La reine Elisabeth II jetée dans la mare européenne par un tabloïd

Royaume-UniDans un récit douteux, «The Sun» assure que Sa Majesté a fait part il y a cinq ans de son rejet de l’Europe.

Selon le quotidien

Selon le quotidien "The Sun", la reine Elisabeth II ne pencherait en faveur d'un retrait du Royaume-uni de l'Europe. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Outrage outre­-Manche: la reine Elisabeth II vient d’être impliquée bien malgré elle dans le débat sur le référendum européen! Mercredi matin, le tabloïd The Sun a titré en une: «La reine soutient le Brexit [la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, UE]». Avec en sous-­titre: «L’UE se dirige dans la mauvaise direction, dit-­elle.»

Dans son article, le quotidien populaire du groupe du magnat australien Rupert Murdoch explique que «la reine a été exposée comme une partisane du Brexit, suite à la révélation des détails d’une extraordinaire dispute entre elle et Nick Clegg [l’ancien vice­-premier ministre libéral-démocrate] à propos de l’Europe».

Déjeuner à Windsor

Lors d’un déjeuner au château de Windsor, elle aurait dit à son interlocuteur «qu’elle croyait que l’Europe se dirigeait dans la mauvaise direction. Sa cinglante réprimande laissa les autres invités assis autour de la table choqués.»

La source «haut placée et hautement fiable» du Sun assure que «les gens qui entendirent leur conversation n’eurent plus le moindre doute sur la vision de la reine de l’intégration européenne. C’était vraiment quelque chose de fort, qui dura un bon moment. L’UE est clairement un sujet qui passionne Sa Majesté.»

Petit détail: la scène remonte à 2011!

Les tabloïds très anti-européens

Les tabloïds britanniques ont pris pour habitude d’exagérer des faits mineurs pour faire les gros titres sur la révélation de prétendus scandales. Promoteurs insatiables de la sortie de l’UE, The Sun et ses alliés politiques utilisent vraisemblablement cette même tactique pour emporter l’adhésion des électeurs.

La décision de publier le récit de cet échange cinq ans après son déroulement fait particulièrement douter de sa véracité. L’enjeu autour de la famille royale n’est pas anodin. Elisabeth II, figure unique dans le paysage britannique, dispose d’un capital de sympathie important. Son avis influence un nombre certain de ses 64 millions de sujets.

Colère au palais

Cette polémique a en tout cas provoqué la colère du palais de Buckingham. Fait exceptionnel, celui-­­ci a porté plainte auprès du régulateur de la presse avant de rappeler que «la reine reste politiquement neutre, comme elle l’a été depuis soixante-trois ans». Si elle ne fut pas toujours d’accord avec les choix de ses premiers ministres, jamais la monarque de 89 ans ne s’est laissée aller à des prises de position publiques sur des thématiques conflictuelles.

Son seul écart: quelques jours avant le référendum sur l’Ecosse, elle avait soufflé à des personnes du public: «J’espère que les gens penseront soigneusement au futur.»

(TDG)

(Créé: 09.03.2016, 20h06)

Articles en relation

La presse affirme que la reine est favorable au Brexit

Royaume-Uni Buckingham Palace a vigoureusement démenti mercredi la Une du tabloïd «The Sun» assurant que la reine Elizabeth II était en faveur d'un Brexit. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Nouvelle hausse massive de l'assurance- maladie
Plus...