A Odessa, la youtubeuse lutte contre la corruption

UkraineA 26 ans, l’auteure de la vidéo «I am Ukrainian», aux 8 millions de vues, dirige depuis un an les douanes du port

Yulia Marushevska est à la tête de 1400 employés et payée un salaire de misère: 150?dollars par mois.

Yulia Marushevska est à la tête de 1400 employés et payée un salaire de misère: 150?dollars par mois. Image: Antoine Harari

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Partout en Ukraine, les gens n’en peuvent plus de la corruption.» Âgée d’à peine 26 ans, Yulia Marushevska a été nommée à la surprise générale directrice des douanes d’Odessa par l’ex-président géorgien Mikheil Saakachvili, aujourd’hui gouverneur de l’Oblast ukrainien d’Odessa.

Son combat, la jeune doctorante en littérature l’a engagé avant Odessa, en 2014. Révoltée par la corruption et la brutalité du régime de Viktor Ianoukovitch, le président ukrainien déchu, la jeune fille postait une vidéo sur YouTube expliquant pourquoi les Ukrainiens manifestaient par milliers sur la place Maïdan à Kiev. Intitulée «I am Ukrainian», cette vidéo a dépassé en quelques jours à peine les 8 millions de vues. Le visage de cette jeune femme brune aux yeux bleus est vite devenu celui de la révolution ukrainienne.

Surprise!

Après des études à Stanford, aux Etats-Unis, Yulia est retournée au pays avec l’ambition de se lancer en politique. En octobre dernier, elle a répondu à l’avis de recrutement lancé par le gouverneur d’Odessa – afin de pourvoir le poste stratégique de directeur des douanes du port. Contre toute attente, c’est elle que le bouillonnant Géorgien choisira. Une décision qui fit aussitôt polémique, en raison du manque d’expérience de la jeune femme pour un poste réputé extrêmement difficile.

En effet, la tâche est immense: sur le port d’Odessa, de nombreux containers ne sont jamais enregistrés et un bon milliard de dollars de taxes échappe à l’Etat ukrainien chaque année.

Elle licencie à tour de bras

«Comme j’étais la seule femme et la plus jeune, j’ai pu opérer beaucoup de changements à mon arrivée, sans que l’on ne fasse vraiment attention à moi», sourit-elle. Sirotant un café glacé dans un bar branché de la ville, vêtue de jeans et d’un chemisier blanc, la jeune femme paraît sûre d’elle. «Cela fait vingt-cinq ans que certains experts travaillent à la douane portuaire d’Odessa. Ils n’ont rien changé. Depuis mon arrivée, j’ai déjà licencié une quarantaine de personnes pour corruption.»

A la tête de 1400 employés, payée un salaire de misère (150 dollars par mois), Yulia a aussi appris la patience. «Chaque décision est une bataille. Si l’on veut diminuer la corruption, il faut automatiser les procédures d’enregistrement de marchandises, les simplifier et augmenter les salaires.»

L'atout Facebook

Ayant grandi avec les réseaux sociaux, la jeune femme communique en permanence ses décisions sur Facebook. «Le contact avec la société civile est essentiel. Sans son soutien, j’aurais déjà été virée», confie-t-elle.

(TDG)

Créé: 12.07.2016, 17h52

Articles en relation

«Mon plan est simple: Odessa sans corruption»

Ukraine Aux élections locales de dimanche, à Odessa au sud du pays, comme ailleurs, les candidats de l’ancien régime seront-ils délogés? Pas sûr Plus...

«Micha», le Géorgien qui décoiffe Odessa

Ukraine L’ancien président de la Géorgie crée la surprise depuis qu’il a été nommé à la tête de la grande ville ukrainienne Plus...

L'Ukraine accuse Moscou de vouloir la détruire

Crise ukranienne Les violences à Odessa, dans le sud du pays, qui ont fait une quarantaine de morts vendredi font partie d'«un plan russe pour détruire l'Ukraine», a déclaré dimanche le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk. Plus...

Malgré la crise, l'Ukraine tente d'attirer les touristes

Salon de Berlin Stations balnéaires de Crimée, croisières sur la Mer Noire avec arrêt à Odessa, patrimoine architectural de Kiev et Lviv: malgré la crise, l'Ukraine vante ses richesses au Salon international du Tourisme de Berlin. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: la Poste veut supprimer un quart de ses offices
Plus...