La Une | Vendredi 31 octobre 2014 | Dernière mise à jour 10:36
Réconciliation nationale

Les députés maliens votent «une feuille de route» politique

Mis à jour le 29.01.2013

Les députés maliens ont voté mardi à l'unanimité la mise en place d'une «feuille de route» politique pour l'après-guerre dans le nord du Mali. Elle prévoit une discussion avec certains groupes armés.

Les députés maliens ont signé une «feuille de route» qui permettra de libérer totalement le pays.

Les députés maliens ont signé une «feuille de route» qui permettra de libérer totalement le pays.
Image: AFP

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le texte, qui avait été adopté la semaine dernière en Conseil des ministres, a été voté par les 139 députés présents.

La communauté internationale a régulièrement insisté auprès du régime de transition à Bamako sur la nécessité d'une «double approche», à la fois politique et militaire, pour résoudre la crise malienne.

La feuille de route souligne que l'intervention militaire en cours menée dans le nord du pays par l'armée malienne, appuyée par l'armée française et plusieurs armées ouest-africaines, «permet d'envisager, à moyen terme, la libération totale du territoire national».

Discuter avec les groupes armés

Dans cette perspective, le texte souligne la nécessité «d'entamer les discussions avec les groupes armés qui ne mettent en cause ni l'intégrité territoriale du pays, ni la laïcité de l'Etat malien» et «de mettre en place une commission de réconciliation nationale».

La feuille de route rappelle qu'un accord conclu en 2012 entre le Mali et ses voisins d'Afrique de l'Ouest après un coup d'Etat militaire ayant renversé le 22 mars 2012 le président Amadou Toumani Touré, prévoyait que le régime de transition en place à Bamako rétablisse l'intégrité territoriale par la reconquête du Nord et organise «des élections générales, transparentes et crédibles».

Si le texte adopté au parlement ne fixe aucune date pour la tenue de ces élections, le président malien par intérim Dioncounda Traoré a déclaré mardi à Addis Abeba qu'il espérait pouvoir appeler les Maliens aux urnes avant le 31 juillet.

Le coup d'Etat du 22 mars avait précipité la chute du nord du Mali aux mains des groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda qui y ont commis pendant dix mois de nombreuses exactions au nom de leur interprétation rigoriste de la charia (loi islamique).

Ces groupes, chassés de deux des plus grandes villes du Nord par l'opération militaire en cours - Gao et Tombouctou - avaient éliminé du terrain les rebelles touareg du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) auxquels ils étaient alliés quand le MNLA avait lancé son offensive en janvier 2012. (ats/afp/Newsnet)

Créé: 29.01.2013, 21h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Le compte Twitter de la rubrique Monde

Sondage

Les Etats-Unis ont-ils raison de poursuivre Polanski en justice pour des faits remontant à 1977?




Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11