Au moins 140 morts dans l'attaque d'une base

AfghanistanPlus d'une centaine de soldats ont été tués dans l'attaque de leur camp militaire près de la ville de Mazar-è-Sharif.

Les forces de sécurité afghanes arrivent sur le site de l'attaque. (Vendredi 21 avril 2017)

Les forces de sécurité afghanes arrivent sur le site de l'attaque. (Vendredi 21 avril 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le bilan de l'attaque lancée vendredi contre une base de l'armée afghane par des insurgés taliban s'est alourdi à au moins 140 soldats tués, a-t-on appris samedi auprès de responsables locaux. Des dizaines de militaires ont également été blessés.

Ce bilan est susceptible de s'alourdir encore, a prévenu un responsable des autorités à Mazar-i-Sharif, chef-lieu de la province de Balkh, dans le nord de l'Afghanistan, où s'est déroulée l'attaque. Une source militaire locale a elle évoqué jusqu'à 150 morts.

Selon cette source, les victimes étaient «de jeunes recrues venues pour s'entraîner, qui arrivaient des provinces du Badakhshan et de Takhar» dans le nord-est du pays. Si le bilan est confirmé, il ferait de cette attaque la plus meurtrière conduite en Afghanistan, contre des civils ou des militaires.

Une dizaine d'assaillants

Le dernier bilan de source militaire américaine, vendredi soir, faisait état de «plus de 50 soldats» afghans tués dans cet assaut conduit par une dizaine de talibans lourdement armés, plus de cinq heures durant.

Selon le ministère de la défense, sept des assaillants ont été tués par les forces armées, deux ont déclenché leurs charges explosives et un a été arrêté.

Après la prière

Les membres du commando taliban avaient revêtu des uniformes militaires. Ils ont frappé dans la base de Mazar-i-Sharif alors que des soldats sortaient d'une mosquée après les prières du vendredi.

Pour pénétrer dans le périmètre de la base, ils ont déclaré aux hommes en faction qu'ils transportaient des blessés et avaient besoin d'entrer d'urgence.

Acte de représailles

Dans un communiqué publié samedi, Zabihullah Mujahid, porte-parole des taliban, a déclaré que cette attaque était un acte de représailles à la mort de plusieurs dirigeants du mouvement islamiste dans le nord du pays.

Des militaires étrangers sont basés à Mazar-i-Sharif, notamment des militaires allemands. Selon un porte-parole du commandement opérationnel allemand, aucun militaire allemand n'a été touché.

La base abrite le QG du 209e corps d'armée de l'armée nationale afghane, chargé de la plus grande partie du nord de l'Afghanistan. (ats/nxp)

Créé: 21.04.2017, 20h19

Articles en relation

La zone de la méga-bombe toujours interdite

Afghanistan Les forces américaines ont circonscrit un périmètre autour de la zone atteinte par la bombe GBU-45. Plus...

La méga bombe US a tué 92 combattants de Daech

Afghanistan Au moins 90 combattants ou partisans du groupe Etat islamique (EI) ont été tués par la méga bombe américaine larguée pour la première fois jeudi. Plus...

Interdit par les talibans, le combat de coqs revit

Afghanistan Les paris voient de fortes sommes d'argent changer de mains dans un pays frappé par le chômage. Plus...

Un soldat américain tué en Afghanistan

Otan Le soldat mort au combat participait à des opérations contre le groupe Etat islamique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

France: attentat avant l'élection
Plus...