Prison pour les organisateurs de la «soirée» Facebook

FranceLa justice française a condamné à six mois de prison ferme les organisateurs d'une soirée «Projet X», une orgie festive relayée sur Facebook au cours de laquelle un millier de jeunes ont investi, puis saccagé, une villa inoccupée du sud de la France.

Image: YouTube

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le tribunal de Draguignan (sud-est) a opté pour la sévérité, en condamnant les deux organisateurs pour «complicité de destruction» à un an de prison dont six mois ferme.

Ils devront en outre indemniser les victimes à hauteur de 20'000 euros, une somme qui sera réévaluée lors d'une nouvelle audience en décembre.

Vitres brisées, sanitaires descellés, canalisations arrachées, mobilier jeté dans la piscine: c'est une vision d'apocalypse qui attendait il y a un mois deux couples de Hollandais, propriétaires d'une résidence dans le Var (sud-est de la France).

Les dégâts sont évalués à quelque 80'000 euros. «C'était effrayant, incroyable», «ils ont tout cassé», s'est souvenue Hanneke Sprong, l'une des propriétaires de la villa.

«Projet X»

«Au début, on n'y croit pas. On se croit dans un film où on joue le rôle principal», a-t-elle dit devant le tribunal. Les organisateurs de la fête du 19 mai, Allan Brooks et Alexandre Fleury, 21 ans, ont reconnu lundi s'être inspirés du film américain «Projet X».

La fiction raconte l'histoire de trois lycéens qui préparent la plus grande soirée jamais organisée. Drogue, violence, sexe: la soirée tourne au désastre. Depuis sa sortie le 14 mars, des adolescents en ont reproduit le scénario, causant d'importants dégâts dans des maisons inoccupées. Un jeune en est même mort aux Etats-Unis.

Début mai apparaît sur Facebook une page-événement concernant une «soirée Projet X».

Dans la marge, l'affiche du film éponyme. Le flyer invite les internautes à une fête qui «rentrera dans l'histoire»: «comme dans le film, c'est No Limit».

Les organisateurs promettent du «gros son», des «stripteaseuses» et des «DJ en folie». «Seule obligation: emmener une bouteille d'alcool par personne». Prix d'entrée: 2 euros.

Résultat: entre 600 et 1200 jeunes de 16 à 20 ans répondent à l'appel. Certains viennent des environs, d'autres ont fait le déplacement de Marseille, Nice, Lyon et même Paris. Ce sont des riverains, excédés par le bruit et inquiets pour leur sécurité, qui alertent les gendarmes.

«Complice de dégradations»

Allan Brooks a nié s'être rendu «complice de dégradations». «Ce n'était pas du tout le but» de la soirée, s'est défendu le jeune homme, affirmant avoir voulu «organiser une soirée-test pour se lancer dans l'événementiel».

Il assure que les dégradations n'ont pas été le fait des «invités» à proprement parler de la soirée, mais de casseurs venus «détruire la baraque» alors que la soirée était finie.

«Je n'ai en aucun cas pensé (...) qu'on allait reproduire ce qui se passait dans le film», a-t-il déclaré. «On n'a pas demandé à 1200 personnes de venir et de tout casser dans la maison!» Faux, a rétorqué le procureur Pierre Arpaia: «Ils savaient que la soirée allait dégénérer. (...) Le but était de parvenir à un état de défonce, qui par l'alcool, qui par d'autres substances. Et à la fin de la soirée, tout devait être détruit.»

«Entre la fiction et la réalité, il y a un pas que parfois il ne faut pas franchir», a-t-il dit.

(afp/nxp)

Créé: 25.06.2012, 20h06

Articles en relation

Un étudiant abattu en imitant le film «Projet X»

Etats-Unis Une fête estudiantine organisée dans un manoir du Texas a tourné au cauchemar la semaine dernière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le gel dévaste les vignobles valaisans
Plus...