Ratko Mladic, une fin des plus amères pour le Tribunal pénal international

La HayeLe procès du «boucher des Balkans» s’achève à La Haye, décevant les victimes en ex-Yougoslavie.

Ratko Mladic est accusé de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide.

Ratko Mladic est accusé de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’un des plus gros chapitres de la justice internationale s’achève en ce moment même à La Haye. Depuis ce matin, la défense de Ratko Mladic, accusé de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide, présente ses derniers arguments. C’est le dernier procès du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY).

Le procureur a requis la prison à perpétuité contre l’ancien militaire, âgé aujourd’hui de 74 ans. «Ce serait un affront à la justice de le condamner à toute autre peine», a-t-il déclaré mercredi. Ratko Mladic commandait notamment les troupes des Serbes de Bosnie à Srebrenica, lieu du plus grand massacre de l’après 1945, où plus de 7000 Bosniaques, hommes, enfants, vieillards, ont trouvé la mort. Il était aussi l’organisateur du siège de Sarajevo, le plus long de l’histoire moderne, qui a fait 10 000 victimes.

Dans quelques jours, les juges se retireront avant d’annoncer, à la fin de 2016, leur verdict. «Ce procès est extrêmement important. Comme pour Radovan Karadzic (ndlr: ancien président de l’entité serbe de Bosnie condamné en mars 2016), le tribunal montre ce qui s’est passé, pourquoi, et qui est responsable», souligne Nemanja Stjepanovic, chercheur à l’ONG belgradoise Centre pour le droit humanitaire.

Mais pour les victimes et leurs familles, la justice arrive un peu tard et ne résout rien. «La majorité des gens en République serbe de Bosnie considèrent Mladic comme un héros», explique ainsi Tanja Topic, politologue à Banja Luka. Elle accuse «les politiciens qui ont créé cette image de défenseur des intérêts serbes» pour servir leurs ambitions électorales.

Si le tribunal a fait, selon elle, ce qu’il devait faire – rendre la justice – ce sont les hommes politiques qui sont responsables de la faillite du processus de réconciliation: «Les élites politiques et médiatiques n’ont pas voulu apprendre du processus de La Haye.» Au contraire, depuis le début, elles se sont employées à en contester la légitimité, le présentant comme une justice imposée de l’extérieur, tantôt anticroate, tantôt antiserbe…

Les victimes de toutes nationalités «ont été poussées dans l’ombre» par les politiques nationalistes. Certaines n’obtiendront jamais satisfaction, après que Slobodan Milosevic, dont le procès était le troisième plus important du TPIY, est mort avant le verdict, en 2006, laissant de nombreuses questions sans réponses.

Mais le TPIY laisse derrière lui un inestimable héritage fait de millier d’archives. «Les documents rendus publics par le TPIY sont notre seul moyen de connaître la vérité», souligne Nemanja Stjepanovic. Encore faut-il que les Etats aient la volonté de s’y plonger. A en juger par le nombre de criminels condamnés qui occupent de hautes fonctions publiques, ce temps n’est pas encore venu.

(TDG)

Créé: 08.12.2016, 22h41

Articles en relation

« On peut s’étonner de cette peine de 40 ans de réclusion »

Justice internationale Avocat et professeur de droit international, le Suisse Guénaël Mettraux analyse à chaud la sentence rendue jeudi par le TPIY contre le chef des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic. Plus...

Srebrenica n'a pas été le seul acte de «génocide»

Bosnie Au procès de Ratko Mladic, l'accusation a évoqué un «nettoyage ethnique» d'une partie de la Bosnie. Plus...

L’enfant soldat devenu bourreau jugé à La Haye

Justice internationale Enlevé à l’âge de 10 ans, l’Ougandais Dominic Ongwen, promu chef de guerre, doit répondre de ses crimes. Plus...

Le retrait de la Russie fragilise la Cour de La Haye

Justice Après l’annonce du retrait de trois pays d’Afrique, le décret de Vladimir Poutine torpille une institution déjà mal en point. Plus...

Le procès de Mladic en phase finale

Bosnie Le réquisitoire et plaidoirie du procès du «boucher des Balkans» doivent débuter lundi, plus de vingt ans après le conflit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La sécurité n'est plus le souci majeur des Genevois
Plus...