La contraception fera diminuer la pauvreté

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le monde a trop longtemps fermé les yeux sur un problème qu’ensemble nous pouvons résoudre. La génération adolescente actuelle, composée de 1,2 milliard d’individus, est d’une ampleur sans précédent. A la manière des baby-boomers d’après-guerre dans les pays industrialisés, elle est idéalement placée pour libérer un potentiel de croissance économique inédit à travers la planète.

L’avenir qui lui est promis est brillant, certes, mais il est loin d’être garanti. Si cette génération entre dans sa nouvelle phase de vie sans être munie des outils et aides adéquats, nous pourrions assister à une vague de grossesses précoces aux effets dévastateurs.

Aujourd’hui, dans les pays en développement, 60% des adolescentes qui ne souhaitent pas tomber enceintes n’utilisent pas de moyens de contraception. Parce qu’elles ne sont pas en mesure de se les procurer, parce qu’ils sont inabordables ou parce que personne ne peut les conseiller ou leur en expliquer le fonctionnement.

N’ayant d’autre choix, des millions de jeunes femmes de ces pays n’ont pas recours aux moyens de contraception et espèrent que tout ira pour le mieux. Résultat: une jeune femme sur cinq tombe enceinte avant l’âge de 18 ans. Les conséquences induites peuvent être dramatiques: les complications liées à la grossesse et à l’accouchement sont la première cause de mortalité des jeunes femmes âgées de 15 à 19 ans.

Pour une mère encore adolescente qui vient d’accoucher, la vie peut bien souvent se compliquer par la suite. Ayant quitté l’école, ses chances de percevoir un revenu et de sortir enfin de la pauvreté s’envolent, tout comme ses chances, en tant que femme, de devenir moteur du développement de son propre pays.

A l’aube d’un point de basculement démographique mondial et de l’entrée de plus d’un milliard de jeunes dans leur période de procréation, nous ne pouvons pas rester les bras croisés. Fort heureusement, rien ne nous y oblige. Nous pouvons nous assurer que ces jeunes femmes aient accès à des moyens de contraception, des informations et des services modernes. Nous pouvons leur donner les moyens de prévenir les grossesses non désirées et ainsi leur offrir l’opportunité de terminer leurs études, d’entrer dans la vie active et de fonder un foyer lorsqu’elles l’auront décidé.

La vie de chacun s’en trouvera transformée. Avec l’accès aux moyens de contraception, les familles ont tendance à se réduire. Les femmes sont plus libres de travailler à l’extérieur du foyer, de percevoir un revenu et de contribuer ainsi à l’économie. Les parents ont plus de ressources à consacrer à la santé et à l’éducation de leurs enfants – leur offrant ainsi la perspective d’un avenir meilleur.

Multiplier ces effets positifs par les millions de familles auxquelles ils pourraient s’appliquer nous permet de comprendre à quel point les moyens de contraception sont une des innovations les plus importantes que la terre n’ait jamais connues dans la lutte contre la pauvreté. C’est aussi l’un des investissements dédiés au développement le plus judicieux qu’un pays puisse faire – car lorsque les familles peuvent sortir de la pauvreté, l’économie dans son ensemble en bénéficie, les nations deviennent autosuffisantes et l’aide au développement finit par ne plus être nécessaire.

«Mais avant tout, nous ferons davantage pour aider les adolescentes du monde entier à s’en sortir.»

Fer de lance du planning familial, les pays d’Europe occidentale ont contribué à accélérer notre marche vers ce futur. En seulement dix ans, l’action des pouvoirs publics, l’éducation et les moyens de contraception à action durable ont permis de réduire le nombre de grossesses précoces de plus d’un tiers *. Historiquement, les taux que nous enregistrons aujourd’hui n’ont jamais été aussi faibles.

L’engagement conjoint des pays donateurs, des pays en développement, des organisations philanthropiques comme la Fondation Bill & Melinda Gates et du secteur privé va permettre d’étendre l’accès aux moyens de contraception injectables et ceux à longue durée d’action. Cet engagement va aussi permettre d’améliorer les chaînes d’approvisionnement, afin de s’assurer que les réserves de contraceptifs soient suffisantes pour répondre aux besoins.

Mais avant tout, nous ferons davantage pour aider les adolescentes du monde entier à s’en sortir. Car, à leur tour, elles aideront le monde à progresser. Je n’oublierai jamais cette lycéenne rencontrée en Indonésie en début d’année, qui, lui ayant demandé pourquoi elle envisageait d’utiliser des contraceptifs, m’a répondu: «Mes parents m’ont dit un jour: «Nous habitons un pays en développement, tu te dois d’apporter ta pierre à l’édifice.»

Comme beaucoup d’autres de sa génération, elle est déterminée à œuvrer à la création d’un monde meilleur et a compris que le planning familial en est la première étape. En utilisant l’aide au développement pour élargir l’accès aux contraceptifs, les pays qui s’associent à cet effort investissent de manière concrète et rentable dans le monde de demain afin que davantage de jeunes puissent grandir en bonne santé, réaliser leur potentiel et apporter leur contribution au développement économique du monde. Un monde dans lequel les pays pauvres deviendront, à leur tour, prospères et dans lequel 1,2 milliard de jeunes talents pourront nous rejoindre et construire avec nous un avenir meilleur pour tous.

* Source: Banque mondiale. Calculé selon le taux moyen de grossesse chez les adolescentes (nombre d’enfants par femme âgée entre 15 et 19 ans) dans 18 pays d’Europe de l’Ouest (Autriche, Belgique, Suisse, Allemagne, Danemark, Espagne, Finlande, France, Royaume-Uni, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, Portugal et Suède).

(TDG)

Créé: 11.07.2017, 18h02

(Image: Rémy Steinegger)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.