La Une | Samedi 1 novembre 2014 | Dernière mise à jour 10:52
New York

Un conseiller juif ultra-orthodoxe coupable d'abus sexuel

Mis à jour le 10.12.2012

Un conseiller spirituel de la communauté juive ultra-orthodoxe de New York a été reconnu coupable lundi d'abus sexuels répétés sur une adolescente qu'il avait suivie pendant trois ans.

Le procès de N. W. a levé un peu du voile sur la branche Satmar de cette communauté hassidique généralement très fermée, qui se concentre dans l'arrondissement de Brooklyn.

Le procès de N. W. a levé un peu du voile sur la branche Satmar de cette communauté hassidique généralement très fermée, qui se concentre dans l'arrondissement de Brooklyn.
Image: ARCHIVES/AFP

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

N. W., 54 ans, dont la peine sera prononcée le 9 janvier, a été reconnu coupable d'avoir à «de nombreuses reprises» abusé sexuellement de l'adolescente, la plupart du temps dans son bureau, entre 2007 et 2010.

Il risque jusqu'à 117 ans de prison, après avoir été reconnu coupable d'acte sexuel criminel, abus sexuel et mise en danger d'un enfant.

La jeune fille avait 12 ans lorsque les séances de «conseil» ont commencé en 2007.

R. K., la mère de la victime, qui a témoigné au procès au début du mois, avait envoyé sa fille chez M. W., qui était un membre respecté de la communauté, car l'école trouvait qu'elle avait des problèmes de comportement.

Communauté très fermée

Le procès de N. W. a levé un peu du voile sur la branche Satmar de cette communauté hassidique généralement très fermée, qui se concentre dans l'arrondissement de Brooklyn.

Selon R. K., sa fille avait du mal à accepter les règles qui veulent que les filles soient vêtues de manière modeste, avec des bas épais. Elle avait été qualifiée d'hérétique par le principal, pour avoir ouvert le premier bouton de sa chemise.

Dans la salle d'audience durant le procès, les bancs étaient remplis d'hommes barbus en costume traditionnel et de femmes dont certaines portaient une perruque.

«La victime a montré beaucoup de courage en décidant de parler, dans une période très difficile. Nous espérons que ce verdict fera comprendre à d'autres femmes qu'elles peuvent aussi parler», a déclaré lundi le procureur fédéral de Brooklyn Charles Hynes.

N. W. a été maintenu en détention. (afp/Newsnet)

Créé: 10.12.2012, 23h33

Le compte Twitter de la rubrique Monde

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11