La Une | Samedi 20 septembre 2014 | Dernière mise à jour 07:33
Grèce

La justice contraint Samaras à rouvrir la radio-télé

Mis à jour le 17.06.2013 6 Commentaires

Le Conseil d'Etat grec, plus haute juridiction administrative du pays, a annulé lundi soir «temporairement» la décision du gouvernement de fermer la radio-télévision publique ERT, et ordonné sa réouverture.

1/16 Les manifestants applaudissent la décision de la justice grecque d'annuler la fermeture de la radio-télévision publique. (17 juin 2013)

   

Articles en relation

Articles en relation

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le gouvernement grec est contraint de rouvrir temporairement la radio-télévision publique ERT jusqu'à ce qu'un nouvel organisme audiovisuel restructuré voie le jour, après le sursis obtenu lundi par les salariés auprès de la justice.

Le Premier ministre Antonis Samaras, qui avait autoritairement procédé à la fermeture de l'ERT mardi dernier, laissant des écrans noirs et des radios muettes dans tout le pays, a proposé à ses partenaires gouvernementaux quelques minutes avant la publication du jugement du Conseil d'Etat, de revenir sur sa décision vivement critiquée en Grèce et à l'étranger.

Il a également dû s'engager auprès des deux partis avec lesquels il partage le pouvoir, les socialistes Pasok et la gauche démocratique Dimar, qui désapprouvaient la fermeture de l'ERT, à procéder à un remaniement ministériel «après le congrés de la Nouvelle Démocratie», soit vers la fin juin.

2700 employés

Les alliés gouvernementaux de Antonis Samaras l'avaient mis en garde contre un éclatement de la coalition et la possibilité de la convocation d'éventuelles élections anticipées s'il maintenait sa décision de faire disparaître la radio-télévision publique avec à la clé le licenciement d'environ 2700 employés.

Antonis Samaras a proposé qu'une commission, composée de représentants des trois partis de la coalition, soit chargée d'embaucher le nombre de journalistes nécessaire à la reprise temporaire des programmes, jusqu'à ce que soit adopté le nouveau projet de loi restructurant l'audiovisuel public, présenté par le gouvernement mercredi dernier, au lendemain de la fermeture de l'ERT.

Des conseillers étrangers, de la BBC notamment, ou d'autres groupes audiovisuels publics européens, devraient aider à la constitution de ce nouvel organisme, pour qu'il réponde aux normes de pluralisme, d'indépendance, et de transparence nécessaires pour être conforme aux normes européennes d'un média public, et non d'un média d'Etat, qui était la situation de l'ERT jusqu'à présent, selon une source gouvernementale.

Vive émotion

La fermeture des chaînes de télévision et des stations de radio publiques depuis mardi dernier, du jamais vu en Europe, a provoqué une vive émotion et de nombreuses critiques.

Le président de l'Union européenne de radio-télévision (UER) représentant toutes les organisations de l'audiovisuel public en Europe (BBC, RAI, France Télévision, ZDF ...) s'était déplacé à Athènes la semaine dernière pour demander la réouverture immédiate de l'ERT.

Dimanche, Antonis Samaras, qui a reçu le soutien de la chancelière allemande Angela Merkel pour les réformes engagées dans le pays, avait accusé ses partenaires gouvernementaux d'«hypocrisie», faisant valoir que supprimer des emplois dans le secteur public grec faisait partie des engagements de la Grèce à poursuivre les réformes prévues par le plan d'assainissement de l'économie, dicté par la troïka des créanciers, UE-BCE-FMI.

Le gouvernement tripartite de Antonis Samaras a été constitué dans la douleur il y a exactement un an, à l'issue des élections du 17 juin 2012 sur fond de grave crise économique et sociale. Ce scrutin a permis l'accession au Parlement d'un parti néonazi (Aube dorée), contestant les mesures d'austérité, le seul représenté en tant que tel dans un Parlement en Europe.

«Un coup d'Etat»

S'il devait y avoir des élections, «le principal danger en Grèce» serait d'aboutir à une «coalition entre Samaras et l'extrême droite», a estimé lundi le député européen Vert Dany Cohen-Bendit, de passage à Athènes pour lancer un appel d'Athènes en vue des prochaines élections européennes.

Le chef de l'opposition, Alexis Tsipras, dirigeant du parti de la Gauche radicale Syriza a harangué les foules lundi soir place Syntagma en face du Parlement pour fêter à sa manière le premier anniversaire du gouvernement Samaras, issu du vote du 17 juin 2012.

Pour lui, la décision du gouvernement de fermer l'ERT, était «un coup d'Etat, qui décapite des milliers d'employés et supprime le droit des citoyens à l'information». Cette décision «a montré les limites des politiques d'austérité de Antonis Samaras», a-t-il souligné.

La décision du Conseil d'Etat a été applaudie par les milliers de personnes rassemblées pour la septième soirée consécutive devant le siège de l'ERT dans la banlieue nord de la capitale grecque. (afp/Newsnet)

Créé: 17.06.2013, 21h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

6 Commentaires

Martial Callair

17.06.2013, 22:33 Heures
Signaler un abus 8 Recommandation 3

Là il y a du grabuge prémédité, déjä que ce pays est en pleine souffrance, ça ne va certainement pas arranger la situation. On peut essayer d'économiser sur tous les plans, mais avant tout il faudrait chercher l'argent manquant chez les plus que richissimes et il y en a...! Répondre


marc laurent

18.06.2013, 07:58 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 0

Pour les partisans du zéro impôt voici un pays dans lequel les classes privilégiées pratiquent la fraude fiscale à des niveaux record sans sanction aucune et le résultat est un pays en banqueroute.Faut il continuer à retirer les "avantages"des"privilégiés" qui s'adonnent au joies du jardinage ,non pas pour passer le temps mais pour pouvoir manger?Le tiers monde est à nos portes en Europe ! Répondre



Le compte Twitter de la rubrique Monde

Sondage

Les Ecossais rejettent l'indépendance, qu'en pensez-vous?