Le Bitcoin sous amphétamines

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

2017 est là et nous avons déjà droit à notre premier délire financier. Ce n’est pas vraiment de la finance, puisque le Bitcoin n’est pas encore considéré comme une «classe d’actifs», mais quand une «monnaie» – bien que régulée par aucune banque centrale et aucun gouvernement – explose de 20%, ça remue.

Sauf que là, en plus du monde de la finance, tous les médias s’y sont mis de leur opinion personnelle, sortie d’années d’expériences. Il faut dire qu’en 2016, le Bitcoin est la monnaie qui a le mieux «performé» en comparaison. Depuis la mi-décembre, il n’a fait que monter jusqu’au 5 janvier, où il a soudainement explosé à 1160 dollars, son record historique. Avant de se planter magistralement de 20% après que la plupart des médias traditionnels se soient demandés si le Bitcoin ne serait pas une valeur refuge.

Il faudrait tout de même plus que les 1800 caractères de cette chronique pour tergiverser sur la notion de «valeur refuge», bien que l’on pourrait vite en faire le tour en disant qu’une valeur refuge n’existe pas, puisque toute valeur est refuge en fonction de la tolérance au risque que l’investisseur peut supporter. Toujours est-il qu’estimer que le Bitcoin est une valeur refuge est tout inconscient.

Inconscient, parce que le Bitcoin reste «illiquide» et trop volatile pour offrir la moindre sécurité. La valeur totale des Bitcoins est de 16 milliards de dollars, ce qui est dérisoire si nous comparons avec l’or, qui est censé être une valeur refuge. Nous avons également rapidement oublié que les propriétaires d’une plate-forme de Bitcoin se sont tirés avec la caisse. Avant que le Bitcoin soit une valeur refuge, les poules auront des dents.

Ce seront d’ailleurs alors probablement elles qui fabriqueront des «crypto- monnaies».

*Fondateur du site Investir.ch

(TDG)

(Créé: 08.01.2017, 21h35)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

2016 a été l'année la plus chaude de l'histoire
Plus...