L’Allemagne atterrée par une vague d’agressions sexuelles

Nouvel-AnDes bandes organisées auraient agressé des dizaines de femmes à la gare de Cologne, lors du Nouvel-An.

Le 5 janvier, la police était à la recherche de suspects aux abords de la gare de Cologne.

Le 5 janvier, la police était à la recherche de suspects aux abords de la gare de Cologne. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Selon des dizaines de témoignages, l’Allemagne a connu une vague d’agressions sexuelles sans précédent à la gare de Cologne lors de la Saint-Sylvestre. «L’ambiance était très agressive», raconte Julia W., interrogée par la télévision publique régionale (WDR). «Ils me sont tombés dessus par-derrière à plusieurs et m’ont tripoté les seins et le derrière», raconte-t-elle.

Julia W. n’était pas la seule victime. Autour d’elle, elle a vu plusieurs femmes en train de pleurer. Selon les témoignages recueillis par la police, un millier d’hommes «en provenance du monde arabe et d’Afrique du Nord» âgés de 15 à 35 ans, «fortement alcoolisés», se seraient réunis le soir de réveillon sur le parvis de la gare centrale de Cologne et autour de la cathédrale qui lui fait face.

Par petits groupes de 30 à 40, ils seraient intervenus dans la foule en liesse pour agresser sexuellement et dévaliser plusieurs femmes. «Je vis en Allemagne depuis dix-sept ans et je n’ai jamais vécu une chose pareille», raconte un vendeur du Pizza Hut de la gare, présent cette nuit-là. Ces derniers jours, une centaine de plaintes ont été déposées dont un quart pour agressions sexuelles et une pour viol.

Mardi après-midi, la police tentait de calmer les esprits en relativisant les informations alarmistes qui circulaient sur les réseaux sociaux. «Les 1000 personnes présentes ce soir-là ne sont pas toutes les auteurs présumés des agressions», a tenu à préciser le chef de la police de Cologne, Wolfgang Albers, qui parle néanmoins de délits d’une «nouvelle dimension». Le ministre fédéral de la Justice, Heiko Maas (SPD), a dénoncé un «crime organisé».

Mais la prudence restait de mise mardi car on ignorait toujours l’identité des agresseurs, la police n’ayant encore procédé à aucune arrestation ni identification. On s’interrogeait surtout sur le travail des forces de l’ordre ce soir-là. Environ 210 policiers étaient en faction à la gare et n’auraient apparemment rien vu. Au petit matin, ils faisaient même état d’une «situation calme».

L’affaire est politiquement très sensible car elle intervient dans le contexte très tendu de la «crise des migrants» dont profitent les mouvements populistes. L’Allemagne a accueilli plus d’un million de réfugiés en 2015 et les arrivées continuent à être très importantes (3000 par jour). Thomas de Maizière, le ministre fédéral de l’Intérieur (CDU), a prévenu ses concitoyens: «Les délits ont été commis apparemment par des personnes d’origine étrangère. Cela ne doit pas faire peser le soupçon général sur les réfugiés qui ont trouvé refuge chez nous.»

La chancelière, Angela Merkel, est intervenue elle-même mardi soir en réclamant une «réponse forte de l’Etat de droit». «Il faut tout faire pour retrouver les coupables et les condamner», a-t-elle déclaré. (TDG)

(Créé: 06.01.2016, 08h37)

Articles en relation

Agressions sexuelles pendant le Nouvel An

Allemagne Plusieurs dizaines de jeunes gens ont agressé une centaine de femmes à Cologne et Hambourg. La polémique devient politique. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: ouverture d'une école pour surdoués
Plus...