Un terroriste sème la mort face à la Baie des Anges

Attentat à Nice Au volant d’un camion, un Tunisien a fauché la foule après les feux du 14 juillet. Parmi les 84 morts, deux Suisses.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’horreur après la fête face à la Baie des Anges. Une foule de 30 000 touristes et Niçois venait d’assister au traditionnel feu d’artifice du 14 juillet sur la promenade des Anglais à Nice. Quand, à 22 h 45, un camion frigorifique blanc de 19 tonnes a déboulé à vive allure pour tuer. Le bilan provisoire de l’attentat commis par un homme seul est lourd, effrayant: 84 morts dont dix enfants et adolescents, 202 blessés dont 52 sont en état d’urgence absolue et 25, toujours en réanimation. Parmi les personnes décédées, plusieurs étrangers, dont deux Suisses: une Tessinoise de 54 ans, originaire d’Agno, résidente à Caslano, et un enfant.

«Ce camion de la mort est passé à quelques mètres de moi. Je n’ai pas vraiment réalisé. Et puis, j’ai vu des corps voler comme des quilles de bowling sur son passage», raconte un journaliste de Nice-Matin sur place. Les gens couraient dans tous les sens, hurlaient, pleuraient, tentaient d’échapper au monstre qui zigzague à vive allure, pour écraser un maximum de badauds. Le poids lourd a débouché tranquillement d’une rue adjacente où il était stationné depuis la veille, pour foncer à 90 km/h dans le secteur interdit à la circulation de la fameuse Promenade.

Sa course meurtrière se prolongera sur deux kilomètres avant de stopper au niveau de l’hôtel Negresco. Un badaud s’est jeté sur la portière et a tenté de neutraliser le terroriste qui avait sorti une arme. Là, trois policiers ont avancé vers le camion et ont tiré. Le terroriste a aussitôt riposté. Le monstre blanc a fait encore 300 mètres pour s’arrêter face à l’hôtel Westminster. Le pare-brise est criblé d’impact. Le terroriste vient d’être abattu. «Je n’oublierai pas le regard de cette policière qui a intercepté le tueur», raconte le député des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti.

«Des morts partout»

Auparavant, un motard a lui aussi tenté d’arrêter le camion en jetant son engin contre lui et en tentant d’ouvrir la portière. En vain. La belle promenade plantée de palmiers est devenue un lieu de désolation. «Il y avait des morts partout, partout, partout sur la chaussée, c’était une horreur», témoignait un homme sur une radio française. Des vélos et des poussettes écrasés jonchaient un sol parsemé de quelques objets personnels lâchés dans la panique.

Au centre-ville, la rumeur d’un attentat s’est propagée. On a parlé d’une prise d’otages au Buffalo Grill. Il n’en était rien. Ceux qui profitaient de la douceur de la soirée en se baladant, se sont mis à courir à leur tour, pour échapper à la peur qui a recouvert la ville.

Lors d’une conférence de presse vendredi en milieu d’après-midi, le procureur de Paris, François Mollens, a confirmé l’identité du tueur. Il s’agit de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, 31 ans, un Tunisien résident à Nice, chauffeur-livreur, qui avait loué le camion le 11 juillet à Saint-Laurent-du-Var. Il n’était pas connu pour radicalisation, mais pour des violences. Il venait d’être condamné à six mois de prison avec sursis en mars (lire ci-dessous).

Dans le camion, les policiers ont retrouvé son pistolet de calibre 7.65, un chargeur, des cartouches percutées ou non, un pistolet factice et deux répliques de M16 et de Kalachnikov, factices également. L’enquête sur la tuerie a été confiée à la Direction centrale de la police judiciaire et de la Direction générale de la Sécurité intérieure. Elle a notamment été ouverte pour les chefs «d’assassinats en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste» et «association de malfaiteurs terroristes en vue de préparer des crimes d’atteintes aux personnes».

Deuil national et Etat d’urgence

«Le caractère terroriste» de l’attaque «ne peut être nié», avait déjà déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi François Hollande, au cours d’une allocution télévisée. Le chef de l’Etat a décrété trois jours de deuil national, à partir de samedi, et a également annoncé la prolongation de trois mois de l’état d’urgence. Celui-ci avait été mis en place il y a huit mois, dans la foulée des attentats de Paris du 13 novembre, les plus meurtriers jamais commis en France, avec 130 morts. Il devait s’achever le 26 juillet, comme l’avait annoncé François Hollande jeudi, au cours de son allocution du 14 juillet.

Tout comme le premier ministre Manuel Valls, le président français s’est rendu vendredi à Nice en fin de matinée, après une réunion de crise à l’Elysée, et a visité des victimes hospitalisées. «Nous savons que nous n’en avons pas terminé» avec le terrorisme, a ensuite déclaré François Hollande au Palais préfectoral de la ville azuréenne, soulignant que «c’est terrible de le dire au moment où il y a cette tragédie».

Hommages et recherches

Au cours de la journée de vendredi, de nombreuses personnes, proches des victimes ou simples anonymes, ont rendu hommage aux tués et aux blessés, déposant bouquets de fleurs et messages sur la promenade des Anglais. D’autres se sont rendues à l’hôpital de Nice, chercher des nouvelles de proches ou le soutien de psychologues.

Après le carnage, de nombreux avis de recherche de personnes disparues ont également fleuri sur les réseaux sociaux. Une famille qui avait perdu son bébé de 8 mois dans le mouvement de panique créé par l’attaque, a retrouvé le nourrisson grâce à un appel relayé des milliers de fois sur Facebook. «Une jeune femme l’a recueilli et ramené chez elle, elle s’est ensuite connectée et a trouvé la photo du bébé» sur le réseau social et a pris contact avec ses parents, a expliqué une amie de la famille à l’AFP.

La solidarité avec les blessés s’est aussi exprimée par la quantité de volontaires qui se sont présentés pour donner leur sang. Débordé par les bonnes volontés, le Centre de don de sang de Nice a doublé vendredi matin ses effectifs et son matériel de prélèvement. Malgré le renforcement des moyens, «on n’arrive pas à absorber le flux de donneurs qui se présentent», a assuré Virginie Lavedrine, cadre médico-technique dans ce centre.

Concerts et festivals annulés

Le choc et l’émotion provoqués par le carnage a par ailleurs poussé plusieurs organisateurs d’événements culturels a annulé des spectacles dans la région, comme le concert de Rihanna prévu vendredi soir à Nice, et le festival de jazz qui devait commencer samedi. Les villes de Chambéry et de Marseille ont, elles, annoncé l’annulation du traditionnel feu d’artifice de la fête nationale, qui devait avoir lieu hier soir.

(TDG)

Créé: 15.07.2016, 20h32

Articles en relation

Monica Bonfanti: «La sécurité sera renforcée aux Fêtes de Genève»

Attentat de Nice La commandante de la police fait appel à la vigilance des citoyens afin qu’ils signalent toute situation particulière. Plus...

Le maire de Genève a condamné un «attentat odieux»

Attentat de Nice Une manifestation en hommage aux victimes était annoncée devant le consulat de France vendredi soir. Plus...

Les psys de la police genevoise se mettent à l’écoute

Attentat de Nice Une action particulière est mise en place pour aider les Genevois touchés de près par l’attentat de Nice. Plus...

Comment la police a stoppé le tueur au camion

Attentat de Nice Plusieurs fonctionnaires de différentes unités de police, mais aussi un passant héroïque, sont intervenus pour neutraliser le terroriste. Plus...

Estrosi avait écrit à Hollande la veille de l'attentat de Nice

Attentat Le président du Conseil régional de PACA réclamait «un grand plan d'urgence pour protéger les policiers et leur donner les moyens d'agir». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève championne suisse des vols de voitures
Plus...