La Une | Mardi 2 septembre 2014 | Dernière mise à jour 10:49
Revue de presse internationale

Une victoire qui annonce des changements en Europe

Mis à jour le 07.05.2012 8 Commentaires

L’élection de François Hollande à la présidence française devrait marquer un changement pour l’Europe face à la crise, notamment par rapport à la politique du tout-austérité, estiment les presses européenne et asiatique.

1/12 «C'est désormais Hollande qui va conduire la France et les Français à travers les récifs périlleux d'un monde dangereux et d'une Europe chahutée par la crise et les marchés», constate Le Figaro.

   

Articles en relation

Partager & Commenter

En Allemagne, le Financial Times Deutschland évoque ainsi un «tournant, particulièrement pour Angela Merkel», la chancelière allemande, apôtre de la rigueur pour combattre la crise des dettes et qui n’avait pas caché son soutien au sortant Nicolas Sarkozy.

Pour le quotidien économique la volonté du nouvel élu français «de compléter le pacte fiscal par des mesures de croissance touche à la suprématie de la chancelière en Europe.»

L'Allemagne, seule

«Les Allemands se retrouvent seuls avec leur pacte budgétaire», estime également le journal conservateur Die Welt. Même verdict pour le Tagesspiegel (gauche), qui voit «une Grèce qui ne veut plus contribuer à sa propre guérison et une France qui, avec une politique économique orientée vers l’offre, quitte symboliquement l’Europe du Nord pour l’Europe du Sud, c’est-à-dire tourne le dos à la discipline budgétaire.»

Pour le Stuttgarter Zeitung, Paris ne pourra seul faire fléchir l’Allemagne: «Aussi importante soit la France pour faire avancer l’Europe, elle n’est pas assez forte pour imposer sa volonté aux autres poids-lourds».

Le défi économique

«L’austérité en Europe risque d’être remise en cause par les scrutins de dimanche, juge à Londres le Times (conservateur)», qui accuse François Hollande de «jouer avec le feu».

Pour le Financial Times, «Sarkozy est la dernière victime du retour de bâton contre les sortants» en Europe et «il est vital» pour le nouveau président «qui a désigné pendant sa campagne le monde de la finance comme son 'véritable adversaire', que les marchés ne commencent pas à parier contre la France.»

Le Daily Telegraph (conservateur) voit déjà la France «au bord de la faillite», alors que pour The Guardian (proche de l’opposition travailliste), l’élection «inverse la tendance d’une embardée droitière et xénophobe dans la politique européenne.»

«Au revoir président bling bling», lance en français le tabloïde Daily Mail. En Irlande, où doit se tenir fin mai un référendum sur le pacte budgétaire européen, l’Irish Times souligne aussi que «les résultats français et grecs mettent en question les plans de l’UE contre la crise de la dette».

«L’Allemagne a perdu les élections», estime de son côté le Jornal de Negocios (économique). «Les marchés vont détester. Mais c’est le tour de la politique. Vive la France, car si la France ne va pas de l’avant, nous ne vivrons pas non plus.»

Changement et impulsion

Le grand défi de Hollande «sera de concilier ses propositions avec la conjoncture interne et les stratégies de Berlin», avertit le quotidien de référence Diario de Noticias. «Paris change et l’Europe change» juge l’italien La Stampa (centre-droit), tout en avertissant: «on verra comment il tiendra sa promesse» de «rompre le pacte fiscal».

«La France vire à gauche», pour le Corriere della Sera (centre-droit), qui juge que «ces derniers jours, le favori Hollande a su rompre l’isolement en Europe», rappelant «les paroles du président de la BCE Mario Draghi» sur la nécessité de la croissance.

«La France tourne une page», affirme la Repubblica (centre-gauche), alors que pour le Il Sole 24 Ore (économique), François Hollande est «un modéré, un social-démocrate, un homme tranquille. Qui veut changer sans bouleverser.»

En Espagne, pour El Mundo (centre-droit) «la victoire de Hollande ouvre la voie à l’incertitude en Europe». Même tonalité chez ABC (droite): «Victoire de Hollande, incertitude en Europe.»

El Pais (centre-gauche) estime au contraire que «le triomphe de Hollande en France est une impulsion à une politique de croissance en Europe». Côté journaux économiques, Expansion assure que «la victoire de Hollande ouvre la voie à un nouveau modèle économique européen» et Cinco Dias qu’elle «ouvre la voie à un nouveau scénario pour l’euro».

L'Europe mise en cause

Le Soir, journal francophone belge de référence, évoque «Hollande, le président attendu au tournant». Et d’avertir: «Après l’épreuve de la conquête, celle du pouvoir». La Libre Belgique partage cette opinion, relevant qu’il «doit son élection en partie à un rejet de la personnalité de Nicolas Sarkozy.»

«La zone euro craque», titre le néerlandais Telegraaf (populaire) face aux «résultats anti-européens des élections en France et en Grèce». «Hier, on a voté en France et en Grèce : un vote contre l’Europe», abonde le quotidien NRC next.

Hollande «donne une voix aux Européens qui sont opposés à la ligne dure de l’austérité», soutient le quotidien économique Het financieele dagblad. «L’Europe a pris un coup dimanche avec les élections en France et en Grèce», juge De Volkskrant (gauche).

En Suède, pour le Svenska Dagbladet (libéral) «l’austérité ne remporte pas la majorité» et en Finlande, la radio publique YLE juge que «l’arrivée au pouvoir de Hollande n’affectera pas seulement la France mais secouera aussi l’avenir politique de l’ensemble de l’Europe.»

En Autriche, le Salzburger Nachrichten (chrétien-libéral) juge qu’une «nouvelle phase dans la tentative de combattre la crise en Europe s’annonce». Mais le Kronen Zeitung (populaire) met en garde: «le pacte de croissance (...) cela sonne bien, mais avec quel argent?»

Inquiétude et espoir

Pour le New York Times la victoire de Hollande «sera vue comme un défi à la vision dominante de l’Allemagne de l’austérité comme issue à la crise de l’euro.» Thème repris dans le quotidien par Paul Krugman, prix Nobel d’économie connu pour sa critique de l’austérité, qui juge que Français et Grecs, «ont tourné deux pouces vers le bas» à la stratégie économique dominante, «une bonne chose».

Les quotidiens grecs voient eux aussi dans ce «virage français» la promesse d’un «renversement de la politique européenne».

Pour le journal économique Naftemboriki, qui titre sur ce «renversement de la politique européenne», le socialiste a reçu «un mandat fort, permettant de remettre en cause les recettes d’austérité prônées par la chancelière allemande Angela Merkel.»

Le quotidien pro-gouvernemental Ta Nea consacre pas moins de quatre pages à la victoire de François Hollande qui «promet la croissance aux peuples d’Europe du sud».

Alors que la Une du quotidien, à l’instar de toute la presse grecque, s’inquiète du «cauchemar de l’instabilité gouvernementale» en Grèce, la victoire de François Hollande apparaît comme une petite fenêtre d’optimisme, «une promesse de croissance pour les peuples d’Europe du sud.»

Avertissement

«République socialiste de France», titre le quotidien russe Kommersant, pour qui «autour de Hollande se sont réunis des forces très différentes, depuis l’extrême-gauche jusqu’aux centristes.»

En Asie, l’agence japonaise Jiji Press estime que les succès de François Hollande en France et des partis opposés à l’austérité en Grèce représentent un avertissement sérieux en Europe et que «l’Union européenne devra inévitablement revoir ses caps».

L’Asahi Shimbum titre: «La France a choisi le changement». En Australie, The Australian titre sur «l’Europe (qui) cherche à assouplir la misère de l’austérité», le Sydney Morning Herald sur «l’Europe ouvre les yeux sur l’après-Sarkozy», mais l’Australian Financial Review souligne que «les marchés sont inquiets de la victoire socialiste.» (afp/Newsnet)

Créé: 07.05.2012, 12h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

8 Commentaires

Ce Clean

07.05.2012, 10:07 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

Pour Michel Santi, c'est la fin du "pacte contracté par les deux dirigeants français et allemand actuels qui veut que l’Allemagne ferme les yeux sur les injections de liquidités parcimonieuses de la Banque Centrale Européenne en faveur des pays de l’Europe périphérique en contrepartie d’une austérité qui assèche tout sur son passage". Il est temps d'en finir avec ce dictat franco-allemand-là! Répondre


Pierre Ponce

07.05.2012, 11:00 Heures
Signaler un abus 2 Recommandation 0

"L’économiste doit être avide de faits; mais les faits par eux-mêmes n’apprennent rien. L’histoire nous fait connaître des séquences et des coïncidences; la raison seule peut les interpréter et en tirer des leçons". Souhations alors que Mister Hollande suive cette citation d'Alfred Marshall (Principes d’économie politique-1890) en devenant "un président de la raison" ! Répondre



Le compte Twitter de la rubrique Monde

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11