Il importait des armes de guerre pour sa collection

FranceLe collectionneur a été inculpé samedi pour infractions à la législation sur les armes et placé sous contrôle judiciaire.

«Être collectionneur n'est pas reprochable en soi mais est constitutif d'une infraction le fait d'avoir des armes de catégorie A dites armes de guerre», a précisé le procureur de la République. (Photo d'archives)

«Être collectionneur n'est pas reprochable en soi mais est constitutif d'une infraction le fait d'avoir des armes de catégorie A dites armes de guerre», a précisé le procureur de la République. (Photo d'archives) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un collectionneur d'armes irlando-sud-africain a été inculpé samedi dans les Alpes françaises pour infractions multiples à la législation sur les armes et placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris de source judiciaire.

Ce passionné âgé d'une cinquantaine d'années avait été interpellé jeudi et placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête réalisée par les douaniers et les gendarmes. Samedi, il a été libéré sous contrôle judiciaire et devra verser une caution de 100'000 euros.

Sa compagne néerlandaise et deux autres hommes, un Français et un Suisse, armurier de profession, selon une source proche du dossier, avaient aussi été arrêtés. Parmi eux, deux ont été présentés à un juge d'instruction et laissés libres sous contrôle judiciaire; un 3e a été libéré sans être déféré, explique la source judiciaire.

L'enquête avait débuté en 2016 après l'interception d'un colis destiné au collectionneur contenant un pistolet mitrailleur commandé sur internet, a dit la source proche du dossier.

Pistolet Luger

L'Irlando-Sud-Africain, détenteur de plusieurs dizaines d'armes et habitant dans le village de Lathuile, est poursuivi pour «détention d'armes, d'éléments d'armes et de munitions, cession et importation illégales», a déclaré à l'AFP le parquet d'Annecy.

«Être collectionneur n'est pas reprochable en soi mais est constitutif d'une infraction le fait d'avoir des armes interdites», en l'occurrence de catégorie A dites «armes de guerre», a précisé le procureur de la République, Véronique Denizot.

Lathuile est un village mitoyen de celui de Chevaline, théâtre en 2012 d'un quadruple meurtre resté irrésolu, commis avec une arme atypique : un pistolet Luger, prisé des collectionneurs.

«On a bien sûr un regard attentif mais ce dossier n'apporte rien de nouveau dans celui de Chevaline et c'est une procédure complètement distincte», a toutefois insisté Véronique Denizot. (afp/nxp)

Créé: 06.05.2017, 23h46

Articles en relation

Trump sous les hourras du lobby des armes

Etats-Unis Donald Trump s'exprime ce vendredi devant la National Rifle Association. Le dernier président en exercice reçu par le puissant lobby était Ronald Reagan. Plus...

Initiative lancée contre le commerce de guerre

Armement L'assemblée annuelle du groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) a décidé dimanche à Soleure de lancer un texte pour interdire les investissements dans l'industrie d'armement. Plus...

Les Etats ne forceront pas Berne à acheter

Armée suisse Le projet de nouvelles acquisitions dans le domaine de l'armement a été enterré mercredi par le Conseil des Etats. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.