En Turquie, Merkel interpelle Erdogan

Liberté d'expressionLa chancelière allemande a exhorté jeudi le président turc à garantir le respect de la liberté d'expression en Turquie.

Angela Merkel reçue par Recep Tayyip Erdogan ce jeudi 2 février.

Angela Merkel reçue par Recep Tayyip Erdogan ce jeudi 2 février. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Angela Merkel, qui s'est rendue en Turquie pour la première fois depuis le putsch manqué en juillet, a également indiqué avoir «très longuement parlé de la liberté des journalistes» avec Recep Tayyip Erdogan, et déploré les difficultés rencontrées par des correspondants allemands pour obtenir leur carte de presse turque.

Les dirigeants turcs ont pour leur part appelé Berlin à extrader les putschistes présumés qui ont fui en Allemagne, un sujet qui empoisonne les relations entre les deux pays. Les rapports entre la Turquie et l'Allemagne, deux piliers de l'Otan, se sont sensiblement dégradés depuis la tentative de coup d'Etat visant à renverser Recep Tayyip Erdogan, qui a été suivie de purges dont l'ampleur suscite l'inquiétude en Europe. Plus de 43'000 personnes ont été incarcérées et plus de 100'000 suspendues ou limogées depuis le 15 juillet.

Mais, signe de l'importance de la coopération de la Turquie sur la question des migrants, il s'agit de la troisième visite de Angela Merkel depuis la signature, le 18 mars 2016, d'un pacte qui a permis de réduire drastiquement le flux de passages clandestins vers l'Europe.

Angela Merkel a été vivement critiquée en Allemagne et par l'opposition en Turquie pour ce déplacement qui survient à quelques semaines d'un référendum, prévu en avril, sur la révision constitutionnelle qui renforcerait considérablement les pouvoirs de Recep Tayyip Erdogan. Celui-ci est accusé par ses détracteurs de dérive autoritaire.

«J'ai souligné que la séparation des pouvoirs et la liberté d'expression doivent être garanties» dans la révision constitutionnelle voulue par Recep Tayyip Erdogan, a déclaré Angela Merkel lors d'un point presse conjoint au palais présidentiel turc.

«Intérêt mutuel»

De son côté, Recep Tayyip Erdogan a balayé les critiques d'opposants au sujet de la réforme constitutionnelle, affirmant qu'elles n'avaient «absolument aucun fondement». «Il n'est pas question de mettre fin à la séparation des pouvoirs», a-t-il insisté.

Signe d'un certain agacement, le chef de l'Etat turc n'a également pas hésité à corriger la chancelière qui venait d'utiliser le terme «terrorisme islamiste». «N'employons pas cela, s'il vous plaît», a dit Recep Tayyip Erdogan, «en tant que président musulman, je ne peux pas l'accepter».

Les deux dirigeants ont également parlé de la situation en Syrie et en Irak, ainsi que des relations commerciales et du pacte sur les migrants.

Le président turc a plusieurs fois menacé de mettre fin à cet accord si les citoyens turcs ne sont pas exemptés de visa Schengen et si le processus d'adhésion de la Turquie à l'UE, actuellement au point mort, n'avance pas.

«La question des réfugiés est très importante pour la Turquie, ainsi que pour l'UE et l'Allemagne», a souligné Angela Merkel, ajoutant que le pacte sur les migrants reposait sur un «intérêt mutuel».

La chancelière allemande a indiqué que son pays avait accepté d'accueillir «500 réfugiés par mois» dans le cadre du plan européen de relocalisation de demandeurs d'asile.

Ankara et Berlin ont vu leurs relations se dégrader depuis le putsch manqué: la Turquie accuse l'Allemagne d'héberger des «terroristes», lui reprochant de ne pas extrader des putschistes présumés et des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Après s'être entretenu avec Angela Merkel, le Premier ministre Binali Yildirim a dit attendre «bien plus de soutien» de la part de l'Allemagne dans la lutte contre les putschistes présumés et le PKK.

Des médias allemands ont rapporté la semaine dernière que 40 militaires turcs de l'Otan avaient demandé l'asile auprès des autorités allemandes. Ankara a exhorté Berlin à «réfléchir attentivement» et à rejeter leur requête.

Le déplacement de Angela Merkel intervient également à quelques mois d'élections législatives critiques pour la chancelière, lors desquelles pèseront la question des migrants et les relations avec Ankara, l'Allemagne comptant trois millions de citoyens d'origine turque.

Angela Merkel devait s'entretenir dans la soirée avec des opposants turcs, avant de s'envoler pour un sommet européen à Malte. (AFP/nxp)

Créé: 02.02.2017, 04h48

Galerie photo

Turquie: tentative de coup d'Etat avortée

Turquie: tentative de coup d'Etat avortée La tentative de putsch de la part de militaires rebelles contre le gouvernement turc a échoué.

Articles en relation

Début du plus grand procès lié au putsch raté

Turquie Environ 270 personnes, militaires pour la plupart, sont jugées à Izmir suite aux événements de juillet. Ils risquent chacun jusqu'à deux peines de prison à vie. Plus...

Allemagne: des militaires turcs demandent l'asile

Turquie Quelques mois après le putsch avorté, le risque de subir les conséquences des purges menées par Ankara est encore fort, notamment pour les militaires. Plus...

Lindsay Lohan rencontre Erdogan et Bana al-Abed

Turquie La starlette américaine s'est entretenue vendredi avec le président turc et la petite fillette syrienne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.