Le débat, espoir des partisans de Sarkozy

Présidentielle françaiseLes militants de l'UMP croient beaucoup en l'influence du débat télévisé de mercredi soir sur le vote des Français.

Les partisans de Nicolas Sarkozy sont persuadés de la supériorité de leur candidat.

Les partisans de Nicolas Sarkozy sont persuadés de la supériorité de leur candidat. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Convaincus de la supériorité de leur champion, les partisans de Nicolas Sarkozy croient fermement, contre tous les sondages, que son débat télévisé mercredi contre François Hollande permettra de faire mentir les pronostics.

Publiquement, rien n’est encore joué. Et tout ce que l’entourage du président compte d’élus, de ministres ou de cadres répète qu’une «surprise» est encore possible. Mais à l’abri des micros et des caméras, le moral des troupes de la majorité est proche de son étiage.

Alors à quelques jours du second tour, certains se prennent à imaginer un KO télévisuel qui transformerait l’actuelle «chronique d’une mort annoncée» en récit d’une reconquête miraculeuse.

«Oui», a répondu lundi enthousiaste la ministre du Budget Valérie Pécresse, il est possible de retourner le large avantage accordé par les sondages au candidat socialiste. «Il faut lui faire dire ce qu’il n’a pas envie de dire, c’est-à-dire que rien, aucune des promesses qu’il a faites dans cette campagne n’est financée, aucune ne peut être réalisée».

«Hollande n’est pas à la hauteur de Sarko, c’est clair», juge le député UMP Jacques Myard, pour qui «quand ils seront face à face, tout le monde verra la différence». «Ce débat va montrer qu’ils ne jouent pas dans la même division», assure le ministre Thierry Mariani. François Hollande, dit-il «va être obligé de sortir de son attitude ’je ne prends parti sur rien, je reste flou sur tout’».

«Embusqué et planqué»

Depuis des mois, les ténors de la droite font monter la pression autour de ce duel en instruisant un procès en hypocrisie et esquive de François Hollande. Le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé a raillé un candidat «embusqué et planqué». «Il a un comportement de rentier, il refuse les débats», a renchéri la porte- parole du candidat, Nathalie Kosciusko-Morizet.

Nicolas Sarkozy lui-même ne s’est pas privé de montrer ses muscles. De façon très crue en privé, rapportent ses proches. «Je vais l’exploser», «je ne le lâcherai pas», «les Français veulent le match, ils vont l’avoir», a-t-il clamé ces dernières semaines. «Hollande est nul!», a même confié Nicolas Sarkozy à un journaliste du Monde, avant de le démentir.

Publiquement, le chef de l’Etat a mis les formes. «Ce n’est pas un combat de rue, ni la guerre», «j’irai calmement à ce débat républicain», a-t-il assuré dans la presse ou lors de ses meetings. Mais sa volonté d’en découdre avec son rival socialiste est restée la même. «Il va falloir que François Hollande fasse ce qu’il déteste: être franc», a-t-il lâché.

Le candidat de l’UMP a paru tellement sûr de sa force dans ce type d’exercice qu’il lui avait même proposé trois débats. Ce que François Hollande a refusé, déclenchant les critique de la droite.

Pas un quitte ou double

Mais, même s’ils sont persuadés de la supériorité de leur candidat, les ténors de la droite doutent en coulisses qu’un seul débat suffise à inverser la tendance. «Nous n’avons jamais vu, à une quelconque élection (...) qu’un débat fasse bouger les lignes quand les rapports de force sont bien établis», rappelle Gaël Sliman (BVA Opinion).

«Ça ne sera certainement pas un quitte ou double, une campagne ne se joue pas sur une seule soirée, juge un ministre, aucun des deux ne va s’effondrer mais ça peut favoriser un déclic dans l’électorat».

«Sarkozy est meilleur que Hollande et devrait sortir gagnant aux points, mais ça ne déplacera que quelques centaines de milliers de voix», pronostique un député centriste. (afp/Newsnet)

(Créé: 01.05.2012, 09h02)

Dossiers

Articles en relation

Les 4 débats entre Sarkozy et Hollande qui ont déjà eu lieu

Présidentielle française Les deux rivaux qui briguent les plus hautes fonctions de l'Etat français se sont déjà affrontés à 4 reprises. Retour en vidéos sur leurs apostrophes, à la veille du débat de mercredi soir. Plus...

Le débat est «important» mais pas «décisif»

Grand-messe Le candidat socialiste à la présidentielle française a relativisé lundi matin l'importance du débat télévisé de mercredi où il doit affronter Nicolas Sarkozy. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Grèce en défaut de paiement.
Plus...