La Une | Vendredi 28 novembre 2014 | Dernière mise à jour 22:19
Présidentielle française

DSK ne pensait pas que ses opposants «iraient si loin»

Mis à jour le 27.04.2012 33 Commentaires

L'ancien président du FMI comptait annoncer sa candidature en juin 2011 et ne pensait pas que ses opposants iraient si loin pour le stopper dans la course à l'Elysée.

Dominique Strauss-Kahn se livre à un journaliste du <i>Guardian.</i>

Dominique Strauss-Kahn se livre à un journaliste du Guardian.
Image: Keystone

Dossiers

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Dominique Strauss-Kahn ne pensait pas que ses opposants politiques «iraient si loin» pour le stopper dans la course à la présidentielle, dit-il dans une interview publiée vendredi par le Guardian. Le socialiste se réfère à des personnes «liées à Nicolas Sarkozy».

«Peut-être ai-je été naïf sur le plan politique mais je n'ai tout simplement pas cru qu'ils iraient si loin (...), je ne pensais pas qu'ils pourraient trouver quelque chose capable de m'arrêter», déclare Dominique Strauss-Kahn au journaliste américain Edward Epstein qui a réalisé l'interview publiée par le journal britannique, et dont le livre sur l'affaire du Sofitel paraît lundi sur internet.

Des «agents» de Nicolas Sarkozy

Le journaliste précise que Dominique Strauss-Kahn se réfère par ce «ils» à des «agents» du président Nicolas Sarkozy. «Dominique Strauss-Kahn accuse des ennemis liés à Nicolas Sarkozy d'avoir empêché sa candidature», titre le journal.

Selon le Guardian, l'ancien chef du FMI ne croit pas que les faits qui se sont produits au Sofitel soient un coup monté mais il estime que les suites de l'affaire ont été «orchestrées par des personnes ayant un agenda politique».

Dans cette interview, DSK, qui ne prononce toutefois aucun nom, affirme aussi qu'il comptait faire son annonce officielle de candidature «le 15 juin». «Je n'avais aucun doute sur le fait que j'aurais été le candidat du parti socialiste», déclare-t-il.

«Pas de contrainte»

Edward Epstein avait relancé en novembre 2011 l'affaire DSK en affirmant que le procureur de New York avait en mains les enregistrements de vidéosurveillance du Sofitel dans lesquels on voyait deux employés se congratuler après avoir entendu la femme de chambre Nafissatou Diallo accuser DSK de crimes sexuels.

La femme de chambre du Sofitel de New York accuse Dominique Strauss-Kahn de l'avoir contrainte à une fellation dans sa suite le 14 mai dernier. DSK a reconnu une relation «inappropriée», mais a affirmé qu'il n'y avait eu «ni violence, ni contrainte, ni agression».

Un des avocats de Nafissatou Diallo, Douglas Wigdor, a qualifié les affirmations de Dominique Strauss-Kahn de «complètement absurdes». «Je n'ai rien d'autre à dire, a-t-il ajouté» (ats/afp/Newsnet)

Créé: 27.04.2012, 20h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

33 Commentaires

Cata Strophe

28.04.2012, 08:00 Heures
Signaler un abus 11 Recommandation 0

Et moi je ne pensais pas que les Français iraient si loin, en osant présenter (et probablement élire) un homme sexuellement malade, imbu de lui-même, et considérant les femmes comme une marchandise à consommer sans modération. Répondre


Tom Bill

27.04.2012, 21:34 Heures
Signaler un abus 8 Recommandation 0

Donc Hollande qui n'a jamais eu aucune expérience ministérielle ne devait pas valoir grand chose,c'est vrai que lorsqu'on l'écoute on peut être sûr qu'il mènera la France à la ruine vous en douteriez encore ? Répondre



Le compte Twitter de la rubrique Monde

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11


Rubriques: Genève · Suisse · Monde · Economie · Sports · Culture · People · Vivre · Auto-Moto · High-Tech · Savoirs ·
Outils: Recherche · RSS · Newsletter · Mobile · Météo
Tribune de Genève: Contacts · Publicité · Annonce · Services clients · Conditions générales · Cercle de lecteurs · Charte des commentaires · Impressum