Accusée de fraude, Marine Le Pen porte plainte

Union-EuropéenneL'organisme anti-fraude de l'UE estime que la députée d'extrême droite a recouru à des emplois fictifs d'assistants au Parlement européen.

Marine Le Pen nie les faits. Selon elle, les emplois en question n'ont rien de fictif.

Marine Le Pen nie les faits. Selon elle, les emplois en question n'ont rien de fictif. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Marine Le Pen, la candidate de l'extrême droite française à la présidentielle, a déposé plainte en Belgique contre l'organisme anti-fraude (Olaf) de l'UE, dont une enquête a conclu qu'elle avait recouru à des emplois fictifs d'assistants au Parlement européen.

«Une plainte avec constitution de partie civile a été déposée fin janvier devant un juge d'instruction contre l'Olaf, l'organisme anti-fraude de l'UE, par le conseil de Mme Le Pen», a indiqué à l'AFP un porte-parole du parquet de Bruxelles, Denis Goeman. «La plainte a été déposée du chef de faux en écritures et est actuellement examinée par un juge d'instruction, dont l'enquête à charge et à décharge est en cours», a ajouté M. Goeman.

En Belgique, la désignation d'un juge d'instruction est automatique lors du dépôt d'une plainte avec constitution de partie civile. Dans cette plainte, qui vise également le secrétaire général du Parlement européen, Klaus Welle, et dont l'AFP a obtenu une copie, les avocats de Mme Le Pen dénoncent de la part de l'Olaf et du Parlement européen une «volonté de nuire à des fins politiciennes» à son action ainsi que des irrégularités dans la procédure. Longue enquête A l'issue de l'enquête belge, une juridiction d'instruction devra déterminer s'il existe suffisamment de charges pour un renvoi devant le tribunal correctionnel. Cette procédure prend généralement plusieurs mois.

L'Olaf avait indiqué qu'une somme totale de près de 340'000 euros avait été indûment perçue par deux assistants parlementaires de la députée européenne Marine Le Pen. Il s'agit d'une part de Catherine Griset, collaboratrice parlementaire de Marine Le Pen «accréditée» au Parlement européen de décembre 2010 à février 2016, et d'autre part de son garde du corps Thierry Légier. (AFP/nxp)

Créé: 17.02.2017, 19h13

Articles en relation

Le Pen se présente en candidate du «peuple»

Présidentielle française La dirigeante du parti d'extrême droite Front national, Marine Le Pen, détaille ce dimanche son programme pour la «priorité nationale». Plus...

Marine Le Pen prédit un «réveil de l'Europe»

Extrême-droite Les dirigeants de partis de droite extrême et populistes européens se sont rassemblés avant plusieurs scrutins cruciaux. Plus...

Angela Merkel exclut de voir Marine Le Pen

Allemagne La chancelière allemande va rencontrer François Fillon lundi mais n'a aucune intention de voir la cheffe du Front national. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: les séjours linguistiques aux Usa ont chuté
Plus...