La Une | Lundi 22 décembre 2014 | Dernière mise à jour 17:03
Très Hauts Revenus

La taxe de 75% de Hollande invalidée par le Conseil Constitutionnel

Mis à jour le 29.12.2012 3 Commentaires

La mesure phare annoncée par le Président français et prévue pour l'année 2013 a été jugée inégalitaire par les Sages. D'autres impôts ont aussi subi le jugement du Conseil.

la taxe elle devait toucher environ 1500 personnes, qui auraient payé en moyenne 140'000 euros à ce titre. Elle avait une forte valeur symbolique et constituait un marqueur de la présidence de François Hollande

la taxe elle devait toucher environ 1500 personnes, qui auraient payé en moyenne 140'000 euros à ce titre. Elle avait une forte valeur symbolique et constituait un marqueur de la présidence de François Hollande
Image: François Mori / AP

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le Conseil constitutionnel a annulé samedi la taxation à 75% des revenus supérieurs à 1 million d’euros prévue dans le budget 2013, qui était une des mesures les plus emblématiques du président français François Hollande durant la campagne présidentielle. Cette taxation, appelée «contribution exceptionnelle de solidarité» devait s’appliquer pendant deux ans aux revenus d’activité excédant 1 million d’euros.

Égalité contributive

Dans son communiqué (www.conseil-constitutionnel.fr), le Conseil a fait valoir que celle-ci était «assise sur les revenus de chaque personne physique» alors que l’impôt sur le revenu est prélevé «par foyer». En conséquence, il a jugé qu’il y avait là «méconnaissance de l’égalité devant les charges publiques.»

Avec cette taxation, un ménage, dont chaque membre percevrait un revenu de 900'000 euros, se trouverait exempté, tandis qu’un autre, dont un seul membre gagnerait 1,2 million d’euros et l’autre rien, devrait l’acquitter, ce qui constituerait à l’évidence une «rupture d’égalité au regard de la faculté contributive», a-t-on expliqué, à titre d’exemple, au Conseil.

Si cette mesure avait un faible rendement – elle devait toucher environ 1500 personnes, qui auraient payé en moyenne 140'000 euros à ce titre –, elle avait une forte valeur symbolique et constituait un marqueur de la présidence de François Hollande. Elle a défrayé, il y a peu, la chronique avec l’annonce de l’exil fiscal en Belgique du comédien Gérard Depardieu.

Autres mesures invalidées

Le Conseil a retoqué également les modalités de calcul du plafonnement de l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF), en particulier l’intégration des revenus ou bénéfices capitalisés, «que le contribuable n’a pas réalisés ou dont il ne dispose pas.»

Il a aussi décidé de réduire l’avantage fiscal pour les investissements outre-mer. Alors qu’il était prévu de plafonner à 10'000 euros la plupart des avantages fiscaux des différentes niches fiscales, le budget 2013 comprenait un plafond majoré de 18'000 euros et 4% du revenu imposable pour les investissements en outre-mer ou pour le financement en capital d’œuvres cinématographiques.

Le Conseil a estimé que ce système «permettait à certains contribuables de limiter la progressivité de l’impôt sur le revenu dans des conditions entraînant une rupture d’égalité devant les charges publiques.» En conséquence, il a annulé «la fraction de l’avantage d’un montant égal à 4% du revenu imposable.»

Les membres du Conseil ont en outre décidé de supprimer le régime dérogatoire applicable aux successions sur les immeubles situés en Corse. Ce dispositif, ancien, conduisait, «sans motif légitime» pour le Conseil, à ce que la transmission d’immeubles soit exonérée de droits de succession.

S’il a validé l’instauration d’une nouvelle tranche marginale à 45% de l’impôt sur le revenu, le Conseil a considéré que pour les «retraites-chapeau» la taxation particulière à 75,04% en 2012 et 75,34% en 2013 était «confiscatoire» et a ramené la taxation à 68,34%.

S’agissant du budget 2012 rectifié, le Conseil l’a validé globalement avec son crédit d’impôt d’aide aux entreprises de 20 milliards d’euros. (afp/TDG)

Créé: 29.12.2012, 12h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

3 Commentaires

jacques ludwig

29.12.2012, 13:24 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Ils portent bien leur nom "les Sages" et restent là pour invalider les conneries du ou des gouvernements. Le mal est fait et il sera très difficile de faire revenir en arrière ceux qui ont déja quitté leur pays car ils n'ont plus confiance dans leur gouvernement Répondre


Nil Oira

29.12.2012, 12:56 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 3

Oui, cette mesurette était encore une aberration destinée à donner quelques gages aux électeurs tentés par JL Mélenchon qui lui, défendait un programme cohérent, en particulier une réforme de l'imposition qui met en place 14 tranches, régulièrement progressives, la dernières (> à 360'000 € par an) étant taxée à 100% (20x 18'000€ = smic à 1500€). Qui a besoin de gagner plus de 30'000 € par mois? Répondre



Le compte Twitter de la rubrique Monde

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11