La Une | Dimanche 23 novembre 2014 | Dernière mise à jour 15:05
Rétrospective

Des millions d’Européens plongent dans la pauvreté

Mis à jour le 08.12.2012 3 Commentaires

La classe moyenne a été durement touchée en 2012 par le chômage et l'austérité. La pauvreté concerne désormais des groupes sociaux préservés jusqu'ici.

1/24 Cet homme, qui a perdu son logement en raison de la crise, est accueilli pour la nuit dans un centre Caritas à Burgos, en Espagne.
Image: AFP

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Etranglés par le chômage et la rigueur, des millions d’Européens ont basculé cette année dans la pauvreté qui frappe les classes moyennes, ébranle la cohésion sociale et atteint des groupes jusque-là préservés comme les femmes et les enfants.

"Le trou noir est de plus en plus grand", s’inquiète Mercedes Gonzalez, une Espagnole de 52 ans qui, avec moins de 800 euros par mois, se bat pour assurer le quotidien d’une famille au chômage à Fuenlabrada, en banlieue de Madrid.

En juillet, elle touchait encore, comme son mari, une aide gouvernementale de 426 euros, aujourd’hui réduite à 360 euros. "Pendant ce temps, la nourriture et les factures augmentent avec la hausse de la TVA" depuis septembre, raconte-t-elle.

"Les choses vont de mal en pis, nous sommes asphyxiés": la lassitude perce dans la voix de cette petite femme bourrée d’énergie, vendeuse au chômage dont le mari, charpentier, et deux des trois fils adultes sont eux aussi sans emploi.

Crise majeure en Espagne

L’Espagne, quatrième économie de la zone euro, affiche les ingrédients d’une crise sociale majeure: un quart des actifs au chômage, une politique d’austérité historique, des coupes implacables dans l’éducation et la santé, des milliers de familles surendettées jetées à la rue.

Dans ce pays, où deux petits propriétaires menacés d’expulsion se sont suicidés récemment, comme en Grèce ou en Italie, deux autres pays du sud de l’Europe minés par la récession, la crise parfois vire à la tragédie.

Fin mars, l’Italie toute entière s’était émue du geste désespéré de Giuseppe Campaniello, un maçon au chômage de Bologne, poursuivi pour ne pas avoir payé ses impôts, qui s’était immolé par le feu. "Guiseppe a été victime d’un système qui fonctionne contre les citoyens", accuse sa veuve âgée de 48 ans, Tiziana Marrone.

"Giuseppe n’a reçu aucune aide. Il a senti qu’il était le dos au mur", ajoute-t-elle, avec des mots très durs: "Ce n’est pas un suicide lié à la crise, c’est un crime cautionné par l’Etat".

Impact dramatique en Grèce

Mais c’est sans doute la Grèce, avec son économie sous tutelle et un chômage record (26%), qui subit l’impact social le plus dramatique de la crise: 31% de ses habitants étaient en 2011 en danger de pauvreté ou d’exclusion, selon Eurostat, contre une moyenne européenne de 24,2%.

George Tsouvalakis, charpentier sans travail de 31 ans, et sa femme Lia, 30 ans, font partie de cette "génération perdue". Avec leur petite fille de deux ans, ils cherchent à quitter le pays mais ne peuvent se payer un billet d’avion. Leurs revenus, plus de 2500 euros avant la crise, ont fondu entre 0 et 400 euros par mois. "Nous n’avons pas les moyens de partir. Nous sommes prisonniers de nos maisons", confie Lia.

Portugal durement touché lui aussi

Nilce Carvalho, une étudiante portugaise de 29 ans qui a terminé une maîtrise en Arts du spectacle dans la prestigieuse université de Coimbra, a imaginé un autre moyen de s’en sortir: lancer un appel sur Facebook pour effacer la dette qui l’empêche d’empocher son diplôme.

Car sous l’effet de l’austérité gouvernementale, sa bourse a été réduite de 400 à 98 euros et elle doit ainsi mille euros de frais de scolarité. "C’était très difficile. Ce n’est pas évident d’exposer comme ça ses difficultés", raconte-t-elle.

Dans ces pays, les organisations humanitaires tournent à plein face à une pauvreté qui prend de nouveaux visages. "Ce sont des familles dont tous les membres en âge de travailler sont au chômage, des gens qui perdent leur logement parce qu’ils sont expulsés, qui ne sont pas habitués à recourir aux réseaux de protection sociale", souligne Fernando Cuevas, porte-parole de la Croix-Rouge espagnole.

Inquiétudes pour les femmes et les enfants

Les ONG s’inquiètent particulièrement du sort des femmes et des enfants, jusque là préservés par des mécanismes de solidarité familiale qui vacillent. "Où est aujourd’hui la classe moyenne en Espagne?", s’interroge David Polo, qui s’occupe des sans-abri pour Caritas à Burgos, une ville du nord du pays. "Elle se fracture. Nous commençons à voir une polarisation de cette classe".

L’Unicef a recensé 2'200'000 enfants vivant sous le seuil de pauvreté en Espagne. Au Portugal, le ministère de l’Education a révélé fin novembre qu’en moins de vingt jours, le nombre d’élèves souffrant de carence alimentaire était passé de 10'000 à près de 13'000.

Même les retraités, dont certains assument la charge de familles entières, ne sont plus épargnés: le gouvernement de droite espagnol vient d’annoncer que la revalorisation des pensions serait moindre que prévu en 2013, brisant le tabou d’une promesse électorale sur un sujet ultra-sensible. (afp/Newsnet)

Créé: 08.12.2012, 09h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

3 Commentaires

franck Mallet

08.12.2012, 10:37 Heures
Signaler un abus 28 Recommandation 7

Et pendant que la pauvreté et la précarité se font, chaque jour, de plus en plus visible; la presse se fait l'écho du nombre des grandes fortunes qui progresse chaque année un peu plus.Mensonges, trahisons, pour quelques dollars de plus.......Quel monde absurde et inhumain, l'Homme est encore un barbare. Répondre


James Blond

08.12.2012, 15:17 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 1

Certains pourtant savent presque à coup sur quel est le grand dessein de tout cela, et ont planifié ce cheminement, mais eux ne se soucient pas de "dégâts collatéraux" insignifiants comme des SDF, la paupérisation d'une tranche non-négligeable de ce qu'on peut de moins en moins appeler la classe moyenne, etc... (cf: club "Bilderberg", là ou les vraies décisions se prennent, sans médias)... Répondre



Le compte Twitter de la rubrique Monde