). Elle avait annoncé en septembre avoir créé une mutation du virus de la grippe aviaire capable, pour la première fois, de se transmettre facilement entre mammifères et potentiellement entre humains. L’autre équipe se trouve à l’Université du Wisconsin (Etats- Unis).

Ces scientifiques se sont toutefois accordés «pour cesser leurs recherches dans ce domaine pendant 60 jours afin de donner du temps à l’opinion internationale de s’exprimer», ont-ils dit dans une lettre publiée le 20 janvier par les revues «Science» et «Nature».

Par voie aérienne

L’être humain ne peut être contaminé que par contact avec des animaux infectés mais le taux de mortalité de 60 % associé à ce virus est l’un des plus élevés. En comparaison, la grippe espagnole, qui aurait fait entre 20 et 40 millions de tués en 1918-1919, a tué 0,5 % des personnes contaminées.

La récente polémique a éclaté lorsque l’équipe hollandaise a annoncé avoir découvert que le virus H5N1 de la grippe aviaire pouvait se transmettre par voie aérienne, comme la grippe saisonnière. Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont modifié à plusieurs reprises le virus H5N1 pour créer un virus mutant et ont procédé à des expériences avec des furets.

Selon eux, ces mutations peuvent très bien avoir lieu dans la nature et il convient de se préparer à une évolution du virus de la grippe aviaire le rendant transmissible entre êtres humains, via les éternuements par exemple.

Le Bureau national américain de la science pour la biosécurité (NSABB) avait demandé à ce qu’une partie des résultats de la recherche sur le virus ne soient pas publiés dans les revues «Science» et «Nature». Cette initiative a été dénoncée par certains membres de la communauté scientifique internationale comme une censure et une atteinte à la recherche. (ats/Newsnet)

Créé: 16.02.2012, 12h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Jean Sacchi

16.02.2012, 12:44 Heures
Signaler un abus

C'est le genre de scientifiques que je n'aime pas trop. Ils s'amusent à créer un virus capable de s'attaquer à l'homme alors qu'auparavant ce n'était pas le cas! Répondre


Nil Oira

16.02.2012, 13:21 Heures
Signaler un abus

Les experts en question ne seraient-ils pas en fait des représentants des labos pharma payés pour augmenter les ventes de médicaments et autres vaccins ? Répondre