La Une | Samedi 1 novembre 2014 | Dernière mise à jour 10:52
DIPLOMATIE

La Suisse négocie toujours au Mali

Mis à jour le 20.01.2013

Le secrétaire d'Etat Yves Rossier a confirmé dans l'hebdomadaire alémanique «Sonntag» que Berne appuyait toujours sur place les efforts de médiation, en dépit des opérations militaires en cours dans le pays.

Abdel Basset Sayda, homme politique syrien dissident et Yves Rossier, à Berne, le 27 août 2012.

Abdel Basset Sayda, homme politique syrien dissident et Yves Rossier, à Berne, le 27 août 2012.
Image: Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Malgré la crise actuelle, les autorités suisses ont décidé de maintenir le dialogue autant avec la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qu'avec le Mouvement national touareg de libération de l'Azawad (MLNA), qui ne possède pas à proprement parler de forces militaires positionnées dans le nord du pays. Pour Yves Rossier, ces négociations restent importantes.

Les Maliens ont besoin d'une perspective pour anticiper l'après-guerre, précise-t-il, mais la participation à la médiation requiert des conditions: «le non-recours au terrorisme, aucune charia et la reconnaissance de l'unité du territoire du Mali avec des droits pour les minorités», a indiqué le secrétaire d'Etat.

Les négociations menées entre le gouvernement malien, d'un côté, et les touareg du MLNA, de l'autre, ont été suspendues en décembre alors qu'une solution était à bout touchant. «Le jour de la signature, les islamistes d'Ansar Dine (Défenseurs de l'Islam) ont fait marche arrière. Ils ont quitté la table des négociations et commencé d'attaquer le sud du Mali», explique Yves Rossier.

Intervention française légitime

L'intervention militaire française au Mali en «l'état actuel de la situation» est jugée par le secrétaire d'Etat comme «légitime». Si les insurgés islamistes avaient pris la ville de Mopti, au nord de Bamako, «la route leur était libre ensuite pour conquérir la capitale Bamako», observe Yves Rossier. Une telle situation aurait conduit alors, selon lui, «à un bain de sang au Mali». (ats/Newsnet)

Créé: 20.01.2013, 15h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Le compte Twitter de la rubrique Monde