Les ONG accusent la France de faire moins bien que le Soudan ou le Népal

HumanitaireNouvel épisode dans la crise des migrants à Calais, quatre ONG déploient dans la «jungle» de Calais les moyens logistiques habituellement utilisés dans des pays en rupture.

Plus de 3000 migrants, avec une augmentation significative de la population des femmes et des enfants constatée par les acteurs de l’aide humanitaire, s'entassent à Calais dans le bidonville de la république, dénoncent les ONG.

Plus de 3000 migrants, avec une augmentation significative de la population des femmes et des enfants constatée par les acteurs de l’aide humanitaire, s'entassent à Calais dans le bidonville de la république, dénoncent les ONG. Image: ETIENNE LAURENT/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Opération choc ce matin à Calais. Quatre ONG mettent en place sur la «lande» de Calais où se regroupent près de 3000 migrants un dispositif d’urgence humanitaire comparable à ceux des pays en guerre ou ravagés par des catastrophes humanitaires. Médecins du Monde, Solidarités international, le Secours catholique France et Le Secours Islamique France ont décidé de s’associer pour répondre à cette urgence et soutenir les acteurs locaux débordés.

«C’est la situation de vulnérabilité de ces migrants qui nous a complètement interloqués. Quand Médecins du Monde nous a contactés, nous étions circonspects: nous ne sommes jamais intervenus en France», explique Thierry Benlahsen, responsable des opérations d’urgence à Solidarités international.

Et l'homme de terrain de Solidarités international de poursuivre: «Nous avons décidé de mener notre propre diagnostic. A peine 13 robinets d’eau potable et vingt toilettes, ouvertes seulement 7 à 8 heures par jour, pour 3000 personnes, nous avons constaté que nous sommes largement en-dessous des normes humanitaires habituelles des camps de réfugiés sur lesquels nous intervenons au Liban, au Soudan ou au Népal.»

Une logistique d’urgence

Médecins du Monde est donc en train de déployer des cliniques mobiles pour assurer ce minimum sanitaire qui fait défaut. Solidarités International, spécialiste de la logistique de crise, distribue des kits d’hygiène et va construire des blocs sanitaires avec douche et toilettes. Le Secours catholique renforce ses équipes de bénévoles avec l’objectif d’améliorer les conditions de vie dans le bidonville: construction d’abris et de cuisines collectives. Le Secours Islamique enfin distribue des colis alimentaires.

Est-ce encore la France? Questionnent les quatre ONG dans un communiqué de presse diffusé ce matin. Pour Jean-François Corty, médecin et Directeur des opérations de Médecins du Monde, la réponse est claire. «Nous utilisons sciemment une sémantique d’urgence humanitaire parce qu’elle correspond à la réalité vécue par les migrants. La France n’est pas un pays en rupture comme peut l’être le Soudan ou le Népal!»

«Le niveau de sa prise en charge des exilés nous fait penser qu’elle n’assure pas leur mise à l’abri et leur protection, dues par les signataires des Conventions de Genève, de manière délibérée. Les manquements de la France à l’aide humanitaire se lisent dans une logique politique. Notre réponse l’est évidemment aussi, mais c’est l’action de terrain qui prime», explique Jean-François Corty, de Médecins du Monde.

Devoir d’ingérence sur sol français!

Du côté de Solidarités International, le discours est moins politique mais tout aussi engagé. «Contrairement à Médecins du Monde ou France terre d’asile, nous n’avons pas de discours sur les questions administratives du droit à l’asile. En revanche, nous avons constaté un désengagement des autorités publiques qui induit un manquement des normes humanitaires sur notre propre sol», rappelle Thierry Benlahsen.

«Quels que soient les contextes politique et administratif, nous nous devons d’intervenir», met en exergue le responsable des opérations d’urgence à Solidarités international.

En effet, le camp de jour Jules Ferry prévu pour accompagner entre 1000 et 1500 migrants a, dès son ouverture en mars dernier, été saturé. C’est désormais plus de 3000 migrants, avec une augmentation significative de la population des femmes et des enfants, qui est constaté par tous les acteurs de l’aide humanitaire. (TDG)

Créé: 30.06.2015, 10h27

Articles en relation

Clandestins: la Grande-Bretagne renforce ses contrôles à Douvres

Immigration La Grande-Bretagne renforce la sécurité frontalière au port de Douvres. Des migrants ont tenté la veille de profiter de la grève à la compagnie MyFerryLink à Calais pour rejoindre le Royaume-Uni. Plus...

L'afflux de migrants met l'UE à l'épreuve

Entente Les états membres se déchirent au sujet de la solidarité à mettre en place pour accueillir des demandeurs d'asile et soulager les pays méditerranéens. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.