La santé des seniors passe par leurs assiettes

SantéLa dénutrition concernerait près de 5% des personnes âgées vivant à leur domicile. Un mal méconnu.

Environ 5% des personnes âgées vivant à domicile et 30 à 50% des résidants en EMS  souffrent de dénutrition.

Environ 5% des personnes âgées vivant à domicile et 30 à 50% des résidants en EMS souffrent de dénutrition. Image: GETTY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Dis mamie, pourquoi tu ne manges plus?» La question peut paraître anodine, voire enfantine, pourtant elle mérite d’être posée. En effet, avec l’âge de nombreux seniors diminuent leurs apports nutritifs, jusqu’à fondre littéralement. «Les gens, même dans le milieu médical, trouvent cela normal. Dans l’imaginaire collectif, ce phénomène est assimilé à un effet du vieillissement, regrette Andrea Trombetti, médecin adjoint agrégé au Service des maladies osseuses des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Mais c’est faux. On ne maigrit pas naturellement à partir d’un certain âge. Toute perte de poids importante – plus de 5% de la masse en un mois ou 10% en six mois – doit constituer un signal d’alarme.» Un avis partagé par Claire Sulmont Rossé du Centre des sciences du goût et de l’alimentation à Dijon: «La dénutrition demeure un mal méconnu, notamment des médecins de famille, ce qui conduit à une mauvaise prise en charge.»

Spirale de la dénutrition

En France, un collectif de professionnels vient de lancer un manifeste*, afin d’alerter la population et les pouvoirs publics sur cette pathologie silencieuse. Le sujet est d’importance. En Suisse, on estime que 5% des personnes âgées vivant à domicile souffrent de dénutrition, 15 à 30% des seniors hospitalisés et 30 à 50% de ceux résidant en Etablissements médico-sociaux (EMS). Avec, pour tous, des conséquences graves. «La perte de poids a des effets sur de nombreux organes, poursuit Andrea Trombetti. Elle se traduit par une fonte de la masse musculaire, la sarcopénie, qui augmente le risque de chute et donc le nombre de fractures. Elle implique également un affaiblissement du système immunitaire et donc une augmentation de la propension à développer des infections.»

Tout cela conduit à une hausse des taux d’hospitalisation et de mortalité, ainsi qu’à un coût non négligeable pour les systèmes de santé. En 2004, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) estimait ainsi que les surcoûts des patients dénutris s’élèvent en moyenne à 3500 fr., soit 520 millions de francs par an, notamment en raison d’une durée d’hospitalisation rallongée de 4,9 jours par rapport aux personnes se nourrissant normalement.

Mais pourquoi les seniors cessent-ils de s’alimenter convenablement? «Les raisons sont multiples, répond Andrea Trombetti. Le contexte social joue un rôle important, notamment l’insuffisance de revenus, la solitude ou la dépression. Ensuite, les problèmes de mobilité peuvent conduire les seniors à faire moins de course ou à moins cuisiner, tandis que les soucis de dentition les empêchent de consommer certains produits comme la viande. Enfin, la prise de nombreux médicaments donne parfois l’impression aux personnes âgées d’avoir mangé avant d’avoir commencé.» La perte du goût, qui diminue les plaisirs de la table, est également avancée comme une cause.

Dépistage systématique

S’ensuit ce que les spécialistes appellent la spirale infernale de la dénutrition: moins une personne mange, plus elle augmente ses chances de complications médicales. Et plus elle a de complications, moins elle mange. «L’important est de prendre en charge ces patients le plus tôt possible, avant que le processus ne devienne irréversible, souligne Véronique Coxam, directrice de recherche à l’Institut national de recherche agronomique (Inra), qui travaille sur la prévention nutritionnelle des pathologies ostéo-articulaires. Il faut donc poser le diagnostic le plus tôt possible.»

A l’Hôpital des Trois-Chêne, à Genève, tous les patients âgés sont désormais dépistés dès leur entrée, par le biais du test MNA (Mini Nutritional Assessment). «Si un problème de dénutrition est diagnostiqué, une prise en charge spécifique est mise en place afin de couvrir les besoins alimentaires, explique Andrea Trombetti. Cette approche est complétée par un réentraînement à l’activité physique, afin de reconstituer la masse musculaire.» Mais, idéalement, c’est au domicile que ces efforts devraient débuter. Pas à l’hôpital. L’objectif étant de garder un poids constant tout au long de sa vie.

* Manifeste contre la dénutrition: www.luttecontreladenutrition.fr

(TDG)

Créé: 20.01.2017, 21h44

Articles en relation

Collecte gratuite des déchets encombrants chez les seniors

Lausanne Le ramassage à domicile et sans frais s’adresse aux personnes âgées ou à mobilité réduite. Plus...

Les panthères grises mordent les mollets du Conseil fédéral

Climat L'Association des aînées pour la protection du climat suisse lance une action judiciaire. L'ex-conseillère nationale Anne Mahrer estime que la santé et la vie des seniors sont en grave danger. Plus...

«Les aînés sont prêts à réduire les coûts de la santé»

Genève L’Université des seniors publie une étude sur le lien entre économie et santé. Elle révèle un potentiel de réduction des coûts. Plus...

Deux seniors que l’on écouterait bien toute la nuit

Débat A l’invitation de la Ville de Genève, Bernard Bertossa et Guy-Olivier Segond ont joué les duettistes de haut vol jeudi soir. Juste magnifique. Plus...

Les médicaments ne font pas toujours du bien

Santé Les intoxications augmentent et les médicaments sont les premiers fautifs. Les hôpitaux s'inquiètent aussi des erreurs. Plus...

Comment déceler les problèmes alimentaires

«La dénutrition ne survient pas au hasard, explique la journaliste Sophie Cousin, co-auteure avec la directrice de recherche Véronique Coxam du livre Vivons plus vieux en bonne santé (à paraître ces jours aux Editions Quae). Il existe des périodes de la vie qui sont plus à risque, comme la retraite, le décès du conjoint ou une hospitalisation. C’est dans ces moments particuliers que les proches et les aidants doivent particulièrement surveiller l’alimentation des personnes âgées.» Idéalement, les seniors devraient passer sur la balance une fois par mois. Une perte de poids supérieure à 5% de la masse totale en un mois ou de 10% en six mois constitue alors un signal d’alerte, qui doit pousser les gens à consulter au plus vite un médecin. «Mais il faut surtout écouter la personne concernée et essayer de cerner la cause du problème, poursuit Sophie Cousin. Par exemple, chez les personnes qui souffrent des dents, il est possible de changer l’alimentation en privilégiant la viande hachée.» En raison de la baisse de l’activité physique et de changements physiologiques, les personnes âgées ont particulièrement besoin de protéines, qui se trouvent dans les œufs, la viande et les produits laitiers. «Des astuces simples comme rajouter du fromage ou de la crème à la soupe du soir permettent de combler cette carence», détaille Véronique Coxam. En cas de dénutrition sévère, des compléments alimentaires, ainsi que de la vitamine D peuvent également être prescrits. Sans oublier, toutefois, que la nutrition doit rester un plaisir. BE.B.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La sécurité n'est plus le souci majeur des Genevois
Plus...