Le Sénat vote la confiance sur une union gay

ItalieLes homosexuels resteront toutefois privés de la possibilité d'adopter les enfants naturels du conjoint.

La sénatrice Monica Cirinna, qui a porté le projet de loi, se fait féliciter par un collègue.

La sénatrice Monica Cirinna, qui a porté le projet de loi, se fait féliciter par un collègue. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Sénat italien a adopté jeudi, en votant la confiance au gouvernement, une loi sur les unions gays. Ce texte révisé n'évoque plus ni les enfants ni le devoir de fidélité, au grand dam des associations homosexuelles.

Le Parti démocrate (PD) de Matteo Renzi avait échoué la semaine dernière à faire passer le texte en l'état avec le soutien du Mouvement 5 Etoiles (M5S), qui s'est rétracté à la dernière minute. Il a donc conclu mercredi soir un accord avec ses alliés du centre-droit.

Jeudi, le gouvernement a engagé sa responsabilité sur un «super-amendement» retirant la possibilité d'adopter les enfants naturels de son conjoint et l'obligation de fidélité au sein du couple. Ce texte ne concerne que des partenaires de même sexe et il n'est pas question de mariage mais de «formation sociale spécifique».

Dernier pays d'Europe occidentale

Dans le dernier grand pays d'Europe occidentale à ne reconnaître aucun statut aux couples de même sexe, le texte établit l'obligation d'assistance morale et matérielle réciproque, le bénéfice de la pension de réversion, le titre de séjour pour le conjoint étranger, le droit de visite à l'hôpital, la possibilité de prendre le nom de son conjoint... L'union est scellée devant un officier d'état civil.

Et le projet de loi ne ferme pas la porte aux demandes d'adoption déposées au cas par cas. Une poignée d'entre elles ont déjà été récemment validées par certains tribunaux au nom de l'intérêt supérieur de l'enfant à une «continuité affective».

En outre, un chapitre distinct fixe pour la première fois les droits et les devoirs des concubins, de même sexe ou pas, n'ayant contracté ni mariage ni union civile.

Formalité devant les députés

Par 173 voix contre 71, le Sénat a voté la confiance et validé le «super-amendement». Le vote de la loi en elle-même apparaît désormais comme une formalité, avant un passage devant la chambre des députés, où M. Renzi, qui y dispose d'une majorité plus solide, entend obtenir un feu vert définitif dans un délai de deux mois.

«L'accord sur les unions civiles est un fait historique pour l'Italie. Cette fois c'est vraiment la bonne», s'était félicité M. Renzi mercredi soir sur Twitter.

Pour Angelino Alfano, ministre de l'Intérieur et chef de file de ces petites formations centristes propulsées au rang d'arbitres, il s'agit d'«une victoire du bon sens».

«Nous avons fait un beau cadeau à l'Italie en empêchant que deux personnes du même sexe puissent avoir un enfant, comme la nature le leur interdit. Nous avons empêché une révolution contre nature», s'est-il réjoui devant la presse.

Amertume des militants homosexuels

La sénatrice Monica Cirinna (PD), qui portait la loi depuis plus de deux ans, a expliqué, «le coeur brisé», que l'accord avec le centre-droit était la seule solution, après la volte-face du M5S, pour éviter «la roulette russe» des votes secrets sur une kyrielle d'amendements pièges.

Militants et sympathisants homosexuels ont pour leur part exprimé leur amertume devant un «premier pas» aussi timide. «Nous n'avons pas attendu 30 ans pour ça», ont dénoncé dans un communiqué conjoint une trentaine d'associations de défense des homosexuels. Elles se sont engagées à exprimer leur «indignation» «dans les rues, devant les tribunaux et dans les urnes». Une grande manifestation est déjà prévue le 5 mars à Rome.

Quant au retrait de l'obligation de fidélité, jugée trop proche du mariage par les centristes, le journaliste et militant Stefano Bucci a dénoncé «une bêtise souveraine, un énième stéréotype. Ou, pire encore, une offense que le monde gay ne mérite pas».

En réaction, des sénateurs PD ont déposé jeudi matin une proposition de loi pour retirer l'obligation de fidélité également du mariage civil. Mais pour les défenseurs de la famille traditionnelle, la loi va déjà trop loin. Les élus qui l'ont voté «iront en enfer», a lancé Roberto Calderoli, sénateur de la Ligue du Nord. (ats/nxp)

(Créé: 25.02.2016, 19h45)

Mots-clés

Articles en relation

Manif à Rome contre le «mariage pour tous»

Italie Des milliers d'opposants aux unions pour les couples de même sexe se sont rassemblés ce samedi dans la capitale italienne. Plus...

«Nous ne verrouillons pas le débat sur le mariage pour tous»

Votations du 28 février Le président du PDC Christophe Darbellay défend l'initiative de son parti sur l'égalité fiscale du mariage, un sujet controversé qui sera soumis au peuple suisse. Interview. Plus...

Mariage gay: la Cour suprême d'Alabama met son veto

Etats-Unis Le juge Roy Moore, connu pour ses coups d'éclat contre l'autorité fédérale, s'oppose au feu vert donné par la Cour suprême des Etats-Unis en juin dernier. Plus...

Les Slovènes disent non au mariage gay

Référendum Les Slovènes ont rejeté à plus de 60% la loi autorisant le mariage gay adoptée par leurs députés. Plus...

Bientôt le mariage pour tous à Taïwan?

Homosexualité Taïwan va-t-il devenir le premier territoire d'Asie à légaliser le mariage gay? A l'approche d'élections qui augurent d'une ère politique nouvelle, certains se prennent à en rêver. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les robots vont-ils remplacer les humains?
Plus...