Rencontre avec Jake Ryan: un quarterback venu du sud

PortraitL'homme de 26 ans, a quitté le Tennessee pour rejoindre Genève. Sa mission: faire jouer ses coéquipiers et aider à la montée en LNA.

Joueur de football américain depuis ses huit ans, Jake Ryan connaît son sport et le ballon sur le bout du doigt.

Joueur de football américain depuis ses huit ans, Jake Ryan connaît son sport et le ballon sur le bout du doigt. Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le football américain du sud des Etats-Unis se résume peut-être à une passe au cœur de la tempête. A l’époque, Jake Ryan est collégien et joue pour les Rebels de la West High School dans sa ville natale de Knoxville Tennessee. «Ce jour-là, un ouragan balayait la région. Toute cette pluie… On n’y voyait rien. Mais on était quand même là, sur le terrain, à se battre. C’était fou. Alors j’ai pris ma chance, je me suis saisi du ballon, je l’ai lancé et j’ai trouvé un receveur.» Essai (touchdown) et une belle victoire à la clé. «Des fois, tu prends un peu de recul et tu te demandes ce que tu faisais là, à jouer sous des trombes d’eau, reconnaît Jake Ryan. Mais quand tu viens du sud, la réponse est finalement évidente. Le football américain est un ciment de la communauté. La ferveur qui l’entoure, les grand-messes des matches hebdomadaires, c’est bien plus qu’un sport, c’est presque une religion. Et toi, d’une manière ou d’une autre, tu es prêt à beaucoup de sacrifices pour pouvoir en faire partie.»

Depuis cette fameuse passe, quelque huit années se sont écoulées. Jake Ryan, aujourd’hui 26 ans, a quitté le Tennessee — son premier séjour hors Etats-Unis — pour rejoindre Genève. Durant quatre mois, le temps d’une saison de Ligue nationale B, l’athlète — 1,86 m pour 88 kg environ — occupe le poste de quarterback dans l’équipe des Geneva Seahawks. Sa mission: faire jouer ses coéquipiers, aider à la montée en Ligue nationale A et transmettre cet esprit du sud dont il est le fier représentant. Une pièce centrale de l’organigramme genevois donc et une certaine pression pour un joueur retiré des terrains depuis bientôt trois ans.

«Sorti de nulle part»

«Quand on est jeune, on rêve tous de NFL — la ligue professionnelle de football américaine — mais après l’Université j’ai arrêté de jouer, faute de suites intéressantes à donner à ma carrière, confie Jake Ryan, aujourd’hui entrepreneur dans le bâtiment à Knoxville. Mais je suppose que quand on aime le football, on n’y renonce jamais totalement. Il suffit parfois d’un appel pour relancer la machine.» Celui du nouveau coach des Seahawks en l’occurrence, Larry Legault, séduit par une vidéo en ligne des meilleures actions du joueur. Un coup de téléphone — «sorti de nulle part», selon les termes de Jake Ryan — pour proposer au quarterback de reprendre du service à Genève quatre mois plus tard. Juste le temps nécessaire pour mettre entre parenthèses son activité professionnelle et rejoindre la Suisse et le centre sportif de Vessy où s’entraîne sa nouvelle équipe.

Son père chez les Jets

C’est donc loin des terrains de NFL que Jake Ryan vit sa deuxième vie de joueur. Loin de la carrière de son père aussi, footballeur professionnel durant treize saisons chez les New York Jets notamment. Des regrets? «J’ai commencé à jouer à 8 ans, mais mes parents n’ont jamais eu d’autres plans pour moi que celui d’être heureux. Et je le suis. Le football, c’est le football. On l’aime, on fait au mieux, mais on ne contrôle pas tout.» Et puis l’aventure genevoise a ses avantages. L’emploi du temps des Seahawks n’est pas celui d’une équipe professionnelle, ou même universitaire. «Quand j’ai rejoint comme joueur l’Université Austin Peay dans le Tennessee — où il obtiendra un master en administration de la santé — j’ai découvert le foot business, une industrie pesant plusieurs milliards de dollars par an et le niveau d’exigence qui allait avec.» Cinq entraînements et un match par semaine, contre trois entraînements et un match au plus pour les Seahawks. Alors Jake Ryan veut en profiter, «voyager, découvrir la Suisse et l’Europe». Apprendre le français? «Ça me paraît difficile en quatre mois.»

Détendu, le quarterback n’en oublie pas pour autant la raison première de sa présence en Suisse. «Je suis l’Américain ici. Je dois faire gagner mon équipe et transmettre mon amour du football à un club ambitieux et en pleine croissance.» Importer le sud des Etats-Unis en terre genevoise, en quelque sorte. (TDG)

Créé: 26.05.2016, 16h53

Bio express

1990 Naissance à Knoxville dans le Tennessee.

1998 Jake Ryan s’essaie pour la première fois au football américain.

2004-2008 Quarterback pour l’équipe des Rebels de l’école West High School.

2009-2012 Quarterback de l’équipe des Governors de l’Université d’Etat Austin Peay.

2012 Pour son dernier match universitaire, Jake Ryan réalise une grande performance – 320?m de passes et 4 touchdown – et empoche la victoire contre le rival Tennessee Tech.

Mars 2016: Nouveau quarterback des Geneva Seahawks.

Articles en relation

McCarthy: «A Genève, j’ai les montagnes pour public»

Football américain Le quarterback américain des Geneva Seahawks a changé de décor pour devenir l’ambassadeur d’un sport méconnu. Plus...

Des Seahawks ambitieux se mettent à l’heure américaine

Football américain L’équipe genevoise mise sur deux Etasuniens et sur la motivation de son effectif pour retrouver la LNA. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Finale de la Coupe de Suisse
Plus...