Arrêtés avant d'avoir pu commettre leur attentat

CanadaEn 2015, la police avait interpellé un couple d'étudiants radicalisés. L'enquête a montré leurs intentions terroristes.

Image: Capture d'écran rcmp-grc.gc.ca

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'enquête de police menée dans le cadre de l'arrestation de deux étudiants, il y a deux ans, révèle que ces jeunes avaient les éléments nécessaires pour fabriquer une bombe artisanale, selon les médias locaux vendredi.

Une jeune fille et son compagnon, âgés de 18 ans au moment de leur interpellation et en détention préventive depuis, sont notamment poursuivis pour avoir «facilité une action terroriste» et fabriqué ou possédé un engin explosif dans le but de «commettre un attentat».

Ils sont également accusés d'avoir voulu se rendre à l'étranger pour «commettre un acte terroriste», selon des documents judiciaires obtenus par les médias locaux.

La même bombe qu'à Boston

Ces jeunes gens, dont le procès est prévu à l'automne, venaient d'emménager ensemble et se seraient mutuellement radicalisés. Préoccupée par le changement de comportement de la jeune fille, sa famille avait alerté la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui est la police fédérale du pays.

Lors des perquisitions au domicile du couple et dans leur casier commun de leur établissement universitaire, la police a mis la main sur un mode d'emploi et du matériel nécessaire à la confection d'une bombe artisanale placée dans une cocotte-minute, des procédés similaires à ceux utilisés lors du double attentat du marathon de Boston en 2013, selon les documents d'accusation.

La GRC a également analysé leurs comptes sur les réseaux sociaux et leurs transactions auprès des compagnies aériennes ou d'institutions financières.

Prêts à passer à l'action

Selon les éléments de l'enquête, les objets (piles, clous, colle, réveil...) et documents retrouvés au domicile du couple, dont un guide détaillant les récompenses prétendument offertes aux «martyrs», ont conduit les policiers à penser que le couple préparait un attentat sur le sol canadien.

Ils ont été arrêtés en avril 2015 dans un parc, environ trois mois après le départ de cinq garçons et deux jeunes filles pour la Turquie d'où, selon leurs familles, ils avaient gagné la Syrie. La plupart d'entre eux fréquentaient le même établissement universitaire que le couple interpellé.

En mai, ce sont dix jeunes montréalais qui avaient été interceptés à l'aéroport par la GRC qui les soupçonnait «d'avoir eu l'intention de quitter le pays pour rallier les rangs de groupes djihadistes».

Depuis ces événements, la ville de Montréal a créé un centre pour lutter contre la radicalisation. (AFP/nxp)

Créé: 17.02.2017, 18h20

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les cent jours de Trump
Plus...