Censure d'une pièce après le drame de Charlie Hebdo

ThéâtreEcrite par un pasteur Lausannois, «Lapidée» ne sera joué à Paris que trois fois au lieu de trente. Explications.

L'affiche de la pièce de Jean Chollet n'a pas été affichée comme convenu sur les colonnes Morris de Paris.

L'affiche de la pièce de Jean Chollet n'a pas été affichée comme convenu sur les colonnes Morris de Paris.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le regard d’une femme voilée sur lequel coule une larme de sang ne sera pas affiché, comme prévu, sur 150 des 500 colonnes Morris de Paris. L’importante campagne d’affichage de la pièce «Lapidée», écrite par le directeur de l’Espace culturel des Terreaux, Jean Chollet, a été annulée. La pièce, portée par deux comédiennes vaudoises et un musulman, devait se jouer trente fois entre demain et le mois de mars. Elle n’aura droit qu’à trois représentations au Théâtre Ciné XIII de Montmartre. «Suite aux récents événements, nous devons faire preuve de décence et ne pas risquer d’énerver des fous furieux avec un visuel extrêmement parlant. L’affiche peut être vue comme une provocation», explique Claude Telliez, d’Aigle Noir Productions.

A Avignon en juillet
Décision a été prise vendredi dernier, lors d’une séance réunissant comédiens, responsables du théâtre, producteur et attachée de presse, de ne garder que trois représentations. «Le théâtre a suggéré que nous changions le visuel de l’affiche et son titre, mais cela me paraît impensable. La pièce n’est pas annulée, mais reportée. Elle sera proposée à Paris lorsque le climat sera plus serein. D’ici là, on pourra la voir à Avignon cet été, je m’y suis engagé», poursuit le producteur.

Reste que le mécontentement est palpable parmi les comédiens, mais pas seulement. «Les gens dans la rue ont peur. Tout le monde clame haut et fort «Je suis Charlie», mais quand il faut agir, il n’y a plus personne, explique la comédienne de Bourg-en-Lavaux Nathalie Pfeiffer, depuis Paris où elle avait pris ses quartiers. Il devait y avoir des affiches sur les colonnes Morris et dans le métro. On aurait peut-être dû proposer un visuel avec un Bisounours et un titre comme «Martine au Yémen»! La pièce a été écrite par un pasteur et elle n’injurie ni le Prophète ni l’islam. Elle parle des droits humains et de la lapidation arbitraire qui est encore pratiquée dans douze pays à travers le monde.»

Flora Guillem, administratrice du Théâtre Ciné XIII, regrette: «Notre théâtre n’est pas une cible privilégiée des terroristes, mais nous craignons des actes isolés de personnes échaudées. Renoncer aux trente représentations, c’est donner raison aux extrémistes. Cela m’attriste, mais nous sommes responsables de notre public et de nos employés.» Le théâtre a non seulement engagé des vigiles pour les trois soirs maintenus, mais a aussi retiré l’affiche de sa devanture…

Réservations annulées
La préfecture de Paris, contactée par Claude Telliez, a fortement recommandé au producteur de renoncer à sa campagne d’affichage et à la pièce. «En annulant la campagne, je perds 10 000 euros. Ça aurait été plus facile pour moi de la maintenir, mais je suis inquiet. J’avais distribué vingt invitations à des connaissances, elles ont toutes annulé!» Un avis que ne partage pas Sandra Vollant, l’attachée de presse: «L’attentat de Charlie Hebdo a tué un moyen d’expression, il faut valoriser ceux qui nous restent. Je n’en suis pas à ma première expérience en tant qu’attachée de presse de spectacles engagés, mais je n’ai encore jamais vécu cela. Le producteur a peur d’engager sa responsabilité juridique. Pour ma part, je n’ai eu aucune annulation de journalistes annoncés pour les représentations maintenues. Au contraire, une femme prévue le 6 février a décidé de venir à la première.»

Jean Chollet a un avis plus mitigé sur la question: «La situation actuelle est délicate. Faut-il jouer malgré tout et prendre des risques inutiles ou faut-il renoncer et se mettre à genoux devant les terroristes? Il est vrai qu’il faudrait jouer précisément maintenant et ne pas capituler, mais nous ne sommes pas à l’abri des actes d’un fou!» Pour le metteur en scène, sa pièce est bien loin d’atteindre la visibilité qu’avait Charlie Hebdo. L’homme de théâtre admet toutefois avoir lu quelques propos déplacés sur des blogs islamistes après les représentations de Lapidée à Avignon en 2013. «Ce texte essaie de montrer que ce n’est pas le Coran qui justifie la lapidation, mais des barbares qui instrumentalisent la religion pour parvenir à leurs fins.»

(Créé: 12.01.2015, 18h34)

Une fiction au Yémen

L’histoire de Lapidée se déroule au Yémen, le pays d’où aurait été commandité le drame de Charlie Hebdo… La pièce narre la vie d’un couple de médecins parti s’installer aux Yémen, patrie du mari. Après la naissance de ses deux filles, Aneke (Hollandaise d’origine) décide de ne plus procréer et de se consacrer à son métier. La pression de sa belle-mère, du village et des religieux devient telle que le couple en souffre.

Le mari pense calmer le jeu en épousant une seconde femme, mais la réaction d’Aneke est vive et assumée en public. Elle se retrouve ainsi à la merci des autorités locales.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Présidentielle
Plus...