La Une | Jeudi 24 avril 2014 | Dernière mise à jour 23:12
Surveillance d'internet

La Suisse s’active à l’ONU pour bannir les écoutes de la NSA

Par Pascal Schmuck, Zurich. Mis à jour le 03.10.2013 2 Commentaires

La Suisse s'est alliée avec d'autres nations pour mettre les Etats-Unis sous pression diplomatique dans le sillage de l'affaire Snowden. Cette alliance aimerait que l'ONU reconnaisse le droit à une sphère privée.

1/10 De plus en plus de voix s'élèvent pour demander que la protection de la sphère privée soit reconnue comme un droit après le scandale des programmes de surveillance américains dévoilés par Edward Snowden.

   

Articles en relation

Galerie photo

Affaire Snowden: rétrospective en images

Affaire Snowden: rétrospective en images
Depuis le 5 juin 2013, les révélations de l'ex-consultant de la CIA sur les pratiques d'espionnage américaines on fait beaucoup de bruit. Edward Snowden, sa vie son œuvre en images.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Du côté de la mission américaine à l'ONU à Genève, c'est le silence radio. Pas question de communiquer au sujet de l'affaire Snowden. Et une note diplomatique de la Suisse à l'ambassade des Etats-Unis à Berne au sujet des programmes de surveillance de la NSA (Agence nationale de sécurité américaine) est également restée lettre morte. Les services américains n'ont ainsi jamais confirmé ou infirmé l'accréditation de leur ex-informaticien espion auprès de l'ONU.

La Suisse ne se satisfait pas de ce silence et elle presse Washington de renoncer aux atteintes à la vie privée des citoyens. Berne aimerait également que la sphère privée soit désormais reconnue par le Comité des Droits de l'Homme, comme le rapporte le Tages Anzeiger.

La réunion a été un franc succès

Lors de la dernière session, la Suisse s'est alliée avec divers pays pour discuter du droit à la «protection de sphère privée dans l'espace numérique». Étaient notamment représentés l'Allemagne, l'Autriche, le Liechtenstein, la Norvège, le Brésil ainsi que le Mexique. Le représentant allemand à l'ONU, Hanns Schumacher, s'est voulu très clair: «chaque personne a le droit d'être protégé des attaques illégales ou illégitimes contre sa vie privée, sa famille, son foyer ou sa correspondance.»

Cette réunion co-organisée par la Suisse a été considérée comme un succès puisqu'elle a réuni pas moins de 200 personnes dont de nombreux ambassadeurs et des représentants d'organisations non gouvernementales (ONG). Et des membres de Google également. «L'assemblée a été unanime à dénoncer une violation du droit et à faire appel au Comité des Droits de l'Homme», a déclaré un diplomate.

Le silence de la délégation américaine détonne d'autant plus que Michael Posner, ancien responsable de la protection des droits de l'homme durant le mandat d'Hillary Clinton, était présent dans la salle.

L'espionnage toujours d'actualité pour Londres

En revanche, les Britanniques n'entendent pas renoncer à l'espionnage. Leur ambassadrice Karen Pierce a rejeté toute accusation d'atteinte aux droits civils. Mieux encore, elle estime que «les services secrets doivent avoir des espaces de manœuvre pour lutter contre les menaces à la sécurité.» Ce point fait encore débat mais les participants demandent à trouver un juste équilibre entre la sécurité nationale et la liberté individuelle.

Le Brésil n'a pas hésité à mettre tout son poids dans les discussions, sa présidente Dilma Rousseff s'étant déjà montrée très critique à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU le 24 septembre. «Si le droit à la sphère privé n'est pas respecté, il n'y a pas de liberté de pensée ou d'opinion et donc pas de véritable démocratie», avait-elle déclarée.

Le travail de sape des USA

L'ONU planche déjà sur les premiers concepts en se basant sur l'article 12 de la Déclaration universelle des droits de l'homme qui stipule que «nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes».

Diverses idées émergent déjà comme celle d'une session spéciale. Une proposition qui pourrait déplaire aux Etats-Unis et à leurs alliés britanniques qui ont déjà commencé un travail de sape. Ils arguent que ce genre de session est normalement réservé pour des pays en situation critique comme une guerre.

Des propositions en mars 2014

L'idée d'un rapporteur spécial a également été lancée mais il faut une résolution du Comité des Droits de l'Homme. Ou encore la tenue d'un séminaire de deux jours qui verrait les entreprises internet comme Google ou Facebook prendre position pour la protection de la sphère privée.

Les premières propositions devraient voir le jour en mars 2014, espèrent des diplomates. Pour le moment, seule l'exigence de l'ambassadeur pakistanais a été écartée: il voulait une instance internationale chargée de surveiller l'internet mondial. Les diplomates craignaient que cette instance ne soit elle-même espionnée, voire infiltrée par des services secrets. Ce qui n'est pas précisément le but recherché. (Newsnet)

Créé: 03.10.2013, 12h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

2 Commentaires

Foo Bar

03.10.2013, 12:57 Heures
Signaler un abus 15 Recommandation 0

Le silence de la France sur ce sujet est assourdissant. J'ai la double nationalité Française et Suisse, mais j'ai de plus en plus honte de ma nationalité Française. Merci la Suisse de porter ce sujet hautement difficile et pourtant si fondamental, surtout pour un si petit pays ! Répondre


jacques ludwig

03.10.2013, 13:24 Heures
Signaler un abus 13 Recommandation 0

Ne serait-ce pas le moment de réclamer quelques milliards à ces donneurs de leçon ? Répondre



Le compte Twitter de la rubrique Monde

Service clients

  • Abonnements et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h/13h30-17h
    Tél. 0842 850 150, Fax 022 322 33 74
    Depuis l'étranger: +41 22 322 33 10
    Adresse postale: Service clients
    CP 5306 - 1211 Genève 11