Violents affrontements entre islamistes et syndicalistes

TunisieLa police tunisienne est intervenue mardi à Tunis pour mettre fin à de violents affrontements entre des militants islamistes favorables au gouvernement et des membres de l'UGTT, le principal syndicat du pays.

Des centaines d'islamistes armés de couteaux et de bâtons ont chargé un groupe de syndicalistes à Tunis.

Des centaines d'islamistes armés de couteaux et de bâtons ont chargé un groupe de syndicalistes à Tunis. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A l'occasion du 60e anniversaire de la mort de l'ancien dirigeant syndical Farhat Hached, des centaines de syndicalistes s'étaient rassemblés près du siège de l'UGTT, appelant à la grève générale et à la démission du gouvernement, dirigé par les islamistes modérés d'Ennahda.

Plusieurs centaines d'islamistes armés de couteaux et de bâtons ont chargé un groupe de dirigeants de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) et attaqué le siège du syndicat, place Mohamed Ali, faisant voler les vitres en éclats à coups de pierres, ont rapporté des témoins, qui ont fait état d'une dizaine de blessés.

Les forces de l'ordre sont intervenues pour séparer les deux camps. «UGTT, voleurs, vous voulez détruire le pays», scandaient les islamistes, parmi lesquels il n'y avait apparemment pas de salafistes.

«C'est un message d'Ennahda à l'adresse des syndicats. Ce sont les mêmes méthodes que du temps de (l'ex-président Zine) Ben Ali», a estimé un responsable de l'UGTT, Fethi Debek. Ennahda a toutefois «fermement condamné» cette attaque contre le cortège syndical à Tunis et a exprimé «sa solidarité avec tous les blessés».

Après ces heurts, environ 2000 syndicalistes se sont rassemblés devant le siège du gouvernement. «Ennahda finira comme Ben Ali», a prédit l'un des manifestants.

Heurts à Siliana

Le parti au pouvoir accuse par ailleurs l'opposition de gauche d'être à l'origine des manifestations de Siliana.

L'UGTT avait demandé à la population de cette ville deshéritée de descendre dans la rue pour dénoncer le chômage, réclamer la distribution des aides de l'Etat et exiger le départ du gouverneur de la région, un membre d'Ennahda. Les affrontements ont fait plus de 250 blessés.

Le gouvernement a suspendu samedi dernier le gouverneur de ses fonctions et promis des emplois pour les victimes de la «révolution de jasmin» de l'hiver 2010-2011 qui a chassé du pouvoir l'ancien président Ben Ali. (ats/Newsnet)

(Créé: 04.12.2012, 20h56)

Articles en relation

Violents affrontements entre manifestants et policiers

Tunisie Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont repris mercredi avec plus d'acuité dans la ville de Siliana, chef-lieu d'une région déshéritée du centre de la Tunisie faisant 177 blessés. Plus...

En Tunisie, «on est revenu à la censure»

Médias Des figures politiques et médiatiques tunisiennes ont dénoncé vendredi un acte de «censure» après l'interdiction faite à la chaîne Ettounsiya TV de diffuser un entretien avec le gendre du président déchu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Pologne: un trésor nazi aurait été retrouvé.
Plus...