L'espace aérien turc violé par un avion russe

TurquieUn Su-34 russe aurait violé l'espace aérien turc, vendredi.

C'est un avion de ce type qui aurait violé l'espace aérien turc.

C'est un avion de ce type qui aurait violé l'espace aérien turc. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'Otan et la Turquie, membre de cette alliance, ont fermement condamné samedi une nouvelle violation la veille de l'espace aérien turc par l'aviation russe, le président Recep Tayyip Erdogan mettant en garde la Russie contre les «conséquences» de ces «actes irresponsables». Cette mise en garde intervient deux mois après qu'un bombardier russe a été abattu fin novembre par l'aviation turque au-dessus de la frontière syrienne, provoquant une grave crise diplomatique entre Moscou et Ankara.

«La Russie devra assumer les conséquences si elle continue de telles violations contre les droits souverains de la Turquie», a déclaré le président à la presse, à l'aéroport d'Istanbul.

«De tels actes irresponsables ne profitent ni à la Fédération de Russie, ni aux relations entre l'Otan et la Russie, ni à la paix régionale ou globale», a-t-il ajouté.

Ambassadeur convoqué

Ankara a convoqué vendredi l'ambassadeur russe Andreï Karlov pour lui faire part de sa «ferme condamnation» d'une nouvelle violation de son espace aérien par un avion russe, a annoncé samedi le ministère des Affaires étrangères, dénonçant une «attitude irresponsable».

«Un Su-34 appartenant à l'aviation russe a violé l'espace aérien à 11H46 locale hier»(09H46 GMT vendredi), a affirmé le ministère dans un communiqué.

«Nous soulignons une fois de plus que la Russie porte l'entière responsabilité de toutes conséquences graves résultant d'une telle attitude irresponsable», ajouté le ministère, soulignant qu'Ankara avait pressé la Russie «d'agir avec responsabilité».

Le ministère n'a pas précisé où cette nouvelle violation aurait eu lieu. Mais, selon lui, «cette violation est une nouvelle indication concrète que la Russie agit pour créer des problèmes en dépit des mises en gardes claire de notre pays et de l'Otan».

La Russie parle de« propagande»

Le ministère russe de la Défense a lui qualifié samedi de «propagande sans fondement» les déclarations d'Ankara. «Les déclarations turques concernant la violation présumée de son espace aérien par un SU-34 russe sont de la propagande sans fondement», a déclaré aux agences de presse russes le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konachenkov.

L'Otan réagit

L'Otan a immédiatement emboité le pas à la Turquie, enjoignant samedi Moscou de «respecter pleinement» son espace aérien.

«J'appelle la Russie à agir de manière responsable et à respecter pleinement l'espace aérien de l'Otan», écrit dans un communiqué publié à Bruxelles le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, qui ajoute que «la Russie doit prendre toutes les mesures nécessaires pour s'assurer que de telles violations ne se répètent pas».

Comme lors de la crise de novembre, M. Stoltenberg a appelé au «calme et à la désescalade», saluant les contacts entre Ankara et Moscou.

Incident précédent

Un avion russe avait alors été abattu par la chasse turque, un incident qui avait durci les relations diplomatiques entre la Russie et la Turquie, pays opposés dans le conflit syrien.

La Russie soutient le régime de Bachar el-Assad tandis que la Turquie estime que son départ est nécessaire pour trouver une solution au conflit. Interrogée samedi, l'ambassade russe à Ankara s'est refusée à tout commentaire sur l'entretien entre son ambassadeur et les autorités turques.

«Nous ne ferons aucun commentaire sur les discussions avec ses collègues du ministère des Affaires étrangères», a déclaré Igor Mityakov, porte-parole de l'ambassade russe à l'agence RIA Novosti.

Russie critiquée

La Russie mène une intense campagne de bombardements en Syrie depuis le 30 septembre pour venir en aide au régime de son allié Bachar el-Assad. Elle est souvent critiquée par les rebelles et l'Occident qui l'accusent de viser des groupes non djihadistes et de faire des victimes civiles.

Des représentants de l'opposition syrienne et du régime de Damas sont depuis samedi à Genève pour mener des discusions dans l'espoir de mettre un terme à 5 ans de guerre. (ats/afp/nxp)

(Créé: 30.01.2016, 19h04)

Articles en relation

La Turquie va trouver d'autres fournisseurs que la Russie

Energie Les tensions entre Ankara et Moscou se poursuivent après la destruction d'un avion russe. Erdogan confirme avoir signé un accord avec le Qatar pour la livraison de gaz de pétrole liquéfié. Plus...

Poutine veut «faire regretter» ses actes à Ankara

Escalade Vladimir Poutine s'est livré jeudi à une violente diatribe contre la Turquie après qu'elle eut abattu un de ses avions en novembre. Plus...

Poutine refuse de rencontrer Erdogan à Paris

Lutte contre l'EI La Turquie a demandé à la Russie de reconsidérer les sanctions économiques adoptées à la suite de cet incident. Plus...

La Turquie va rendre le corps du pilote russe tué

Syrie Le corps du pilote russe a été remis aux autorités turques à la frontière syrienne avant son dernier voyage à Moscou. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.