Les réfugiés au Danemark perdront argent et bijoux

PolémiqueLe gouvernement a décidé de «taxer» les requérants, pour freiner les arrivées et financer l’accueil

La police danoise est autorisée à saisir l’argent ou les objets de valeur des réfugiés qui dépassent l’équivalent de 10?000?couronnes (1300?francs).

La police danoise est autorisée à saisir l’argent ou les objets de valeur des réfugiés qui dépassent l’équivalent de 10?000?couronnes (1300?francs). Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Confisquer l’argent et les bijoux des réfugiés pour payer leur séjour dans les centres d’accueil… Le gouvernement libéral danois a choqué et scandalisé par cette méthode choc qui rappelle, selon certains, la spoliation des juifs par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Mais «au Danemark, il est naturel qu’on subvienne à ses besoins quand on en a les moyens», martèle la ministre des Immigrés et de l’Intégration, Inger Stoejberg, la «dame de fer» à l’origine de l’une des politiques d’asile les plus restrictives d’Europe.

«Ce n’est pas un secret. Je veux limiter le nombre des demandeurs d’asile, déclare-t-elle. C’est pourquoi nous avons recours à des mesures dissuasives pour freiner l’afflux des réfugiés qui a atteint un niveau historique» en 2015: plus de 21 000 contre environ 15 000 l’année précédente. Faisant fi des vives critiques des ONG, du Haut-commissariat aux réfugiés et autres experts juridiques, Inger Stoejberg a maintenu jusqu’au bout ses propositions controversées, même si elle a dû les réajuster afin d’obtenir le ralliement notamment de l’opposition sociale-démocrate, réticente.

Le projet de loi révisé, débattu ce mercredi, autorise désormais la police à saisir l’argent ou les objets de valeur des réfugiés qui dépassent l’équivalent de 10 000 couronnes (1300 francs) et non plus les 3000 couronnes (380 francs) prévues initialement.

«Les policiers chargés de fouiller les réfugiés ne pourront toutefois pas confisquer des objets ayant une valeur particulièrement affective, comme les alliances ou des bijoux hérités», a-t-elle précisé mercredi au parlement, rassurant ainsi les réfractaires qui jugeaient sa proposition «immorale», y compris au sein même de sa majorité parlementaire de droite.

Résultat: même les sociaux-démocrates, leaders de l’opposition, se sont finalement ralliés à la proposition, assurant ainsi une majorité à ce projet controversé lors du vote attendu à la fin de février. Les Danois, surpris par l’image ternie de leur royaume à l’étranger, n’en sont pas moins favorables à ce coup de frein à l’arrivée des demandeurs d’asile.

Mais des voix critiques s’élèvent, comme celle de l’écrivain Christian Moerk, qui a adressé une bague de sa grand-mère d’origine russe à Inger Stoejberg, accompagnée d’une lettre rappelant l’histoire de sa famille immigrée de Kaliningrad. «Vous pouvez la garder en gage. Je suis tellement reconnaissant envers le Danemark et ses citoyens et leurs capacités d’agir avec dignité et non aveuglément», écrit-il. Un Danemark qu’il ne reconnaît plus.

A la gare de Copenhague, Hassan, un Syrien de 30 ans qui va rejoindre sa femme et ses deux enfants, n’a «plus grand-chose, à peine une centaine de dollars et moins de 300 euros en poche», dit-il. «Les passeurs ont tout pris depuis notre départ d’Alep il y a deux mois en transitant par la Turquie. Il nous reste juste des bijoux de mariage de ma femme. Elle y tient tellement. Va-t-on vraiment nous les prendre?» demande-t-il à un voisin palestinien dans la salle d’attente de la gare. Sans obtenir de réponse. (TDG)

(Créé: 14.01.2016, 08h14)

Des milices antiréfugiés en Finlande

Ils ont le crâne rasé, portent des blousons en cuir et certains avouent volontiers leur sympathie pour le
national-socialisme: des membres de milices bien décidées à faire régner l’ordre face à l’afflux de réfugiés commencent à se montrer au grand jour en Finlande, certains se laissant photographier dans les médias. Se surnommant les «soldats d’Odin», en référence au dieu de la guerre dans la mythologie nordique, ils exploitent les affaires d’agressions sexuelles dont ont été victimes des femmes de la part de migrants pour sortir du bois, patrouillant pour «protéger la population des réfugiés». L’affaire de Cologne, mais aussi trois cas d’agressions à Helsinki la nuit de la
Saint-Sylvestre semblent les motiver. Persuadés sur la base de ce qui se dit sur Facebook que des requérants d’asile «rôdent autour des écoles à la recherche de jeunes filles», comme l’a confié leur leader au journal finlandais Aamuhleti, ils sont 500 volontaires à surveiller ainsi plusieurs villes du pays.
Les autorités ont adopté une posture floue par rapport à ces agissements. Tout en rappelant que c’est à la police d’assurer la sécurité en Finlande, le chef du gouvernement, Juha Sipilä, a jugé utile ce travail de surveillance. Tout comme la direction de la police nationale, qui a dit au Helsinki Times que «l’engagement volontaire de la communauté doit être soutenu».
C.M.

Articles en relation

Deshusses tire le portrait de sa première classe de migrants

Intégration Ils s'appelaient Chaban, Memet, Yusar, Cicero. C'était en 1985 au foyer d'Anières. Une réédition émouvante. Plus...

Les violences à Cologne font vaciller l’Allemagne

Réfugiés Les suspects sont en majorité étrangers. La chancelière est attaquée pour sa politique d’asile «sans limites» Plus...

Après les agressions de Cologne, les réfugiés trinquent

Allemagne La droite populiste instrumentalise les violences sexuelles de la Saint-Sylvestre pour dénoncer la politique d’asile de la chancelière. Plus...

«A Calais, la situation est simple: ces gens ont besoin d’aide!»

Crise des migrants Oona Chaplin, comédienne dans la série «Game of Thrones », milite pour l’aide aux migrants aux côtés d’une association britannique. Plus...

En Finlande, des milices antiréfugiés s'affichent

Scandinavie Des jeunes en blouson patrouillent pour surveiller les migrants. Les autorités adoptent une posture floue face à ces agissements. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Autriche: un président écolo élu de justesse
Plus...