Que comprendre des appels à la violence dans le Coran?

Dessin d'illustration.

Dessin d'illustration. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La lecture au premier degré de passages du Coran incite certains jeunes à faire le djihad. Comment éviter cet usage inapproprié ?

Un livre sacré mais dangereux

Mireille Vallette, présidente de l’Association suisse vigilance islam (ASVI)

La Tribune de Genève, dans une remarquable enquête parue le 28 août, a mis en évidence le climat radical et le rôle de promoteur de l’Etat islamique de la plus grande mosquée de Suisse. Parole est donnée aux accusés, à l’experte, au président de la plus grande faîtière des organisations musulmanes de Suisse.

Pourquoi alors ce sentiment de frustration? Parce qu’une fois de plus, ce que Daniel Sibony appelle, dans "Islam, phobie, culpabilité", «le grand secret» a été bien gardé: le contenu de la doxa musulmane.

La mère du jeune djihadiste témoigne que son fils «a appris de façon boulimique le Coran». Que lui a enseigné ce livre pour qu’il se convainque que lui être fidèle était de partir en terres de l’EI? Que contiennent les «dizaines de sourates» du Coran qu’il a envoyées à son père pour, on l’imagine, expliquer son combat? C’est autour du Coran que tournent toutes les activités des mosquées qui ne cessent de rappeler son caractère parfait, parole de Dieu sans intermédiaire. Or il s’en prend aux mécréants comme une litanie: plus de 500 occurrences sur 6000 versets selon l’ex-musulman Majid Oukacha dans son remarquable ouvrage "Il était une foi l’islam".

Allah rappelle sans trêve que tout non-musulman sera condamné à l’enfer pour cette seule raison, fût-il l’exemple même de l’homme de bien, et il s’en prend tout spécialement aux juifs et aux chrétiens. Les mécréants sont qualifiés de criminels, bestiaux, singes, porcs. Les musulmans sont incités à les attaquer, les anéantir par le djihad, avec à la clé une place garantie au paradis.

La lutte contre l’intolérance et le combat contre les non-musulmans par le biais d’un livre qui ne cesse de promouvoir l’une et l’autre, sacré défi! On aimerait savoir comment les responsables musulmans le relèvent. Comment peuvent-ils d’un même souffle assurer de la perfection de ce livre et expliquer qu’il ne faut surtout pas faire ce qu’il enjoint?

Il paraît que les prêches de la mosquée genevoise étaient pacifiques. Les imams faisaient donc le choix de versets inoffensifs. Mais que se passe-t-il lorsque le croyant s’avise de lire lui-même le saint livre et découvre sa vraie nature? Ou il refuse de voir… ou il décide de mettre en pratique le «vrai islam».

Le choc du croyant convaincu de l’humanisme de son prophète risque d’être tout aussi violent lorsqu’il découvre sa vie de chef de guerre, épurateur de juifs, violeur de captives… Pour ne citer que quelques-uns de ses hauts faits cités dans la biographie de référence des musulmans. Au moment où nous, habitants des démocraties, sommes aussi sous la menace d’attentats, ne sommes-nous pas légitimés à demander aux responsables musulmans de reconnaître le caractère violent de leurs textes et de nous assurer que ces incitations à éradiquer l’Autre sont devenues caduques?

Le Coran doit être interprété

Hafid Ouardiri, directeur de la Fondation de l'Entre-connaissance

Je ferai mon possible pour apporter un éclairage à vos lectrices et à vos lecteurs, sans prétention aucune de ma part de mettre fin à l’extrémisme complice de tous bords, qu’il soit religieux, politique, idéologique, et qui se gave de racisme, d’antisémitisme ou d’islamophobie.

Cela ne veut pas dire que nous musulman(e)s ne tenons pas compte de la peur que ressentent les gens à voir la barbarie qui frappe le Moyen-Orient, mais aussi le Proche-Orient, ainsi que les attentats atroces qui ont eu lieu en Europe et qui nous menacent toutes et tous. Cette peur est aussi la nôtre car nous sommes aussi les victimes en très grand nombre de ces crimes abominables.

Des jeunes sont endoctrinés parce que fragiles et trop exaltés et inconscients, comme le sont et l’ont été beaucoup de jeunes de leur âge tout au long de l’histoire et partout. Il faut les éduquer à un meilleur avenir pour un meilleur monde et non pas les laisser entre les mains de ces criminels qui les trompent au nom de la religion. Les musulman(e)s conscient(e) s de ce grand péril doivent faire, et très vite, tout ce qu’il faut pour barrer la route à cette calamité qui défigure notre religion, l’islam.

Les érudits religieux, les penseurs et chacun(e) d’entre nous avons le devoir d’œuvrer dans l’urgence à ce qu’il y ait une lecture du Coran qui ne laisse aucune place aux interprétations morbides, violentes et cruelles en son nom et surtout en ce qui concerne les versets où se trouve le verbe «tuer». Non pas pour plaire à Mireille Vallette mais pour plaire à Dieu et être conforme à Son véritable enseignement: le salam, la paix...

N’en déplaise à ses détracteurs passés, présents et futurs, le Coran est ce qu’il est, comme d’ailleurs les autres Ecritures, c’est à leurs adeptes de les interpréter comme il conviendrait de le faire en tout temps et en tout lieu, afin qu’ils puissent atteindre la sagesse et la paix auxquelles elles les invitent dans leur manière de vivre leur foi en eux-mêmes et avec tous les autres.

Nous faisons tout ce que nous pouvons pour rendre attentifs les musulman(e)s, jeunes et moins jeunes, à une lecture éclairée des versets du Coran en leur rappelant qu’il serait faux et contraire à l’enseignement de l’islam, message essentiellement d’amour et de miséricorde, que d’interpréter sur les 6300 versets qu’il contient les 5 qui contiennent un appel à tuer hors de leur contexte historique révolu.

N’oublions pas que dans toutes les Ecritures saintes il y a des versets où la violence est clairement mentionnée, ce n’est pas une raison pour que les croyant(e)s en fassent usage contre leurs semblables. C’est ensemble que nous devons combattre ces fléaux, en agissant sur les vraies causes qui les engendrent, qu’elles soient dues au fanatisme religieux, politique ou idéologique. (TDG)

(Créé: 07.10.2015, 18h26)

Mots-clés

Articles en relation

A la grande mosquée, des jeunes se préparent au djihad

Enquête Un Genevois de 20 ans, converti, a quitté sa cité pour partir en Syrie. Il côtoyait un groupe aux idées extrémistes qui fréquente la mosquée du Petit-Saconnex. Celle-ci se défend de fermer les yeux. Plus...

«Face au djihad, l’atomisation de nos polices nous affaiblit»

Suites Charlie Hebdo Expert en sécurité, l’ancien commandant de la police vaudoise pointe les atouts et les faiblesses de la Suisse. Plus...

Les profs formés à détecter les potentiels candidats au djihad

Extrémisme Les enseignants de Winterthour apprendront à détecter les signes d’une radicalisation. Les avis sur la question sont partagés. Plus...

«Le danger est multiforme et évolue en permanence»

Police fédérale A la tête de FedPol depuis deux mois, Nicoletta della Valle plaide pour obtenir plus de moyens contre le djihadisme et d’autres menaces. Plus...

Une vidéo menace la Suisse, qui reste calme

Djihadisme Une vidéo montre trois combattants de l’EI proférant des menaces d’attaques contre l’Europe, dont la Suisse. Berne surveille. Plus...

Hafid Ouardiri, directeur de la Fondation de l’entre-connaissance

Mireille Vallette, présidente de l’Association suisse vigilance islam et éditrice du blog Boulevard de l'islamisme. (Image: DR)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Traversée du lac
Plus...