Près de Raqa, une Syrienne revient arroser sa vigne

SyrieDepuis qu'elle a fui les combats dans le fief djihadiste, sauver ses raisins était l'obsession de Warda al-Jassem.

Warda al-Jassem.

Warda al-Jassem. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il y a plus d'un mois, au moment de l'avancée des forces antijihadistes à Jazra, une banlieue ouest de Raqa tenue par le groupe Etat islamique (EI), Warda, 50 ans, a préféré quitter sa maison avec sa famille par peur des combats.

Depuis, elle et son mari, réfugiés à al-Andalos, une localité à 25 km au nord-est de Raqa, ne cessaient de penser à leur treille.

«Je suis revenue pour ma vigne, je suis revenue l'arroser», confie à l'AFP Warda, venue avec des voisines pour une brève visite dans leur quartier, repris à l'EI début juin.

Cette femme brune aux yeux bleus, la tête recouverte d'un voile noir brodé de fils bordeaux, regarde la treille d'où pendent des raisins jaunis et des feuilles sèches.

Une grande partie des grappes n'a pas tenu le coup faute d'eau mais d'autres sont encore toutes vertes. «Elles mourraient de soif», affirme-t-elle.

La vigne a soif

Son mari, malade du cœur, n'a pas pu l'accompagner. «Depuis qu'on est parti d'ici, tout ce qu'il voulait, c'était connaître le sort de la vigne. Il répétait chaque jour 'la vigne a soif, il faut l'arroser'».

Cette femme à l'air déterminé retourne la terre avec une pelle puis, munie d'un seau, l'asperge d'eau pour essayer de sauver ce qui peut encore l'être. Le simple fait d'arroser lui redonne le sourire.

Elle invite ensuite ses amies à cueillir les raisins encore intacts. De la maison, Warda s'empresse de récupérer des affaires chères à son cœur: un sac de menthe sèche, un autre de corète potagère (plante utilisée dans la mouloukhiya, un plat populaire au Moyen-Orient) et... un soutien-gorge multicolore. Avant de repartir, elle remplit une bouteille en plastique de mazout d'un bidon retrouvé dans le patio.

Mais si la maison de Warda a été épargnée par les violences, celle de sa voisine Maryam Moustapha, une rue plus loin, n'a pas eu la même chance.

A peine arrivée à son logis, elle voit des combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS) -l'alliance arabo-kurde qui combat l'EI- allongés dans le patio.

A l'intérieur, elle voit les vêtements de la famille éparpillés, la machine à laver cassée et la vaisselle disparue.

Le salon est aussi méconnaissable: plus de télévision, plus de vases de fleurs, et plus de divans.

Tout est cassé

«Je suis revenue chez moi et je n'ai trouvé que destruction», affirme à l'AFP Maryam, encore sous le choc.

«Tout est cassé ou volé», ajoute la jeune femme au voile multicolore lui cachant le bas du visage.

A ses côtés, les combattants FDS assurent que la maison était dans cet état lorsqu'ils sont arrivés la veille. «Je n'accuse personne», se défend Maryam.

Elle aussi essaie de prendre ce qu'elle peut de ses affaires personnelles, des abayas orange et bleue, un châle blanc en laine, les chaussures de ses filles et des jouets.

Alors que l'EI interdisait aux femmes de porter des vêtements en couleurs -l'abaya et niqab noirs étaient de rigueur-, Maryam a une certaine affection pour ces habits colorés. «J'aimerais les emporter», confie-t-elle.

En pensant à la guerre qui gronde à quelques km de là, elle se tait un moment puis lance: «il y a des gens qui meurent dans leurs maisons alors que nos enfants sont sains et saufs».

«Il faut dire merci à Dieu. Tout peut être réparé», ajoute-t-elle. (afp/nxp)

Créé: 17.07.2017, 10h05

Articles en relation

Des soldats américains opèrent dans Raqa

Syrie Des membres des forces spéciales remplissent une mission de «conseil et d'accompagnement» des FDS à Raqa, selon le Pentagone. Plus...

Des dizaines de milliers de civils bloqués à Raqa

Syrie Des habitants de la ville syrienne sont encore «empêchés» de la quitter malgré un nouveau couloir humanitaire, selon l'ONU. Plus...

Des brèches dans les fortifications de Raqa

Syrie Les Forces démocratiques syriennes sont parvenues à ouvrir des brèches dans le mur qui entoure le bastion de l'Etat islamique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.