L’Amérique d’Obama subit un «traumatisme culturel»

Etats-Unis Depuis l’élection de Donald Trump, des thérapeutes disent voir affluer des personnes plongées dans un véritable deuil.

La victoire de Trump est bien davantage qu’une normale déception pour l’électorat démocrate.

La victoire de Trump est bien davantage qu’une normale déception pour l’électorat démocrate. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Ils ne sourient plus, ils ont continuellement envie de pleurer, se sentent fatigués, apathiques, comme s’ils étaient en deuil suite au décès d’une personne aimée… Mais ce qui est mort, c’est en fait leur vision des Etats-Unis, celle d’une société idéalisée, tournée vers le progrès, de plus en plus inclusive et tolérante, attachée à la paix et dépassant le machisme.» C’est en ces termes que Jeffrey Alexander, professeur de sociologie à la prestigieuse Université Yale, décrit sur CBS News le «traumatisme collectif» vécu par des milliers et des milliers de ses concitoyens depuis l’élection de Donald Trump le 8 novembre.

Pas sûr que le discours d’adieu du président Barack Obama, prononcé ce mardi soir à Chicago – ville du blues – suffise à redonner espoir aux foules. Car la victoire du multimilliardaire new-yorkais sur Hillary Clinton, alors même que celle-ci a recueilli plus de suffrages, est bien davantage qu’une normale déception pour l’électorat démocrate. Depuis des semaines, des thérapeutes disent voir affluer des électeurs éprouvant des symptômes comparables à ceux d’un deuil personnel. Choc, déni, colère, abattement…

«Nous n’avons jamais vu cela» après une élection, a affirmé dans le magazine Forbes la psychothérapeute Beth Patterson, spécialisée dans l’accompagnement au deuil. «C’est un peu comme après les attentats du 11-Septembre. Certains viennent me voir et ne veulent parler que des élections.»

Anxiété généralisée

Nombre de femmes, de Noirs, d’immigrés latino-américains ou encore de musulmans disent se sentir directement menacés depuis que des millions d’électeurs ont offert à Donald Trump les clés de la Maison-Blanche. Mais cette anxiété est partagée par une population bien plus large, incluant d’ailleurs des conservateurs opposés au multimilliardaire et préoccupés pour l’avenir du pays et sa place dans le monde.

Activisme anti-Trump

Pour ne rien arranger, la longue attente entre le scrutin présidentiel du 8 novembre et la confirmation du résultat par le Collège électoral le 19 décembre a entretenu l’espoir fou d’un coup de théâtre, retardant ainsi le début effectif du processus de deuil. Parallèlement, les nominations successives par Donald Trump de personnalités controversées pour prendre la tête des divers ministères donnent lieu à de multiples rechutes émotionnelles chez ses opposants. Ces «ministrables» sont à présent auditionnés par une commission du Sénat, avant même la cérémonie d’entrée en fonction du nouveau président, qui se tiendra le 20 janvier.

Pour ne pas se laisser abattre, nombre de «traumatisés» de l’élection présidentielle s’activent en organisant notamment, samedi, une multitude de rassemblements pour les droits des migrants. Dimanche, ce sera une «Journée de résistance», avec des manifestations à travers le pays contre le possible démantèlement du système d’assurance-maladie mis en place par Barack Obama. Puis le 21 janvier, au lendemain de l’inauguration de la présidence Trump, une grande «Marche des femmes» verra en principe converger vers Washington quelque 200 000 personnes. Ce serait le coup d’envoi d’un programme de «Cent jours de résistance».

(TDG)

(Créé: 10.01.2017, 19h47)

Articles en relation

Bras de fer entre Obama et Trump sur la santé

Le président des Etats-Unis est allé devant le Congrès pour inciter les démocrates à se battre pour sauver l’assurance maladie. Plus...

Barack Obama protège les océans face à Trump

Environnement Le président américain a sanctuarisé des zones entières de l’Atlantique et de l’Arctique pour empêcher les forages pétroliers Plus...

L’ombre de Trump plane sur le salon de Detroit

Automobile Les relations compliquées entre le président élu et les constructeurs seront au cœur du Detroit Auto Show. Plus...

Trump se dit victime d’une «chasse aux sorcières»

Etats-Unis Après la polémique sur le piratage informatique russe, le président élu fustige les médias et ses adversaires politiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Il y a cent ans, Lenine haranguait Genève
Plus...