Débat sur la laïcité: une élue couvre ses cheveux

Ville de GenèveLa séance a été suspendue devant le refus de Maria Pérez de se découvrir. Des sanctions pourraient suivre.

Le Conseil municipal de la Ville de Genève (image d'illustration).

Le Conseil municipal de la Ville de Genève (image d'illustration). Image: Mentha Frank

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il n’aura fallu qu’une vingtaine de minutes pour suspendre la séance du Conseil municipal mercredi soir. En plein débat sur la laïcité, l’élue d’Ensemble à Gauche Maria Pérez s’est couvert les cheveux, suscitant l’exaspération du président MCG de l’assemblée. Devant son refus de se découvrir, Carlos Medeiros a suspendu la séance pour cause de «provocation gratuite». C’est durant la prise de parole de Pierre Gauthier, du même groupe politique, que Maria Pérez a revêtu son foulard – immédiatement suivi par un autre membre du parti, Tobias Schnebli, qui a enroulé son keffieh en turban.

Ce qui a suscité ce comportement? La proposition du PLR d’ajouter dans le statut du personnel de la Ville de Genève un article indiquant l’interdiction pour les employés municipaux au contact du public «de signaler leur appartenance par des signes ou propos religieux», afin de répondre de façon claire à la laïcité de l’Etat inscrite dans la Constitution. Cette préoccupation fait suite à l’actualité: la Tribune de Genève a récemment révélé le cas d’une surveillante d’institution culturelle autorisée, temporairement, à porter le voile. Le magistrat en charge de la Culture Sami Kanaan avait ainsi choisi de prôner la tolérance en attendant que soit votée, d’ici quelques mois, la loi cantonale sur la laïcité qui interdira formellement ce cas de figure.

Mais hier soir, le débat a été avorté. Après une quinzaine de minutes de suspension, il a été décidé de renvoyer directement le texte en commission. «Des sanctions suivront, comme il est d’usage en cas de trouble à l’ordre, a indiqué Carlos Medeiros. On ne peut pas laisser faire n’importe quoi. Le débat doit pouvoir se dérouler de façon neutre sans que chacun fasse son numéro de cirque. Maria Pérez a utilisé un signe religieux dans un but ostensiblement politique. C’est une offense aux musulmans. Je crois qu’elle n’a pas mesuré la portée de son geste.»

Maria Pérez, elle, ne le regrette pas, en précisant «qu’il y a une totale mésentente sur la définition de la laïcité au sein d'Ensemble à Gauche. Beaucoup de femmes au Municipal sont choquées qu’on ramène sur le tapis ce débat sur la laïcité. Ce geste de solidarité avec les femmes qui portent le voile avait pour but de montrer l’absurdité du débat, alors que le Conseil d’Etat est à bout touchant avec son projet de loi. Ces questions retombent toujours sur le corps des femmes. Il y a plusieurs hommes qui portent la barbe dans la salle, personne ne leur demande de se raser.»

Pierre Gauthier est convaincu que le comportement de l’élue visait directement les dissensions sur la question de la laïcité au sein du parti. «Cette attitude, qui rappelle celles des fascistes des années 30, est choquante. Créer le scandale pour empêcher celui qui a un avis différent de s’exprimer, cela s’appelle de la censure. C’est encore plus surprenant venant de mon groupe politique qui défend la pluralité des idées. Ces gens n’ont aucun respect de la démocratie.»

«Empêcher le débat pour une question de vengeance personnelle, ce n’est pas rendre service à la laïcité», a réagi la cheffe de groupe PLR Natacha Buffet-Desfayes. Pour le socialiste Olivier Gurtner, «tout ce qui est de nature à perturber le débat n’est pas tolérable. On peut avoir des désaccords sur le fond mais ce genre d’attitude ne se prête pas à cet hémicycle.» Le chef de groupe PDC Lionel Ricou déplore que «l’extrême gauche ait créé la zizanie pour éviter le débat rationnel et argumenté.» (TDG)

(Créé: 10.03.2016, 07h22)

Sur sa page Facebook, l'élue d'Ensemble à Gauche au Conseil municipal de la Ville de Genève a posté ce commentaire peu avant minuit mercredi.

On dirait que Meyrin pratique une laïcité intelligente et tolérante. Être élue et voilée y est possible, sans polémique....

Posté par Maria Pérez sur mercredi 9 mars 2016

Articles en relation

En contact avec le public, une employée porte le voile

Genève En attendant une base légale, la Ville tolère la situation. Une approche irresponsable selon Pierre Maudet. Plus...

L'employée de la Ville retire son voile

Genève Après les remous occasionnés par l’affaire, la collaboratrice en contact avec le public ne couvrira plus ses cheveux sur son lieu de travail. Plus...

Offensive de l’UDC Valais contre le voile à l’école

Religion La section valaisanne du parti a déposé une initiative visant à interdire les couvre-chefs à l’école. L’application d’une telle mesure pourrait rencontrer des problèmes juridiques. Plus...

Laïcité: une loi qui inclut les musulmans

L'invité Plus...

Polémique autour d’un débat public sur la laïcité

Genève Invité à débattre mardi à la HETS, le député Pierre Gauthier se désiste et accuse les organisateurs d’attiser le communautarisme. Plus...

L'avenir du parc Hentsch est en jeu

Ce mercredi, l’avenir du parc Hentsch, inauguré l’été dernier, a aussi animé les discussions. Les élus ont demandé un 3e débat pour se prononcer sur la convention qui formalise le don du banquier Bénédict Hentsch, qui comporte charges et contraintes, à la Ville. Ensemble à Gauche s’est dit insatisfait des clauses contraignantes, qui interdisent l’organisation d’événements (marchés, vide-greniers…) ou la présence de buvettes ou de kiosques.

Pour rappel, il s’agit plus d’une contrepartie que d’un cadeau: en 1997, la Ville acceptait que la fondation du banquier réalise un nouveau stade à la Praille. En échange, il s’engageait à démolir et réaménager en parc le stade des Charmilles à ses frais pour en faire don à la Municipalité.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Nouvelle initiative pour un congé paternité
Plus...