La Une | Jeudi 31 juillet 2014 | Dernière mise à jour 08:41
Procédure en divorce

Me Sarkozy défend les intérêts du prince Karim Aga Khan

Par Jean-Claude Meier. Mis à jour le 04.02.2013

L'ex-président de la République française a repris une vie professionnelle active. Outre sa participation à de lucratives conférences, Nicolas Sarkozy est redevenu avocat. Le prince Karim Aga Khan IV a sollicité ses services.

L'ancien président français Nicolas Sarkozy en compagnie du prince Karim Aga Khan IV (au centre) et du président afghan Hamid Karzai, en juin 2008 à Paris.

L'ancien président français Nicolas Sarkozy en compagnie du prince Karim Aga Khan IV (au centre) et du président afghan Hamid Karzai, en juin 2008 à Paris.
Image: ARCHIVES/Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Selon l’hebdomadaire Marianne, Nicolas Sarkozy, libéré de toute obligation politique, a accepté de défendre les intérêts du prince Karim Aga Khan IV, engagé dans une longue procédure en divorce à l'enjeu financier énorme.

Hériter de la célèbre dynastie

A la tête d’une très grosse fortune, Karim Aga Khan , héritier de la célèbre dynastie, est le neveu de l’ancien Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés Sadruddin Aga Khan, décédé en 2003 et qui était bien connu en Suisse pour avoir résidé à Genève et fondé la Fondation Bellerive dédiée à la protection de la nature, qui a par la suite fusionné en 2006 avec la Fondation Aga Khan.

La procédure de divorce entre son altesse Karim Aga Khan IV, chef spirituel des ismaéliens nizârites et 49e imam de la communauté religieuse, et la bégum Aga Khan, née Gabriele Thyssen, avec qui il a eu un fils né en 2000, dure depuis la séparation officielle du couple en 2004.

Juriste de formation et ex-chanteuse, la princesse Gabriele est la fille de Hans Heinrich Thyssen, riche industriel, mécène d’art et propriétaire d’oeuvres prestigieuses.

Une famille tout aussi fortunée

Décédé en 2002, Hans Heinrich von Thyssen-Bornemisza, à la tête d’un empire industriel spécialisé dans la production d’acier, était propriétaire d’une incomparable collection d’art, longtemps exposée à Lugano avant d’être cédée à l’Espagne en 1993. A l’instigation de sa veuve Carmen, ces œuvres sont aujourd’hui exposées au musée Thyssen-Bornemisza à Madrid, alors qu’une partie de la collection se trouve au Musée national d’art de Catalogne (MNAC) à Barcelone.

Compte tenu de l’immense surface financière des deux protagonistes de cette procédure en divorce qui s’éternise, nul doute que les honoraires des avocats appelés à traiter le litige doivent être conséquents.

L’hebdomadaire Marianne en profite pour faire le point sur ce long bras-de-fer financier entre les deux parties.

La bégum Gabriele était en passe de conclure de façon satisfaisante pour elle son divorce d’avec son altesse l’Aga Khan. «La cour d’appel d’Amiens avait condamné le chef religieux et homme d’affaire à verser à son ex-épouse une somme record (60 millions d’euros) au titre des prestations compensatoires, reconnaissant au passage les torts exclusifs de Monsieur», rapporte Marianne.

Vu les énormes sommes en jeu, on comprend mieux pourquoi Karim Aga Khan tente un dernier baroud en requérant les services de l’ex-président de la République française redevenu avocat.

A la Cour d'appel de Paris de trancher

Selon le quotidien britannique The Times, Nicolas Sarkozy aurait suivi directement les négociations d'octobre à décembre.

Ces dernières n’ayant pas abouti en raison de l’intransigeance des deux parties, Marianne souligne encore que Karim Aga Khan vient de remporter une manche devant la cour de cassation, qui a annulé le jugement d’Amiens. Il appartiendra à la Cour d’appel de Paris de se prononcer à son tour.

A noter que Nicolas Sarkozy et le prince sont de vieilles connaissances. En 2008, un an après son élection, l'ex-président français avait exonéré de tous impôts le richissime Aga Khan, au motif de «haute courtoisie internationale».

Au même moment , ce qui n’était sans doute pas qu’un hasard du calendrier, le ministre du Budget de l'époque et maire de Chantilly, Eric Woerth, voyait sa commune, propriétaire d'un château tombait en ruines, bénéficier directement de la grande générosité du milliardaire pour la mise en route d'importants travaux de rénovation. (Newsnet)

Créé: 04.02.2013, 15h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Le compte Twitter de la rubrique Monde

Les images du jour

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11