Fin de campagne secouée par l'attaque de Paris

Présidentielle françaiseL'attentat de jeudi soir à Paris donne du grain à moudre aux candidats à la présidentielle, qui font de la récupération.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'attaque sur les Champs-Elysées à Paris a assombri la campagne présidentielle et accentué l'incertitude sur son issue, à deux jours du premier tour. Cette attaque a coûté la vie jeudi soir à un policier.

Dès vendredi matin, les candidats de droite et d'extrême droite se sont saisis du sujet, appelant le gouvernement à durcir drastiquement une lutte antiterroriste qu'ils jugent insuffisante.

La patronne du parti Front national, Marine Le Pen, a ainsi demandé au président socialiste François Hollande un «ultime sursaut» et l'adoption immédiate d'une «réponse sécuritaire plus globale».

Sur le même ton, le conservateur François Fillon a appelé à être «lucide» sur une «guerre qui sera longue» et a égrené les mesures sécuritaires draconiennes qu'il appliquerait «d'une main de fer».

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve les a en retour accusés d'«instrumentaliser» l'événement, reprochant notamment à Marine Le Pen de chercher à «exploiter sans vergogne la peur et l'émotion à des fins exclusivement politiciennes».

Le candidat centriste Emmanuel Macron a lui aussi dénoncé les «surenchères» de ses adversaires et promis une lutte «implacable» contre le terrorisme. «Notre premier devoir est un devoir de sang-froid», a lancé le champion de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon.

«Un gros effet»

A quelques heures de la clôture vendredi à minuit de la campagne officielle, trois des quatre favoris - Mme Le Pen, MM. Fillon et Macron - ont annulé leurs derniers déplacements. Seul le chef du mouvement «La France insoumise», Jean-Luc Mélenchon, a maintenu un «apéro insoumis» vendredi soir à Paris.

«Rien ne doit entraver (le) rendez-vous démocratique» de la présidentielle, a estimé le Premier ministre, à l'issue d'un Conseil de défense.

L'attentat de Paris «aura un gros effet» sur l'élection française, a estimé le président américain Donald Trump. L'Iran a pour part condamné l'attentat tout en critiquant la politique de l'Occident pour ses «concessions» face aux «terroristes criminels» en Syrie.

Impact incertain

Cette attaque au coeur de Paris aura-t-elle un impact sur l'élection, dont les quatre favoris sont dans un mouchoir? Elle pourrait «être en mesure de faire bouger les lignes et resserrer les écarts», estime Adélaïde Zulfikarpasic, directrice de l'Institut de sondages BVA.

L'impact d'événements «sécuritaires» sur une campagne électorale en France n'a pu jamais être précisément mesuré.

«L'affaire Merah en 2012 (l'auteur des tueries de Toulouse et Montauban qui avait fait sept morts, ndlr) n'avait pas eu un impact considérable sur la campagne et n'avait pas renforcé Nicolas Sarkozy contrairement à ce que certains avançaient à l'époque», note Jean-Daniel Lévy (Harris Interactive).

Les sondeurs français refusent en bloc de s'appuyer sur le registre émotionnel ou épidermique, marque de fabrique du président américain.

Opinion stable

Même si l'indécision culmine à 30%, un record, «l'opinion française est beaucoup plus stable que ce qui est dit d'elle», explique Céline Bracq, directrice générale d'Odoxa. «Les indécis pèsent leur choix ou sont dans la stratégie. La part d'émotion dans le vote est très modeste. Le choix des électeurs est très raisonné et les grands équilibres ne seront pas bouleversés à la suite de cet attentat», explique-t-elle.

Elle relève ainsi que l'arrestation, mardi à Marseille, de deux terroristes présumés qui visaient notamment François Fillon, «n'a pas eu l'impact qu'on attend normalement de ce genre d'événements, qui favorisent structurellement la droite». «On a vu au contraire François Fillon stagner et Marine Le Pen décrocher un peu», précise-t-elle.

Les analystes mettent en avant la résilience de l'opinion, qui s'est habituée aux attentats, comme «les Londoniens sous les bombardements allemands», selon Thomas Guénolé. (ats/nxp)

Créé: 21.04.2017, 18h22

Articles en relation

Attentat: Un message lié à «Daech» retrouvé

Champs-Elysées Selon des proches de l'enquête, un mot manuscrit reliant le tueur de Paris à l'Etat islamique a été retrouvé près du corps. Plus...

Fusillade: panique sur les Champs-Elysées

Paris Lors de l'attaque de jeudi soir, de nombreux touristes étaient présents sur la plus célèbre avenue du monde. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Macron vainqueur
Plus...