Cinq choses à savoir sur le «bacha bazi», esclavage sexuel

AfghanistanCes «enfants danseurs» abusés par des hommes de pouvoir en Afghanistan sont utilisés par les talibans pour espionner ou tuer.

Cette photo de musiciens et de garçons danseurs (bacha bazi) a été prise dans la région du turkestan occidental, en Asie centrale en 1860.

Cette photo de musiciens et de garçons danseurs (bacha bazi) a été prise dans la région du turkestan occidental, en Asie centrale en 1860.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Si vous avez vu le film du Suisse Mark Forster, «Les cerfs-volants de Kaboul», vous savez ce qu'est le «Bacha bazi». Cette pratique ancestrale, toujours perpétuée dans les régions pachtoune d'Afghanistan et du Pakistan, consiste pour des hommes puissants (chefs de guerre, policiers, politiciens, militaires) en la possession d'un esclave mineur à demeure, qui et est souvent contraint à des rapports sexuels et danse, habillée en femme, lors de soirées passées entre hommes.

1. Une pratique ancestrale d'Asie centrale

Bacha bazi veut dire littéralement «Jouer avec les garçons» en dari, l'une des deux langues officielles afghanes. On retrouve trace d'enfants danseurs et prostitués au XIXe siècle en Turquie, en Afghanistan et dans l'ancienne région du Turkestan, qui recouvraient les actuels Turkménistan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizstan et Kazakhstan. Dans la société afghane, la possession d'un bacha est un symbole social d'autorité et d'influence dans les région pachtounes et tadjik.

2. Un esclavage sexuel interdit par la loi

Si la loi afghane punit le viol et criminalise l'homosexualité, elle ne dit rien du «bacha bazi». Elle bénéficie d'une impunité d'autant plus forte qu'elle est répandue dans la police et chez des hommes de pouvoir, qui sont prêts à payer pour échapper aux sanctions. Durant la période de gouvernement taliban, entre 1996 et 2001, le «bacha bazi» était interdit.

3. Des enfants enlevés ou vendus

Les «bachas» sont le plus souvent vendus par leur propre famille de milieux pauvres d'Afghanistan. Certains sont même enlevés. La Commission indépendante des droits de l'homme en Afghanistan souligne que cette pratique a prospéré sur l'absence de l'Etat de droit, l'illétrisme, la pauvreté, l'insécurité et la ségrégation des sexes. Dans un rapport la Commission décrit des «victimes régulièrement violées, souffrant souvent de graves traumatismes psychologiques».

4. Une arme des talibans

Aujourd'hui, les insurgés talibans utilisent ces jeunes esclaves sexuels pour approcher des policiers ou des commandants militaires. Les «bachas» empoisonnent ou tuent à l'arme blanche leurs abuseurs après les avoir drogués. Les talibans se servent aussi depuis deux ans de ces garçons pour espionner les autorités et militaires afghans avant de lancer des attaques.

5. L'ONU s'en mêle. En vain

En 2011, le réprésentant spécial de l'ONU pour les enfants dans les conflits armés, a fait signer au gouvernement afghan un protocole pour mettre un terme à la pratique du «bacha bazi» dans les hautes sphères policières du pays. Cependant, ce protocole est resté lettre morte et l'on assiste à un recrudescence du «bacha bazi» depuis deux ans. Dans un rapport de décembre dernier, le Congrès américain estimait que le «comportement de prédateur sexuel des soldats et policiers afghans était susceptible de miner le soutien américain (qui est aussi financier) et afghan à ces forces». (TDG)

Créé: 17.06.2016, 14h25

Articles en relation

Le périple fou des enfants afghans jusqu’à Calais

Réfugiés L’Unicef détaille le parcours des mineurs arrivés seuls à Calais. Parmi eux, une majorité fuit les violences en Afghanistan. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Macron vainqueur
Plus...