La recherche contre le cancer dans le viseur de l’administration Trump

SantéL'Agence internationale de recherche sur le cancer, liée à l’OMS, pourrait subir l’effet domino des coupes du budget américain.

Le président américain, Donald Trump

Le président américain, Donald Trump Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Moins 6 milliards de dollars. Parmi les coupes annoncées dans le prochain budget américain, présenté la semaine dernière par Donald Trump, l’une a peut-être fait moins de bruit que d’autres (climat, diplomatie), mais elle inquiète tout autant. Non seulement aux Etats-Unis, mais également de ce côté-ci de l’Atlantique.

Les Instituts américains de la santé (NIH), agences gouvernementales qui s’occupent de la recherche médicale et biomédicale, vont en effet voir leur budget diminuer de 18%. Ce sont une vingtaine d’instituts couvrant des champs de recherche aussi divers que le cancer, les effets du tabac et de l’alcool, la santé enfantine ou encore les maladies infectieuses, pour n’en citer que quelques-unes, qui vont être affectés par ces coupes. D’où de fortes réactions: «Cette perte de 6 milliards de dollars est inacceptable pour la communauté scientifique et elle devrait aussi l’être pour tous les Américains», tonnait Benjamin Corb, directeur des affaires publiques de la Société américaine pour la biochimie et la biologie moléculaire, basée dans le Maryland. Cette organisation, qui compte 12 000 affiliés, prédit qu’avec de telles coupes, la recherche biomédicale américaine fera un bond de quinze ans en arrière au niveau de son financement et va perdre son leadership mondial.

Par effet domino, l’Agence internationale de recherche sur le cancer (AIRC), basée à Lyon et rattachée à l’OMS, pourrait bien être touchée par ces coupes. Les NIH sont en effet l’un de ses importants contributeurs depuis 1992. Or l’un des programmes de l’AIRC, les monographies identifiant les facteurs environnementaux susceptibles d’accroître le risque de cancers chez l’humain, tels les produits chimiques ou les agents physiques ou biologiques, énerve beaucoup certains lobbys américains. Ce programme est financé à 50% par les NIH, à hauteur de 900 000 dollars, précise l'AIRC. Or cinq jours après l’investiture de Trump, le Conseil américain de l’industrie de la chimie lançait une campagne pour dénoncer ce programme qui, selon lui, trompe le public en classant depuis des années toutes sortes de produits, jusqu’au bacon et au café, comme cancérogènes ou potentiellement cancérogènes.

Parmi les produits incriminés, le glyphosate, composant du désherbant de Monsanto, dont les effets sur l’homme divisent la communauté scientifique. En 2015, l’AIRC avait classé le glyphosate au rang de «probable produit cancérogène», mais depuis, d’autres expertises n’ont pas abouti à la même conclusion. En septembre 2016,un élu conservateur du Congrès sommait les NIH de s’expliquer sur les raisons du financement d’une agence de l’OMS qu’il dépeignait comme «inconsistante» et à l’origine d’un «record de controverses». Dans un entretien à Politico, le directeur de l’agence, Christopher Wild, qualifie ces attaques comme «les plus agressives jamais vues», de toute évidence liées «à de très forts intérêts commerciaux». A Lyon, l'agence de l'OMS précise qu'on se situe dans« les réminiscences des stratégies utilisées autrefois par l'industrie du tabac pour tenter de décrédibiliser des conclusion scientifiques.»

(TDG)

Créé: 20.03.2017, 17h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le gel dévaste les vignobles valaisans
Plus...